Revenant sur sa participation au Championnat du monde de hockey junior, présenté pendant les Fêtes, Alexis Lafrenière (22) a dit que de porter le chandail du Canada devant une foule aussi incroyable, c’était un rêve d’enfance et qu’il en ressortait un meilleur joueur et une meilleure personne.

Mondial junior: la réalisation d’un rêve d’enfant pour Alexis Lafrenière

RIMOUSKI — «Ça a été une expérience vraiment incroyable», a fait savoir Alexis Lafrenière de l’Océanic de Rimouski, revenant de quelques jours de congé qui ont suivi sa participation au Championnat du monde de hockey junior à Victoria et à Vancouver.

«Jouer au Championnat du monde, de porter le chandail du Canada devant une foule aussi incroyable, c’est un rêve d’enfance! J’en ressors un meilleur joueur et une meilleure personne.»

«Ça a été vraiment un bel honneur, pour moi, de jouer pour le Canada», continue-t-il. Le joueur de 17 ans, le plus jeune à participer à l’événement, ne s’en fait pas trop avec les remontrances que lui a servies l’entraîneur-chef de l’Équipe Canada junior 2019. Insatisfait de ses performances, Tim Hunter considérait qu’il patinait en rond. «Je ne me suis pas concentré là-dessus, dit-il avec philosophie. Il faut que je m’améliore sur certains aspects et c’est ce que j’ai essayé de faire tout au long du tournoi. Avec le temps que j’avais, je voulais jouer le meilleur hockey possible.»

Comme conséquence, Tim Hunter l’a laissé sur le banc lors du match contre la Suisse. Le jeune hockeyeur, que l’on compare parfois à Sidney Crosby, a-t-il été écorché dans son ego? «Non, assure le principal intéressé. J’ai respecté mon rôle et j’ai essayé d’avoir le plus de plaisir possible. Puis, à chaque fois que j’étais sur la glace, je travaillais le plus fort possible.»

Son entraîneur à Rimouski n’est pas déçu de l’utilisation qu’on a pu faire de son jeune prodige. «J’aurais aimé qu’il joue plus, certainement, reconnaît tout de même Serge Beausoleil. Mais quand tu es entraîneur, tu prends des décisions. Je ne vois pas comment un autre entraîneur pourrait remettre en cause ces décisions-là.» Ce que le pilote du club bas-laurentien a cependant remarqué, c’est que son numéro 11 avait perdu la forme à son retour de l’Ouest canadien. «On va le remettre sur la track», assure Beausoleil en riant. Il était essoufflé lors des matchs auxquels il a participé en revenant dans l’uniforme bleu. 

Quoi qu’il en soit, Serge Beausoleil estime que le Championnat du monde de hockey junior a été «une très belle plateforme» et une expérience hors de l’ordinaire pour son protégé. C’est sûr que, pour lui, c’était la première fois et ça fait partie des apprentissages.»

À ce chapitre, Alexis Lafrenière compte bien appliquer les recommandations que lui ont faites les entraîneurs d’Équipe Canada, surtout que l’an prochain, il risque d’être invité au camp de sélection. «Je vais m’améliorer sans la rondelle et être un peu plus conscient dans ma zone, promet-il. Ce sont vraiment de bons conseils. Ils ont raison.»

Prêt pour les séries

Alexis Lafrenière se dit vraiment à l’aise avec les dernières transactions de son équipe. La chimie passe avec Jeffrey Durocher, D’Artagnan Joly et Tristan Bérubé. Le jeune attaquant est confiant que son club puisse faire les séries. «On est une des meilleures équipes dans le circuit, croit-il. On n’a pas peur de personne. Chaque soir, on travaille fort en équipe.»

Alexis Lafrenière et ses coéquipiers seront sur la route au cours des prochains jours. Leur premier arrêt sera à Victoriaville, où ils croiseront le fer contre les Tigres qui, samedi, les ont blanchis.