En cédant deux fois en 47 secondes, Matthew Dunsmoor a permis aux Remparts de prendre les devants 2-0 en début du troisième engagement.
En cédant deux fois en 47 secondes, Matthew Dunsmoor a permis aux Remparts de prendre les devants 2-0 en début du troisième engagement.

Océanic 3/Remparts 2: un premier match sans le «septième joueur» de Rimouski

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – Sans l'influence des partisans, ce fameux «septième joueur» traditionnellement si précieux aux troupiers de Rimouski, l'atmosphère du match hors concours de jeudi prenait les allures d'une pratique matinale, alors que les Remparts de Québec rendaient visite à l'Océanic. Après deux périodes plutôt ternes, le dernier tiers a été tout à l'opposé avec deux buts de chaque côté. En signant son tour du chapeau, il n'aura fallu que 25 secondes à Nathan Ouellet en période de prolongation pour dénouer l'impasse et permettre aux Bas-Laurentiens de l'emporter 3-2.

Dans un Colisée Financière Sun Life presque désert, les invitations du commentateur dirigées à l'égard de la foule semblaient inopportunes, voire loufoques. Habitué aux encouragements des partisans, Nathan Ouellet admet avoir ressenti le vide laissé par l'absence des fans de Rimouski. «À chaque match, ils font du bruit, ils sont là pour nous. Mais, quand tu es dans ta «game», ça reste une «game» de hockey et nous, les gars, il faut se concentrer.»

Heureusement, la COVID-19 n'aura pas réussi à saper l'esprit de la rivalité légendaire entre les deux clubs. «Québec, ce sont nos grands rivaux et cette année, le fait de jouer plusieurs fois contre eux, ça va juste être bon, estime Nathan Ouellet. Sans dire qu'on se hait, ça ressemble un peu à ça quand même!»

Le réveil en troisième

Dans les 47 premières secondes du troisième engagement, les visiteurs ont pris les devants avec deux buts marqués par Nathan Gaucher et Roman Rodzinski. Puis, à 7:50, Nathan Ouellet a riposté une première fois, puis une deuxième fois à 39 secondes à faire pour créer l'égalité, avant de trancher en tout début de la période de prolongation. Avec l'assistance de Justin Bergeron et de Ludovic Soucy, ce troisième filet de l'attaquant originaire de Rivière-du-Loup était un «copier-coller» du précédent.

«Ça a super bien été, se réjouissait l'auteur des trois buts. Je ne peux pas demander mieux pour un premier match! On a vraiment fait un bon match d'équipe. En début de troisième, on s'est fait scorer deux buts en moins d'une minute. On aurait pu facilement abandonner, mais tous les gars, même les plus jeunes, ont continué à batailler et on est allé chercher une grosse victoire.»

Le joueur de 20 ans croit que sa performance peut être le résultat de l'entraînement intense auquel il s'est adonné pendant le confinement et pendant tout l'été, où il ne s'est pas accordé une seule semaine de répit. «J'ai pris un peu de poids, 10 à 15 livres. Je me sens plus fort des jambes et plus en forme aussi.»

Beausoleil impressionné

L'entraîneur-chef local était très content de ce qu'il a vu. «J'ai vraiment apprécié l'intensité», a commenté Serge Beausoleil. Selon lui, l'abondance du temps de glace dont a bénéficié ses joueurs a été bénéfique. Lors de ce match, plusieurs nouveaux faisaient partie de l'alignement, contre seulement six anciens joueurs, dont Ouellet et Soucy, qui l'ont beaucoup impressionné. «Ça fait juste confirmer, dans leur cas, qu'on a des vétérans qu'on a élevés depuis plusieurs années. Ils sont là et ils prennent charge dès le départ. Ça nous dit que ce sont des gars incroyables! Ce sont des individus hors pair avec les jeunes aussi. Ils agissent en grands frères, en gars protecteurs, comme des vrais professionnels […]. Pour moi, ce sont des valeurs incroyables à transmettre à nos jeunes parce que quand ils vont avoir cet âge-là, ils vont faire la même chose avec les nouveaux jeunes. C'est perpétuel et ça vaut de l'or dans une organisation.»

