Alexis Lafrenière a complété un tour du chapeau et a obtenu une mention d'aide.

L'Océanic roi et maître face à Shawinigan

RIMOUSKI – Si l'affrontement contre les Cataractes de Shawinigan aurait pu être périlleux pour l'Océanic, samedi, celui-ci lui a plutôt donné l'occasion d'être roi et maître sur sa patinoire. Le club de Rimouski a ainsi signé une convaincante victoire de 6-2 au Colisée Financière Sun Life.

Il ne faut toutefois pas croire que les hommes de Serge Beausoleil l'ont eu facile. Ils ont joué avec rigueur et constance, tout en étant menaçants en territoire adverse. «J'ai beaucoup aimé notre vitesse, a souligné l'entraîneur-chef du club gagnant, Serge Beausoleil. Il y a eu quelques revirements. Mais ensuite, les choses se sont tassées. On a joué, dans l'ensemble, un très bon match de hockey!» Dans le camp adverse, la déception était palpable. «On n'a pas mal commencé le match, mais on a manqué des occasions de marquer», a déploré Steve Larouche, qui agissait à titre d'entraîneur-chef des Cataractes.

Après 20 minutes de jeu, les Bas-Laurentiens n'ont eu besoin que de 8 tirs pour se donner une avance de 3 buts. C'est Alexis Lafrenière qui, à 6:07, a ouvert la marque en première période en marquant deux buts consécutifs en l'espace de 2 minutes, dont le deuxième en avantage numérique. Nathan Ouellet (2e) en a ajouté un autre pour Rimouski à 16:55. «C'est un superbe tir de la lucarne, a observé Beausoleil en parlant du but de Nathan Ouellet. Tout le monde était content pour lui. C'est un gars qui travaille d'arrache-pied.» Le principal intéressé n'était pas moins fier de sa performance. «J'ai vu la rondelle dans l'enclave, puis j'ai pris un bon tir dans le haut du filet. Ça m'a rappelé des souvenirs quand j'étais plus jeune et que je marquais des buts de la sorte. C'était une super bonne «game». Le trio m'a aidé. On travaille bien ensemble et on amène des «pucks» au filet et les tirs apportent des buts.»

Malgré les 17 lancers des Bleus contre 6 du côté de l'équipe de la Mauricie, aucun but n'a été marqué lors de l'engagement médian. «En deuxième période, on a dirigé 39 tirs vers le filet adverse, a précisé le pilote rimouskois. Il y en a 22 qui ont raté le cadre. Mais, on en a eus quand même 17 sur le filet. Ça veut dire qu'on a passé beaucoup, beaucoup de temps en zone adverse. Ça, c'est la meilleure défensive qui soit! Ça me plaît beaucoup. J'ai bien aimé comment on s'est porté à l'attaque. Pour moi, c'est un match A!» 

Puis, à 1:23 du dernier tiers, Jimmy Huntington (9e) a enfilé le quatrième but lors d'un jeu de puissance des Rimouskois. À 5:20, Lafrenière a complété son tour du chapeau avec son 12e but de la saison. Avec ses trois buts et une mention d'assistance lors de ce match, le prodige a cumulé 7 points en deux rencontres. «Il a joué deux très forts matchs, a admis son entraîneur. Dans notre zone et dans l'autre zone, il a contrôlé le match à sa guise, tout comme son trio. Bien content pour lui!» 

Le numéro 11 garde néanmoins la tête froide. «Ça a bien été, a-t-il fait comme commentaire. Mais, les performances de l'équipe, c'est encore plus satisfaisant! De revenir vers la victoire, ça fait vraiment du bien après les temps durs qu'on a eus. On se prépare à chaque match à jouer notre meilleur hockey à nous, peu importe contre qui ça peut être. Ça va mieux, mais il faut rester terre à terre.»

Même si le tableau indiquait 5-0, Shawinigan n'a jamais abandonné. «On n'a pas lâché, a reconnu Larouche. Mais, c'est une gang de jeunes. Il faut toujours les «challenger». Il ne faut pas leur donner un pouce. On a continué à presser sur le citron et ils ont répondu. Ils ont travaillé fort. Mais, ils ont toute une machine de hockey, l'autre bord!» 

Ses hommes ont d'ailleurs augmenté le régime en troisième, tant et si bien qu'ils ont marqué deux buts en autant de lancers. Les marqueurs sont Jan Drozg (7e) à 13:34 et Valentin Nussbaumer (5e) à 15:50. À 7 secondes de la fin du match, Huntington (10e) a récidivé avec son deuxième de la période avec un homme en plus.