Samuel Dove-McFalls a montré beaucoup d’intensité, comme ses coéquipiers, dans la victoire de l’Océanic.

L'Océanic prend les devants

RIMOUSKI — L’Océanic n’a pas gâché l’atmosphère survoltée dans un amphithéâtre plein à craquer en prenant les devants 3-2 dans sa série contre les Wildcats de Moncton, vendredi.

Rimouski s’est imposé dans les dix dernières minutes de l’engagement médian. Offrant beaucoup d’intensité et de vitesse, l’Océanic a embouteillé les Wildcats plusieurs fois pour signer une victoire de 5-2. Les 4219 spectateurs, la meilleure foule de la saison, ont eu droit à un spectacle tout à fait enlevant.

«J’ai eu un feeling de 2014-2015», n’a pu s’empêcher d’avouer l’entraîneur-chef Serge Beausoleil en faisant allusion à la série qui avait mené sa troupe à la conquête de la Coupe du Président. «Le comble bien plein, les partisans qui sont derrière nous, nous aident, nous transportent. C’était fantastique pour tout le monde!

«En première période, ils avaient le momentum de l’autre côté. C’est en deuxième qu’on a commencé à jouer le hockey qu’on est capables de jouer et qu’on a joué si souvent, cette année, à Rimouski. Puis, c’est là qu’on a pris le contrôle du match!»

«Un gros but»

Il a donc fallu attendre à 11:13 de la deuxième avant de voir Mark Grametbauer céder après avoir été bombardé avec acharnement par les Bleus. Qui d’autre qu’Alexis Lafrenière (4e) aurait pu marquer le premier but du match en avantage numérique? La foule, qui lui a spontanément offert une ovation, était littéralement en délire.

«C’était un gros but», a reconnu le joueur recrue. «La foule était incroyable! Il y avait du bruit à chaque chance de marquer qu’on avait.» «Le but de Lafrenière était un beau bijou», a commenté son entraîneur.

À 15:53, Carson MacKinnon (1er) a doublé l’avance des locaux. Colten Ellis a cédé une première fois devant Nicholas Welsh avec 7:55 à faire au dernier vingt. Mais à partir de la 13e minute, Mathieu Nadeau (2e), Samuel Dove-McFalls (2e) en avantage numérique et Denis Mikhnin (2e) en ont ajouté trois autres. Puis pendant que les partisans s’apprêtaient à se lever pour célébrer la victoire des leurs, Brady Pataki (2e) a trompé la vigilance du cerbère rimouskois à huit secondes de la fin.

L’Océanic prenait la route vers Moncton pour disputer le sixième match de la série, dimanche. «Il nous reste un gros match à aller chercher», a souligné Beausoleil. C’est le plus difficile dans une série. Ce ne sera pas évident. Mais, en ce moment, on est en avance et il s’agit de continuer à travailler de la bonne façon.»