Zachary Bolduc en compagnie de Serge Beausoleil.

L’Océanic mise sur le récalcitrant Zachary Bolduc

L’Océanic de Rimouski a roulé les dés, samedi, en sélectionnant au 14e rang de la première le centre Zachary Bolduc, l’un des joueurs qui a manifesté son intention de poursuivre sa carrière dans les collèges américains.

«On va respecter le choix de la famille, mais on ne peut pas empêcher un cœur d’aimer. On a le droit d’espérer», disait le directeur général Serge Beausoleil sur un ton coloré.

Bolduc n’était pas présent au Centre Vidéotron, samedi. Mais il devait quand même recevoir le chandail de sa sélection en cours de journée. Pour la suite, l’Océanic ne brusquera pas les choses.

«On savait qu’il n’était pas ici9, qu’il regardait le repêchage à la maison avec sa famille. Pour nous, l’important était d’aller chercher le meilleur joueur. On va s’asseoir avec lui, présenter notre organisation, parler de nos installations et des joueurs que nous avons, voir si nous avons des valeurs communes», expliquait Beausoleil sur les démarches à suivre.

Mais à la table de l’Océanic, le choix de Bolduc faisait consensus.

«On s’est consulté à la table, et le gars qu’on aimait le plus, ensuite, on le voyait en début de deuxième ronde. Le meilleur disponible, c’est Zachary Bolduc», ajoutait-il.

L’Océanic n’a pas l’impression d’avoir fait un gros pari.

«Dans le pire des cas, on reprendra notre choix, l’an prochain, et si on échangeait ses droits, on en tirerait des dividendes en plus d’un choix de troisième ronde», notait-il à propos de Bolduc, qui s’entraîne avec Zachary Massicotte, un défenseur de l’équipe. La présence d’Alexis Lafrenière pourrait aussi être un atout pour convaincre le joueur de Bécancour à prendre le chemin de Rimouski.

Transaction avortée 

L’Océanic aurait pu réaliser une transaction importante à ce repêchage, mais les négociations ont pris fin, tard vendredi.

«On était sur un gros dossier qui a avorté [tard vendredi soir]. J’étais à la fois déçu et soulagé. Lorsqu’on met plusieurs joueurs de première ronde, un 20 ans de qualité, un gardien d’avenir et que ce n’est pas assez encore, ça veut dire que la chaîne a débarqué. Ultimement, le jeune a refusé son échange, ce qu’il avait le droit», confiait-il à propos de celui qui possède encore toutes les cartes dans son jeu pour bouger lorsque l’occasion se présentera.

Après Bolduc, l’Océanic a pris en troisième ronde l’ailier gauche Alexis Brisson, un joueur classé en 5e ronde qui a convaincu Beausoleil de le prendre lors de son entrevue.

«Il est passé du midget espoir au AAA à Châteauguay à la mi-saison. Il y a eu une petite ouverture et n’a jamais perdu son poste avec Zachary L’Heureux. Dans l’entrevue, il m’a dit, il y avait un poste pour moi, je l’ai pris», racontait Beausoleil, qui avait inscrit «je le veux» à côté du nom de Brisson.

«Il s’agit d’une belle journée en famille et émotive. J’étais supposé sortir en 5e ronde, ça s’est bien passé. L’Océanic a eu de gros joueurs comme Lecavalier et Crosby, et présentement, il y a Alexis Lafrenière. Je vais me préparer dans le but de faire l’équipe et de voler le poste à quelqu’un», indiquait le jeune homme de Verdun.