L’entraîneur-chef de Rimouski, Serge Beausoleil, n’a évidemment pu passer sous silence la performance de son gardien. «Colten Ellis a été excellent. Il était vif comme un chat! Quand il joue comme ça, on devient une équipe difficile à battre.»

L’Océanic prend sa revanche

RIMOUSKI — L’Océanic a amorcé de belle façon sa série de quatre matchs en cinq jours à l’extérieur.

Blanchie par les Tigres lors de sa première visite à Victoriaville, la troupe de Serge Beausoleil a pris sa revanche en l’emportant 3-0 au Colisée Desjardins, mercredi. Avec 19 arrêts, Colten Ellis signait son deuxième jeu blanc sur la route.

«Ça n’a pas été si facile que ça», a toutefois nuancé Beausoleil. «Les gars étaient en mission. C’est un beau travail d’équipe, un bel effort collectif. C’est un match A pour nous!»

L’entraîneur-chef de Rimouski n’a évidemment pu passer sous silence la performance de son gardien. «Colten Ellis a été excellent. Il était vif comme un chat! Quand il joue comme ça, on devient une équipe difficile à battre.»

Beausoleil a aussi mentionné la contribution de ses autres troupiers. «J’ai aimé notre motivation devant le filet. Il y avait une circulation dense devant le filet et c’est une très bonne recette pour gagner des matchs!»

Un premier but en deuxième période

C’est l’Océanic qui a ouvert la marque en début de deuxième période lorsque Maxim Trépanier a profité d’un rebond mal contrôlé d’Anthony Morrone (34 arrêts). Il a ainsi mis fin à la séquence de 81 minutes et 10 secondes pendant laquelle le gardien des Tigres aura résisté contre les Rimouskois. 

Tout juste en sortant du banc des pénalités, Carson MacKinnon a doublé l’avance des visiteurs en déjouant Morrone sur une échappée à 10:46 du dernier tiers. La frustration, qui était palpable chez les Félins, n’aura pas suffi à freiner l’ardeur de leurs invités. À 16:04, Trépanier en a rajouté en marquant son deuxième but de la soirée sur une brillante passe de Denis Mikhnin à 5 contre 3 en avantage numérique.

«Ça a été deux buts très importants», a reconnu le pilote des Bleus. «Je pense qu’on commence juste à voir le potentiel de Trépanier. Il faut se rappeler qu’il n’a pas encore bouclé une seule année dans le junior. Je trouve qu’il avance, qu’il progresse et qu’il est en train de s’affirmer.»