Louis-Philip Guindon n'a pu préserver l'avance de 3-0 de l'Océanic.

L'Océanic sombre en troisième

Après 45 minutes de jeu et avec une avance de 3-0, l'Océanic croyait sans doute que la victoire était dans la poche. Le Phoenix de Sherbrooke a toutefois marqué trois fois en troisième avant de se sauver avec une victoire de 4-3 en prolongation, vendredi soir au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.
Malgré la défaite, Serge Beausoleil estimait que ses hommes ont bien joué et que tout allait très bien jusqu'à ce que certains, dont Michaël Joly et Anthony Chapados, soient envoyés au cachot. «Non seulement on pogne des pénalités pour indiscipline en zone adverse, mais on se fait compter sur ses pénalités», fulminait-il.
«Ensuite, je ne me vois pas utiliser ces joueurs-là qui ne pensent pas en fonction de l'équipe. On se pénalise doublement. C'est assez exceptionnel, cette façon de se comporter.»
Il a fallu attendre plus de cinq minutes en deuxième période avant qu'Antoine Dufort-Plante ouvre la marque. Le 19 de l'Océanic a récidivé à 16:12 en déjouant Evan Fitzpatrick d'un tir du poignet en avantage numérique, encore une fois avec la complicité de Simon Bourque.
Pierre-Olivier Demers a profité d'un autre avantage numérique pour creuser l'écart à 3-0 à 4:12 de la troisième période. Carl Neill et Kay Schweri, deux fois, ont toutefois déjoué la vigilance de Louis-Philip Guindon en l'espace de sept minutes pour créer l'égalité. Et à 3:32 de la prolongation, Jérémy Roy a procuré la victoire aux Sherbrookois.
Samedi, Rimouski recevra la visite des Screaming Eagles du Cap-Breton.