«Certains, dans le circuit, trouvaient que Cap-Breton avait payé cher pour Joly. Il leur a démontré comment il valait cher», a commenté Serge Beausoleil.

L'Océanic lessivé

Les Tigres ont sorti leurs griffes, lundi soir, et ils ont lessivé l'Océanic de Rimouski au compte de 6-1 devant 2604 partisans réunis au Colisée Desjardins de Victoriaville.
«Ce fut un mauvais match pour nous», s'est résigné à dire Serge Beausoleil. «Il faut donner le crédit aux Tigres.» Le directeur général de l'Océanic a même trouvé le moyen de prendre la défaite avec humour. «On n'a pas encore digéré notre dinde et nos atokas», a-t-il lancé en boutade.
Les locaux ont été très solides. Après 10 minutes, l'Océanic n'avait pas encore tiré sur Olivier Tremblay, alors que Louis-Philip Guindon avait eu le temps d'encaisser six lancers.
Mathieu Ayotte a ouvert la marque en faisant dévier le disque derrière Guindon, donnant ainsi les devants aux Tigres dans la deuxième moitié du premier engagement. Les locaux ont ensuite doublé leur supériorité avec un but de Jimmy Huntington.
Le deuxième engagement s'est ouvert avec un but d'Alexandre Goulet, son premier pour les Tigres. Malgré un recul de 3-0, l'Océanic s'est montré plus incisif avec 14 lancers vers leur ancien portier, Olivier Tremblay. «En deuxième, c'est nous qui les avons dominés», a précisé Beausoleil. Cela n'a pas empêché Marc Beckstead de loger la rondelle dans le filet des Bleus, suivi d'Ayotte, avec son deuxième but du match. L'engagement médian s'est terminé 6-0 après un but de Maxime Comtois.
Antoine Dufort-Plante a marqué l'unique but de Rimouski en troisième, alors que Charles-Antoine Poirier-Turcot a bloqué 11 tirs.