Matthew Highmore a récolté un but et une passe dans le gain des Sea Dogs. -

L'Océanic éliminé en quatre matchs

Bien que les Sea Dogs aient encore outrageusement dominé, l'Océanic a donné du fil à retordre à Saint-Jean, qui a tout de même fini pour compléter son coup de balai en l'emportant 4-3, mercredi au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.
«C'est un triste sort», se désolait l'entraîneur-chef Serge Beausoleil, dont la troupe a été largement éclipsée au tableau des tirs au but (46 lancers contre seulement 16). L'Océanic a toutefois donné tout ce qu'il pouvait avec l'énergie du désespoir, se retrouvant même en avant trois fois au cours du match.
«C'est un effort colossal, titanesque, et peu importe l'adjectif, on s'est battus avec notre niveau, mais avec beaucoup de coeur», a reconnu le pilote de Rimouski. «On a donné au-delà de 40 tirs, mais je pense que tout le monde a travaillé fort. Les 20 ans voulaient finir sur une note positive et les gars ont donné un très fort match.»
La première période a été semblable en tous points à celle du match de la veille, alors que l'Océanic a ouvert la marque et que les Sea Dogs ont créé l'égalité. Les buteurs ont été Carson MacKinnon (1er) à 5:46 en désavantage numérique et Thomas Chabot (3e) à 15:26 sur un tir parfait en supériorité numérique.
À 13:23 de l'engagement médian, Samuel Laberge (1er) a profité de l'intense circulation devant le filet pour réussir à battre Callum Booth. Mais moins de deux minutes plus tard, Kyle Ward (2e) a trouvé le fond du filet sans difficulté, sur un cadeau de Charles-Olivier Lévesque. Puis, à 16:33, pour la première fois depuis le début des séries, Rimouski a réussi à dépasser le cap des deux buts dans un match grâce à Alex-Olivier Voyer (1er), qui a ainsi permis aux siens de reprendre les devants.
À 11:41 du troisième tiers, Matthew Highmore (2e) a reçu la rondelle directement sur la palette pour compter le but égalisateur. Lévesque, qui a fait un travail très solide à sa première participation en séries, n'a eu aucune chance. À 16:42, c'est l'ancien capitaine de l'Océanic, Simon Bourque, qui a procuré la victoire aux Dogs.
Fin émotive
La fin du match a été fort émotive. Bourque et Tyler Boland, qui ont évolué à Rimouski pendant presque toute leur carrière, se sont longuement enlacés. L'émotion était palpable.
À sa sortie de la patinoire, Boland avait les yeux rougis par la tristesse d'arriver à la fin d'une carrière entièrement vécue à Rimouski et qui aura sculpté le joueur de hockey qu'il est devenu.