Le trophée Michel-Bergeron, décerné à la recrue offensive de l'année dans la LHJMQ, a été remis à Zachary Bolduc de l'Océanic de Rimouski.
Le trophée Michel-Bergeron, décerné à la recrue offensive de l'année dans la LHJMQ, a été remis à Zachary Bolduc de l'Océanic de Rimouski.

LHJMQ: Zachary Bolduc, meilleure recrue offensive

Le trophée Michel-Bergeron, décerné à la recrue offensive de l'année dans la LHJMQ, a été remis à Zachary Bolduc de l'Océanic de Rimouski.

Pour le joueur de 17 ans, c'est le couronnement d'un travail acharné tout au long de la saison. «Je suis vraiment très heureux, exprime le lauréat. C'est un bel honneur! Je suis fier! […] Je tiens à partager ce trophée-là avec tous mes coéquipiers, mes entraîneurs et ma famille de pension à Rimouski. Sans eux, je ne pense pas que j'aurais pu remporter ce trophée-là. Ce sont des personnes qui m'ont aidé tout au long de la saison.»

Aucun regret

Avant d'intégrer la troupe de Serge Beausoleil, la recrue a d'abord préféré évoluer aux États-Unis. «À aucun moment, je n'ai regretté ma décision, admet-il. C'était vraiment une décision de famille. J'ai passé de très belles semaines. J'ai appris beaucoup de choses et j'ai pratiqué mon anglais.» Bolduc a eu le temps de disputer six parties avec les Saints du Rhode Island U-16 et deux autres au sein des Musketeers de Sioux City, dans l'USHL.

Après s'être fait tirer l'oreille par un ancien illustre porte-couleur de l'Océanic, soit nul autre que Sydney Crosby, Bolduc a quitté le pays de l'Oncle Sam en octobre pour se retrouver dans le Bas-du-Fleuve. «Quand je suis arrivé à Rimouski, j'étais vraiment heureux, se souvient-il. J'ai été bien traité et reçu. Tout mon entourage à Rimouski était vraiment numéro un. En plus, on avait une bonne équipe.»

Performance exceptionnelle

En 55 rencontres au sein du club rimouskois, Zachary Bolduc a récolté 52 points, dont 30 buts et 22 mentions d'aide. Tout en demeurant modeste, le principal intéressé ne semble pas étonné de sa performance offensive peu commune. 


« Au début, je ne voulais pas me faire trop d'attente parce que je ne voulais pas être déçu [...], raconte le récipiendaire. C'est facile de jouer avec des bons joueurs! »
Zachary Bolduc

Le joueur de 6 pieds et de 172 livres affirme avoir beaucoup appris dans l'alignement bas-laurentien, surtout en observant comment les plus vieux se préparaient parfois à livrer trois matchs en trois soirs, tout en conservant la même énergie. «C'est sûr que de partager le vestiaire avec des gars qui avaient plus d'expérience que moi, j'ai vraiment aimé ça, exprime le numéro 15 de l'Océanic. Ça permet de voir la façon de penser des gars, la façon dont ils se préparent et s'entraînent.»

Selon le jeune homme originaire de Trois-Rivières, l'Océanic avait tout ce qu'il fallait pour remporter les grands honneurs à l'issue de la saison. «On avait une excellente équipe et de bons vétérans, avec des gars comme Cédric Paré, Nicolas Guay ou Walter Flower, estime-t-il. On avait vraiment une équipe bien bâtie. On savait que les «play off» s'en venaient et qu'on allait être prêts. On avait un bon gardien. […] Je pense qu'on aurait pu faire un bon bout de chemin en séries!»

S'inspirer d'Alexis Lafrenière

La recrue offensive de l'année se considère privilégiée d'avoir eu Alexis Lafrenière comme coéquipier et capitaine. «Alexis, tout le monde le sait, c'est un joueur exceptionnel, vante-t-il. Il a un lancer foudroyant des ligues majeures! Il a vraiment une vision du jeu que pas beaucoup de gens ont. Je me compte chanceux d'avoir pu jouer avec lui!»

S'il reconnaît que Lafrenière sera difficile à remplacer, il compte bien s'en inspirer et tout faire pour être un joueur d'impact pour l'Océanic. «Je vais essayer de démontrer du leadership, promet Bolduc. On a perdu d'excellents vétérans et leaders. Donc, ça va être important qu'il y en ait qui prenne la relève et j'ai bien l'intention de la prendre.» Pour la prochaine saison, le joueur de centre promet d'améliorer sa constance au jeu. «Cette saison, j'ai connu quelques baisses d'énergie», admet-il.

Incertitude

Zachary Bolduc est conscient qu'avec la crise de la COVID-19, la prochaine saison pourrait être retardée. «C'est sûr que de ne pas savoir quand la saison va commencer, ça peut être dérangeant, se désole-t-il. Ça fait peur de savoir que la saison pourrait juste commencer en janvier ou même jusqu'à tant qu'on ait un vaccin. Mais, ce sont des choses qu'on ne contrôle pas. La seule chose que je contrôle, c'est de m'assurer d'être prêt quand la saison va commencer. Je m'entraîne le plus fort que je peux [….].»

Actuellement chez ses parents à Bécancour, le jeune homme demeure actif. «Je continue l'école le matin et, en après-midi, je m'entraîne, décrit-il. Mon coéquipier, en ce moment, c'est mon petit frère. Ça nous permet d'avoir du «fun» ensemble. On va courir dehors, on joue au basket.»