Le capitaine Simon Bourque a été le seul à déjouer Samuel Montembeault.

L'Océanic repart la tête haute malgré la défaite

Même s'ils ont baissé pavillon 4-2 devant l'Armada au Centre d'excellence Sports Rousseau de Blainville-Boisbriand, mercredi, les joueurs de l'Océanic sont repartis la tête haute. C'est du moins la lecture qu'en faisait leur entraîneur.
«On a joué contre l'équipe probablement la plus intense de réputation et on a su jumeler cette intensité-là», a analysé Serge Beausoleil. On a eu une bonne gestion de la rondelle aussi. On a créé de belles chances de marquer. Ça s'est joué au fil d'arrivée!»
Connor Bramwell, Miguel Picard, Alexandre Alain et Joël Teasdale ont déjoué Alexandre Lagacé, qui avait l'air de s'en vouloir. «C'est ça, la compétition», a laissé tomber le pilote des Bleus, sans vouloir en ajouter davantage. Le capitaine Simon Bourque a été le seul à déjouer Samuel Montembeault. 
Quoi qu'il en soit, Beausoleil n'était pas d'humeur à réprimander ses troupiers qui, selon lui, avaient donné tout ce qu'ils pouvaient. «Somme toute, c'est une bonne performance de notre équipe. On vous dit tout le temps qu'on travaille sur le processus. Aujourd'hui, il n'y a pas eu beaucoup de passages à vide. On a gagné nos batailles un contre un. On a bien géré la rondelle. On a eu plus de chances de marquer qu'eux. On a gagné la bataille des unités spéciales. Il y a eu beaucoup, beaucoup de points positifs dans ce match-là, même si on l'a perdu!» D'ailleurs, les deux formations étaient pratiquement à armes égales au chapitre des tirs au but, soit 29 pour l'Armada contre 28 pour l'Océanic.