Éric Boucher et Serge Beausoleil tournent les pages de la 24e saison de l'Océanic avec beaucoup de satisfaction et avec le sentiment du devoir accompli, alors que la formation rimouskoise a accédé au carré d'as lors des dernières séries éliminatoires.

L'Océanic «a livré la marchandise»

RIMOUSKI – En rappelant sa conclusion de l'an dernier, alors qu'il avait déclaré que son équipe serait à surveiller en 2018-2019, Serge Beausoleil croit que l'Océanic «a livré la marchandise» au cours de la saison qui a pris fin la semaine dernière. Après avoir accédé au carré d'as, où il a été balayé en quatre matchs par les Huskies de Rouyn-Noranda, le club de Rimouski estime être devenu «une meilleure équipe».

L'entraîneur-chef et directeur-gérant de l'Océanic fournit pour preuve les solides performances d'Alexis Lafrenière, combinées au brio de Dmitry Zavgorodniy et de son gardien Colten Ellis. À ces joueurs s'ajoutent les talentueux vétérans Jimmy Huntington et Olivier Garneau, qui ont su épauler le capitaine Charle-Édouard D'Astous. «Voilà quelques-uns des aspects qui expliquent une excellente saison de 92 points», estime Beausoleil.

Le pilote mentionne aussi certains moments marquants qui ont jalonné la 24e campagne de la formation qu'il a dirigée pour une huitième année. Parmi eux, il pense à la classique hivernale de Saint-Tite, à l'inusitée victoire de sa troupe en quatrième période de prolongation contre les Saguenéens de Chicoutimi et au record de son capitaine qui est devenu le défenseur le plus productif en saison régulière dans l’histoire de l’équipe avec 181 points (49-132) en carrière.

Pas parfait pour autant

Beausoleil considère toutefois que son club n'est pas parfait pour autant. Une quête demeure : «l'atteinte d'objectifs et de défis sans cesse renouvelés, étape par étape, effort par effort».

S'il y a trois aspects sur lesquels l'entraîneur entend bien travailler avec ses troupiers, c'est la culture, le leadership et la discipline. «On a été étiquetés, dans les deux à trois dernières années, comme l'équipe la plus robuste du circuit, soulève-t-il. Je veux qu'on continue à jouer très fort pour la rondelle, mais il faut le faire dans les limites et il faut éliminer les pénalités de bâton.» Beausoleil est catégorique : «Les gars qui ne comprendront pas ça ne joueront pas ici.»

Le dg n'a évidemment pas encore décidé du sort qui sera réservé aux joueurs de son alignement. Il estime néanmoins pouvoir compter sur une bonne base. «On a dix joueurs de 19 ans qui sont vraiment intéressants pour nous, souligne-t-il. Il y en a un devant le filet. On n'a pas statué sur ce qui allait se passer pour aucun de nos 20 ans. On les a tous rencontrés. Ils veulent tous jouer chez nous.» Jeudi, Serge Beausoleil partira pendant deux semaines à la rencontre des 50 premiers joueurs du midget AAA. «Je cherche à améliorer l'équipe, laisse-t-il tomber comme autant d'évidence. Il s'agit de mettre de la viande autour de l'os.»

La prochaine saison marquera le 25e anniversaire de l'Océanic. «Nos anciens qui ont écrit notre riche histoire seront mis en vedettes et il y aura un troisième chandail porté par l'équipe […], mentionne au passage le président et directeur administratif de l'Océanic, Éric Boucher, en ajoutant que d'autres initiatives seront annoncées au cours des semaines à venir.