Les deux buts du Phoenix ont été marqués par Patrick Guay.

L’Océanic arrache la victoire en prolongation

RIMOUSKI – L’Océanic a complété un séjour de quatre matchs à domicile, mercredi, en accueillant le Phoenix de Sherbrooke qu’il a difficilement réussi à battre 3-2 en prolongation au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

Serge Beausoleil a reconnu que ses hommes avaient dû batailler fort pour avoir raison de leurs invités. «Ils ont beaucoup de vitesse, ils travaillent bien, a admis l’entraîneur-chef rimouskois en parlant de l’adversaire. C’est un match serré!» Beausoleil a apprécié la façon avec laquelle ses troupiers ont bougé la rondelle et qu’ils ont attaqué en première période, mais il se désolait qu’ils aient perdu le momentum en deuxième. Puis au dernier vingt, rien n’allait plus : «c’était épars. Ça n’a pas été 60 minutes d’effort et d’intensité», a été forcé de constater le pilote bas-laurentien.

De son côté l’entraîneur-chef du Phoenix savourait l’ensemble de ce match comme s’il s’agissait d’une victoire des siens. «J’ai vraiment aimé notre match, a commenté Stéphane Julien. La première période a été un peu plus difficile. Mais, en deuxième, on est sortis forts. J’ai vraiment vu une intention de nos joueurs pendant 60 minutes. On a tué des grosses punitions en deuxième et en troisième période. J’ai aimé la façon dont on a répondu. C’est un beau jeu en overtime qui nous a coûté le point, mais je ne suis pas déçu. Ce n’était pas une question de résultat, mais la façon dont on a joué. J’ai vraiment aimé tous les joueurs de notre équipe qui ont bien performé. On était les premiers sur la rondelle dans notre territoire. On a provoqué des chances de faire 3-2, mais on n’a pas été capables.» Pour le pilote de Sherbrooke, qui a aussi vanté la solidité des deux gardiens, le duel avait toutes les allures d’un match de séries. 

Le match

Les visiteurs ont marqué le premier but du match après un tir d’un angle quasi improbable de Patrick Guay (15e) à 7:52 après le début de la rencontre. Mais, Alexis Lafrenière (35e) n’a mis que 49 secondes pour niveler la marque. Puis à 13:27, Jeffrey Durocher (16e) a doublé l’avance des siens en avantage numérique.

Le seul but marqué à l’engagement médian a appartenu à Guay (16e) qui a profité d’un jeu de puissance pour enfiler son deuxième de la partie avec un tir du poignet. Même si les hommes de Stéphane Julien ont embouteillé les locaux dans leur territoire, aucun but n’a été marqué au troisième tiers, ce qui a forcé une période de prolongation. C’est Dmitry Zavgorodniy (27e) qui a procuré la victoire à Rimouski à 3:01 en temps supplémentaire.

L’Océanic prendra la route vers le Nouveau-Brunswick où il visitera le Titan d’Acadie-Bathurst vendredi. Quant aux joueurs du Phoenix, qui doivent affronter le Drakkar de Baie-Comeau vendredi, ils ne pourront pas prendre le traversier de Matane vers la Côte-Nord puisqu’il a été endommagé lundi après être entré en collision contre le quai de Godbout. Par conséquent, l’équipe prendra l’avion à Mont-Joli, d’où un autobus scolaire loué par l’organisation les mènera vers le Centre Henry-Leonard. Quant à leur chauffeur d’autobus, il fera le grand détour vers Québec avec les poches de hockey pour aller les rejoindre à Baie-Comeau.