En troisième période, le but de Peyton Hoyt a forcé la période de prolongation.

L'Océanic gagne en fusillade contre les Foreurs

RIMOUSKI — L'Océanic a bouclé sa 24e saison locale de belle façon, samedi, en l'emportant 3-2 en tirs de barrage sur les Foreurs de Val-d'Or, qu'il accueillait pour le deuxième match d'un programme double au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Par le fait même, la troupe bas-laurentienne a réussi à freiner une courte séquence de deux défaites en prenant sa revanche sur les hommes de Pascal Rhéaume, qui l'avaient battue la veille.

«C'est un match serré et une belle prestation de gardiens, a fait valoir l'entraîneur-chef du club vainqueur, Serge Beausoleil. On a travaillé fort pour l'obtenir, mais j'ai aimé la façon dont les gars ont joué. Quand ils [les Foreurs] ont marqué le deuxième but, ça n'a pas paniqué sur le banc; ils savaient qu'on pouvait revenir. C'est exactement le genre d'attitude qu'on veut voir. J'ai moins aimé toutes les pénalités en troisième qui leur ont permis de revenir parce que, jusque là, on jouait un très bon match. Ce sont des matchs de hockey comme ça qu'il faut apprendre à gagner!»

Beausoleil a aussi souligné la solidité de son cerbère, Tristan Bérubé. «Tristan est un des très bons gardiens du circuit, a-t-il vanté. On n'est pas allés le chercher pour rien! À toutes les fois qu'on met un de nos gardiens devant le filet, on a une chance de l'emporter!»

Selon l'entraîneur-chef, ce dernier match de la saison régulière à domicile portait une certaine charge émotive. «Ça passe tellement vite, a-t-il soutenu. On a joué à un train d'enfer depuis le mois de janvier, puis on se vire de bord et le mois de mars est pas mal entamé. C'est effectivement très émotif! Ce qui est aussi beau à voir, c'est l'appui de nos partisans dans cette semaine de relâche-là! Les gars apprécient ça.»

Le match

Carson MacKinnon a servi une superbe passe à Dmitry Zavgorodniy (28e) qui a ouvert la marque à 9:06 de la première période en terminant adroitement la manœuvre de Carson MacKinnon et d'Anthony Gagnon. Dans les premières secondes de l'engagement médian, Félix Boivin (10e) a créé l'égalité en avantage numérique d'un tir frappé de la pointe. Mais à 13:31, Anthony Gagnon (19e) y est allé d'un redoutable tir sur réception des cercles dans le haut du filet pour redonner l'avance aux locaux lors d'un jeu de puissance.

À 9:21 du troisième vingt, Peyton Hoyt (22e) a profité de l'indiscipline des Bleus en complétant le travail de Julien Tessier et de David Noël en supériorité numérique pour pousser le disque derrière Bérubé, forçant ainsi une période de prolongation. Il faudra finalement se rendre en fusillade pour que Zavgorodniy procure la victoire aux locaux.

Hommage aux vétérans de 20 ans

Au début du match, l'Océanic a honoré ses trois vétérans de 20 ans, soit le capitaine Charle-Édouard D'Astous, Jimmy Huntington et Olivier Garneau, en marge de ce dernier match à domicile. «Notre premier trio avec Al [Alexis Lafrenière], Jimmy et Garneau, c'est un des plus étincelants du circuit, match après match, soir après soir, a fait remarquer l'entraîneur. Ils ont une saison vraiment solide. Évidemment que «Chat» [Charle-Édouard D'Astous qui est sur la liste des blessés depuis quelques matchs] nous manque, mais ça s'en vient. On va être une meilleure équipe avec notre capitaine à la ligne bleue!»

«Je suis vraiment content de cet honneur-là, a fait savoir D'Astous, qui est natif de l'endroit. J'ai passé quatre belles années ici et ce n'est pas fini! Il reste deux grosses «games» à Baie-Comeau et les séries.» Olivier Garneau, qui jouait pour la première saison avec le club rimouskois, était tout aussi ravi de son expérience. «J'ai vraiment eu un bel accueil ici, dès mon camp d'entraînement et le premier match, a indiqué le hockeyeur originaire de Québec qui vient de signer un contrat avec les Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Je suis content d'avoir fini ma carrière avec l'Océanic.»

Jimmy Huntington, qui a récemment signé un contrat de trois ans avec le Lightning de Tampa Bay, s'est dit impressionné par l'hommage qui lui a été rendu. «C'est très, très spécial, estimait-il. Je ne pense pas qu'il y a plusieurs organisations qui font ça aussi gros que ça! Ça me fait chaud au coeur!»