Xavier Bourgault a déjoué Colten Ellis en avantage numérique avec moins d’une minute à faire à la rencontre.

L’Océanic a raison de l’offensive des Cataractes

RIMOUSKI — L’Océanic de Rimouski a dû sortir l’artillerie lourde en attaque pour arriver à avoir raison des Cataractes de Shawinigan, dimanche , au compte de 7-5 au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Du début à la fin, les soldats de Daniel Renaud n’ont jamais cessé de batailler en offrant une puissante offensive.

«C’est une équipe avec beaucoup d’offensive, avec plusieurs premiers choix au sein du groupe, a été forcé d’admettre l’entraîneur-chef de Rimouski, Serge Beausoleil, en parlant de l’adversaire. On a vu qu’ils peuvent être une menace offensive. Ils jouent très bien. En deuxième période, ils nous ont embouteillés à plusieurs reprises. Cette période était tout à l’avantage de Shawinigan!»

Du côté des Cataractes, Daniel Renaud, bien que fier de ses troupiers, était conscient qu’ils ne l’avaient pas eu facile contre l’Océanic. «Ils font mal à presque toutes les équipes dans la ligue, quand ils ont possiblement le meilleur joueur de toute la CHL au grand complet, a souligné l’entraîneur-chef. C’est le genre de chose qui peut arriver. Nous autres, je ne pense pas qu’on puisse dire qu’on a un duo de défenseurs ou un trio qui peut rivaliser pour les contenir. C’est ça qui arrive quand on joue contre Rimouski, Alexis Lafrenière et sa gang.»

Quatre points pour Huntington

Les marqueurs de l’Océanic ont été D’Artagnan Joly (18e), Jordan Lepage (8e) en désavantage numérique, Olivier Garneau (34e et 35e), Radim Salda (9e), Jimmy Huntington (39e) et Jeffrey Durocher (17e) sur un jeu de puissance. Jimmy Huntington, qui aurait pu s’asseoir sur sa notoriété puisqu’il vient de signer un contrat de trois ans avec le Lighting de Tampa Bay, y est allé à plein régime contre le club de la Mauricie en récoltant quatre points.

Le vétéran de 20 ans indique que si le contrat professionnel a été signé le 1er mars, il le savait depuis quelques semaines. «Aujourd’hui, je me concentre sur mes «games» et les «play-offs» qui s’en viennent, ce sera une autre affaire. J’ai un psychologue sportif qui travaille avec moi et Serge [Beausoleil] qui est là. Mais, c’est sûr que ce n’est pas évident, au début. Aujourd’hui, tu es une personne, mais il ne faut pas que tu changes la personne que tu étais il y a une couple de mois!»

Alexis Lafrenière, qui a également obtenu quatre points à l’issue du match, a atteint le plateau des 100 points. Plus la saison avançait, plus la jeune sensation de 17 ans savait que l’objectif était réaliste. «C’est le «fun» de franchir ce cap-là, mais mes coéquipiers ont un grand rôle là-dedans, a indiqué modestement le principal intéressé. Mes compagnons de trio m’ont beaucoup aidé. Il y a une petite part qui est à eux!»

Chez les Cataractes, les buts sont revenus à Charles Beaudoin (8e), Jérémy Martin (12e et 13e), Jérémy Manseau (14e) et Xavier Bourgault (6e) en supériorité numérique.