«Il faut donner le crédit à Victoriaville, surtout à Côté-Cazenave qui a été intraitable, a convenu l'entraîneur-chef local, Serge Beausoleil

L'Océanic blanchi par les Tigres

RIMOUSKI — Même s'ils ont été dominés au chapitre des tirs au but (42-15), les Tigres ne se sont pas laissés impressionner par leurs hôtes lors du match de samedi au Colisée Financière Sun Life. Ne concédant rien à l'Océanic, le club de Victoriaville a démontré une solide performance facilitée par son imperturbable gardien Tristan Côté-Cazenave qui a nettement mérité son premier jeu blanc de la saison. Les visiteurs ont ainsi pu se sauver de Rimouski avec un gain de 2-0.

«Il faut donner le crédit à Victoriaville, surtout à Côté-Cazenave qui a été intraitable, a convenu l'entraîneur-chef local, Serge Beausoleil. J'ai eu l'impression qu'on lui a lancé dans le plastron toute la soirée. Mais en même temps, il était très bien positionné. Ils ont joué un style éteignoir et on s'est éteints! Ils nous attendaient à quatre, parfois à cinq à la ligne bleue. Ils ont joué un jeu de patience et ils l'ont emporté! C'est beau, 42 tirs, mais les actions offensives vraiment solides, on n'en a pas eues tant que ça! On s'est inclinés parce qu'on n'a pas assez bien joué!»

Le patron de l'Océanic ne blâme pas son gardien, Tristan Bérubé qui, sur 15 tirs, a cédé deux fois. «Il a bien fait ça, a-t-il analysé. Il n'a pas été un facteur dans ce match-là.»

Les Félins ont sorti les crocs et ont utilisé leur rapidité à fond. Efficaces en repli défensif et dotés d'une excellente éthique de jeu, ils ont travaillé fort jusqu'à la fin. «On n'a pas utilisé notre vitesse comme on est capables de le faire, a déploré le pilote bas-laurentien. On manquait de mordant.»

Beausoleil ne croit pas que cette déveine soit attribuable à la fatigue. «C'est la façon dont on a abordé le match, estime-t-il plutôt, tout en précisant ne pas chercher de coupables. On s'est payé quelques pique-niques contre eux autres, cette année. Sans les avoir sous-estimés, je ne pense pas qu'on a joué au niveau avec lequel on devait le faire pour dominer ce match-là, surtout dans nos batailles à un contre un. Dans nos échecs avant, ils ont sorti très souvent avec la rondelle. Ils faisaient bien ça, il faut le dire. En même temps, on n'était pas incisifs dans nos actions.»

Il a fallu attendre à 14:35 de l'engagement médian pour assister au premier but marqué par Olivier Mathieu (15e) qui, sur une belle passe d'Anthony Poulin sur un deux contre un, a sauté sur l'occasion de déjouer Tristan Bérubé. «Le premier but, c'est sur un «flip», a observé Beausoleil. On a très mal joué le deux contre un.»

Les locaux ont commencé à mieux s'exécuter au dernier tiers, ce qui ne les a tout de même pas empêchés de rater quelques opportunités de pouvoir atteindre la cible. «Je pense qu'on a aussi eu nos chances de marquer, mais on n'a pas enfilé l'aiguille», regrettait le pilote des Bleus. Tard au dernier tiers, Egor Serdyuk (16e) a doublé l'avance des hommes de Louis Robitaille.

Rimouski affrontera la même équipe, mercredi, à Victoriaville. «On va refaire nos forces et on va s'entraîner comme il le faut lundi et mardi pour ce match-là», a assuré Beausoleil. Avant de prendre la route, il projette aussi de rectifier certains aspects du jeu de ses protégés. Selon lui, l'analyse du match de samedi sera nécessaire. «On va regarder tout ça, a-t-il promis. Notre première vague d'unités d'avantages numériques, en ce moment, fait du surplace. Je pense qu'on ne met pas assez de trafic devant le filet, puis on joue plus en périphérie. Ce sont toutes des choses qu'on va ajuster et redresser.»