S'il dit ne rien prendre pour acquis et qu'il est conscient que quatre autres bons joueurs de 20 ans font partie du camp d'entraînement, Ouellet est néanmoins décidé à faire sa place. «Je me suis fixé de jouer comme 20 ans à Rimouski cette année et je vais faire tout en mon possible. Je vais continuer à bien performer tout au long du camp jusqu'à temps d'avoir ma place de confirmée.» Pour le moment, son tour du chapeau lui apporte beaucoup de confiance. «C'est très important, croit-il. Je pense que le mental est aussi important que le physique. Ça m'encourage!»

Les casse-tête de Rimouski

Tous les atouts dont dispose le club rimouskois n'en compliquent pas moins les choses. «On va avoir un bon «meeting», a promis Beausoleil. Dans les blancs becs, il y en a plusieurs qui nous ont écarquillé les yeux: des 6 pieds 2 et des 6 pieds 4 avec des mains et du patin. On a une belle densité sur le plan des défenseurs. C'est vraiment intéressant!»

Du côté des gardiens de but, dont Raphaël Audet et Matthew Dunsmoor qui étaient devant la cage de l'Océanic lors du match de jeudi, l'entraîneur est satisfait de la performance de chacun, en plus de Creed Jones et de Jonathan Labrie qui complètent l'alignement du camp. «Depuis le début de la semaine, ce sont les deux premiers buts qu'on accorde, décrit-il. Je suis très content de voir comment les gars se comportent. Ça rend les choses difficiles. En même temps, ça veut dire qu'il se passe de bonnes choses sur la glace!»

L'Océanic doit réduire son alignement à 27 joueurs d'ici vendredi. «On a vraiment besoin d'avoir un regard avec une grande perspective, souligne le pilote. J'ai des casse-tête très importants à l'attaque parce qu'on a plusieurs blessés en ce moment. [Zachary] Bolduc devait jouer et il a un petit étirement. C'est la même chose pour des gars comme [Andrew] Coxhead et le jeune Jacob Mathieu. Alors, ça complique les choses, d'autant plus que nos deux Européens ne sont pas là encore. Il faut jongler avec ces options-là.»

Parlant des Européens, il espère que le dossier puisse débloquer prochainement entre les dirigeants du Circuit Courteau, Immigration Canada et le ministère des Affaires étrangères. «[Alexander] Lazarev a quitté sa Sibérie natale. Il est à Moscou et s'entraîne cinq fois par semaine sur glace et cinq fois hors glace. Il compte les heures, même pas les jours! Quant à [Adam] Raska, il joue avec son club professionnel. J'ai parlé à son agent et à Raska et il n'est aucunement question qu'il ne soit pas de retour!»

Acquisition de Samy Paré

L'Océanic a fait l'acquisition, jeudi, de Samy Paré des Tigres de Victoriaville, en retour d'un choix de 7e ronde au repêchage de 2022. L'attaquant de 18 ans a inscrit 17 points la saison dernière dans l'uniforme des Félins.

«C'est un petit joueur de 5 pieds 7, mais qui patine très bien, qui donne bien la rondelle, a décrit Serge Beausoleil. C'est un fabricant que jeu qui est capable de marquer des buts aussi. Puis, c'était un prix qui était vraiment raisonnable et qui nous permet de donner un peu plus de punch à notre offensive. C'est une addition intéressante et ça permet de donner une opportunité à un jeune. Je pense qu'il va être très motivé à avoir des responsabilités.»

Roy satisfait

L'entraîneur-chef de Québec était tout aussi satisfait de ses ouailles que son vis-à-vis. «Nos jeunes ont bien fait en général, a commenté Patrick Roy. J'étais content de voir comment on protégeait la rondelle en zone offensive. On a parlé beaucoup de ça avant le match. Défensivement, on a bien travaillé aussi.»

Dans les circonstances, le pilote des Remparts est content de son camp d'entraînement. «Ça faisait six mois que les gars n'avaient pas joué un match. Les attentes n'étaient pas élevées. Aucun de nos joueurs de 20 ans n'a encore joué. On n'est pas pressés. On va avoir du temps en masse.»