Serge Beausoleil (au milieu en haut) n’était vraiment pas fier de ses troupiers qui ont trouvé le tour de perdre contre «l’une des défensives les plus poreuses du circuit» et de ne pas marquer un seul but.

L’Océanic blanchi par «l’une des défensives les plus poreuses du circuit» [VIDÉO]

RIMOUSKI — Dans un match qu’il a qualifié de «fade», Serge Beausoleil n’était vraiment pas fier de ses troupiers qui ont trouvé le tour de perdre contre «l’une des défensives les plus poreuses du circuit» et de ne pas marquer un seul but. L’Océanic a été blanchi 1-0 par les Mooseheads, jeudi, au Scotiabank Centre d’Halifax.

Pendant 60 minutes, les hommes de Jean-Jacques Daigneault ont freiné l’attaque des visiteurs. «Ils ont bien joué, ils étaient inspirés, ils étaient dédiés et ils ont joué comme si c’était le dernier match, alors que nous, on faisait figure de figurants, a dû concéder l’entraîneur-chef. Ils manquaient d’ardeur et d’effort. Il faut absolument donner le crédit à l’adversaire!» D’ailleurs, à la fin de la partie, les locaux ont célébré la victoire devant une foule de 7356 partisans comme s’ils venaient d’obtenir la Coupe du Président.

Le seul but de la partie a été marqué à cinq secondes de la fin de la première période sur un lancer de Kevin Gursoy (19e), qui a su déjouer Creed Jones. Rimouski a dominé au chapitre des tirs au but (32-21), mais bien peu étaient dangereux, la grosse majorité étant dirigée dans le plastron de Cole McLaren. 

Au dernier tiers, les Bas-Laurentiens ont accentué la pression et Alexis Lafrenière a tenté l’impossible pour éviter un jeu blanc de son équipe, mais McLaren a fermé la porte. «Honnêtement, il a bien fait, a admis l’entraîneur-chef de Rimouski en parlant du cerbère adverse. Mais, ce n’est pas le joueur-clé de ce match-là.»

Il faut aussi mentionner qu’il manquait un élément important dans l’organisation rimouskoise. Blessé lors de l’entraînement, Dmitry Zavgorodniy, qui avait marqué deux buts la veille, n’était pas sur la patinoire à Halifax. «Ce n’est rien de grave», a assuré le pilote des Bleus.

Beausoleil a refusé de dire ce qu’il pensait de l’impasse des discussions qui avaient eu lieu au cours de la journée dans la LHJMQ concernant de nouveaux règlements, notamment pour en arriver à possiblement interdire les bagarres. «Comment tu veux que je réponde à ça? a-t-il lancé, visiblement agacé. Je suis à Halifax et la réunion était à Montréal. Je ne peux pas commenter, je n’étais pas là!»