Le capitaine de l’Océanic, Samuel Dove-McFalls, et son coéquipier Alexis Lafrenière ont été surveillés de près par les Wildcats, mardi. Les deux compères ont connu une soirée difficile, terminant chacun le match avec un différentiel de - 4.

L'Océanic éliminé devant ses partisans

RIMOUSKI — La saison de l’Océanic a pris fin sur une défaite crève-cœur de 6-3 contre les Wildcats de Moncton à l’issue d’un septième et ultime affrontement de ce huitième de finale, mardi au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

«Je suis très déçu», a admis l’entraîneur-chef Serge Beausoleil. «On y croyait vraiment. C’est une défaite qui fait mal!»

L’Océanic semblait en panne en première période, tirant de l’arrière dans la colonne de tirs au but (5 contre 13). Et après 28 minutes de jeu, c’était 4-1 pour les Cats. Les locaux ont fait bien piètre figure devant leurs 3757 partisans avec le seul but de Samuel Dove Mc-Falls (3e), pendant que les Wildcats obtenaient trois jeux de puissance contre aucun pour les Bleus.

En un peu plus de deux minutes en fin de première, les hommes de Darren Rumble ont touché la cible trois fois sans riposte grâce à Brady Pataki — en avantage numérique — à Daniil Miromanov et à Jonathan Aspirot (3e).

La débandade s’est poursuivie à 7:26 de l’engagement médian lorsque Nicholas Welsh a déjoué Colten Ellis, chassé au profit de Jimmy Lemay. Mais à 8:51, un superbe lancer du poignet de Denis Mikhnin (4e) dans la partie supérieure du filet a redonné vie à l’Océanic. En feu, le jeune Russe a récidivé sans aide à 10:37 pour réduire l’écart à un seul but.

À 19:06 du dernier tiers, Ellis a involontairement glissé la rondelle dans le fond de son filet sur un lancer de Dylan Seitz. Puis un but de James Phelan dans un filet désert à quelques secondes à faire à la rencontre a scellé l’issue du match.

Amende de 2500 $

Le pilote des Rimouskois croit que la méconnaissance du club de Moncton a été l’une des pierres d’achoppement pour sa troupe. La perte de Christopher Innis et de Wilson Forest a aussi fait très mal.

Beausoleil a refusé de commenter l’amende de 2500 $ qui lui a été imposée par la LHJMQ pour avoir calomnié le gardien des Wildcats, Mark Grametbauer, après le match de vendredi. Il avait affirmé que «c’était un gars qui n’avait pas connu une grosse saison, qui n’avait pas une grosse confiance et qu’il ne serait pas là l’an prochain».

«Ça ne se dit pas», a indiqué au Soleil le préfet de discipline, Raymond Bolduc. «Ce sont des jeunes!»

Lors de l’échange de poignées de main d’après-match, Beausoleil s’est entretenu avec celui qu’il avait pris pour cible. Il a cependant été impossible de connaître la teneur de ses propos.

À la fin du match, le capitaine Samuel Dove-McFalls avait le cœur gros de quitter l’organisation de l’Océanic et, surtout, de se faire à l’idée d’apprivoiser la fin de sa carrière dans la LHJMQ. «C’est incroyable comme c’est dur», a-t-il laissé tomber, assis par terre, les yeux rougis par l’émotion.