Simon Bourque a récolté trois points pour permettre à l'Océanic de l'emporter 6-3 contre les Screaming Eagles de Cap-Breton.

L'Océanic se réveille en troisième

À son deuxième match en 24 heures, l'Océanic a montré des signes de fatigue après deux périodes mais les hommes de Serge Beausoleil ont toutefois surpris les 3100 spectateurs du Colisée Financière Sun Life de Rimouski en revenant complètement ragaillardis au troisième engagement pour enfiler trois buts successifs, en route vers une victoire de 6-3 contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.
Beausoleil était très fier de la performance de ses joueurs après la défaite de la veille. Il n'avait que de bons mots pour son gardien recrue, Charles-Antoine Poirier-Turcot, qui a bloqué 32 tirs au but pour célébrer sa première victoire en carrière.
«Je suis vraiment content, les joueurs se sont bien impliqués et ils ont joué du bon hockey. J'ai félicité mes joueurs. Cette troisième période a été une de nos meilleures cette année.»
Evgeny Svechnikov (Eagles) n'a pas perdu son temps, ouvrant le pointage à 3:25 de la première. Avec six minutes à faire à la période, un but chanceux a permis à l'Océanic de créer l'égalité. Simon Bourque a marqué dans un filet abandonné par le gardien Alexandre Bélanger, qui, trompé par la trajectoire du tir, s'en allait récupérer la rondelle derrière sa cage. 
Samuel Laberge (4e) a frappé en désavantage numérique dès la 59e seconde du deuxième engagement. Moins de deux minutes plus tard, en avantage numérique, Antoine Dufort-Plante a complété une poussée de Michaël Joly pour donner les devants 3-1 à l'Océanic. Joly, cloué au banc en troisième période la veille, s'est bien repris en récoltant trois aides pendant le match.
Clark Bishop et Jordan Ty Fournier ont toutefois permis aux Eagles de revenir dans le match avant la fin de la deuxième. Le dernier tiers a toutefois été l'affaire de l'Océanic grâce à Anthony Chapados (6e), à Dylan Montcalm (5e) et à Nicolas Werbik (3e), ce dernier en désavantage numérique.
Papa Dubois tiraillé
L'entraîneur adjoint de l'Océanic, Éric Dubois, était tiraillé puisque son équipe venait de vaincre celle dans laquelle évolue son fils Pierre-Luc. Il admet qu'après deux fois, il a su mieux gérer ses émotions.
«C'est la maman qui va me bouder ce soir», a-t-il laissé tomber en boutade. «Elle prenait pas pour moi, ce soir, elle prenait pour le fils! Même mes parents, ils m'ont dit, ce matin, de souhaiter bonne chance à Pierre-Luc. Je passais deuxième!»
Les Bleus du Bas-Saint-Laurent se préparaient pour une longue route nocturne en direction de l'Abitibi, en vue d'affronter, mardi, les Foreurs de Val-d'Or, de solides adversaires. «On est confiants», a fait savoir Bourque, auteur d'un but et de deux assistances.