La semaine dernière, le prodige Alexis Lafrenière a eu le privilège de s’entretenir avec Wayne Gretzky par vidéoconférence en compagnie d’autres espoirs
La semaine dernière, le prodige Alexis Lafrenière a eu le privilège de s’entretenir avec Wayne Gretzky par vidéoconférence en compagnie d’autres espoirs

LHJMQ: Alexis Lafrenière brille au-delà de la patinoire

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Le trophée Paul-Dumont pour le titre de personnalité de l’année a été décerné, mardi, au capitaine de l’Océanic, Alexis Lafrenière. Depuis 1990, ce trophée est remis à un joueur qui a eu un impact médiatique positif et qui a contribué à améliorer l’image de la ligue au cours de la dernière saison de hockey.

Comme Sidney Crosby, qui a aussi évolué au sein du club de Rimouski, Lafrenière reçoit cet honneur pour une deuxième année consécutive. Pour lui, c’est une grande fierté de répéter l’exploit d’un «grand nom de l’histoire de la LHJMQ et du hockey au complet». «C’est un très bel honneur pour moi, souligne le jeune surdoué. Je suis très content. Mais à Rimouski, il y a beaucoup de gens qui m’ont aidé. Je n’aurais jamais pu faire ça sans l’aide de l’Océanic!»

Saison marquante

Cette distinction s’ajoute au trophée Jean-Béliveau reçu à la fin mars à titre de meilleur marqueur du circuit Courteau pour sa fiche de 112 points, dont 35 buts en 52 matchs. En plus d’attirer les médias et les foules partout où il a joué au cours de la saison, Lafrenière a permis au Québec de briller sur la scène internationale en contribuant à la victoire d’équipe Canada, qui a décroché la médaille d’or lors du dernier Championnat mondial junior de la FIHG. Au terme de l’événement, l’attaquant originaire de Saint-Eustache avait obtenu le titre de joueur le plus utile du tournoi en récoltant dix points, dont quatre buts en cinq parties, en dépit d’une blessure au genou. «Le Championnat du monde, ça a été très spécial à vivre, en plus de gagner», reconnaît l’athlète de peu de mots. 

La jeune sensation retire un souvenir très positif de sa dernière saison dans l’uniforme de l’Océanic, même si l’équipe n’a pu accéder aux séries éliminatoires en raison de la pandémie de COVID-19. «Ça n’a pas fini comme on voulait, reconnaît-il. Mais, c’était vraiment le fun de pouvoir jouer à Rimouski!»

Bien qu’il soit triste de la façon abrupte dont la saison a pris fin, il est compréhensif. «On savait qu’on avait une bonne équipe et qu’on pouvait se rendre loin, croit-il. Mais, comme pour toutes les équipes, ça s’est terminé d’une façon vraiment inattendue. Ça a été difficile de finir comme ça, mais la santé des gens était vraiment la plus importante.»

Meilleur espoir

Considéré comme le meilleur espoir nord-américain par le Bureau central de dépistage de la LNH, Alexis Lafrenière est considéré comme le probable premier choix au repêchage. Sa dernière année au sein de la formation bas-laurentienne n’a d’ailleurs pas été de tout repos puisqu’il a été très sollicité par différentes équipes professionnelles. «Je savais, au début de la saison, que ce serait chargé, admet-il. L’organisation de l’Océanic m’a beaucoup aidé là-dedans et on a fait ça comme des pros. Il y avait beaucoup d’entrevues, mais je pense que ça n’a pas pris toute la place dans ma saison et ça ne m’a pas empêché de m’améliorer sur la glace.»

Comme tout le monde, le talentueux numéro 11 de l’Océanic a bien peu d’information sur la date et la façon dont se tiendra le repêchage dans la LNH. «On est dans l’inconnu, indique-t-il, en ajoutant que des entrevues sont encore à venir auprès de certaines équipes. Personne ne sait encore quand va être le repêchage. Moi, comme tous les autres, j’attends de voir comment ça va se passer, mais ce n’est pas quelque chose qui me stresse. C’est quelque chose que je ne contrôle pas. C’est pour ça que j’essaie de me concentrer à m’entraîner fort. Peu importe comment le repêchage va être fait, ça peut être «le fun» quand même!» Si le Canadien de Montréal est écarté en vue de l’obtention du premier choix au repêchage, Alexis Lafrenière aimerait bien être choisi par les Sénateurs d’Ottawa, qui serait l’équipe la plus proche géographiquement de sa famille.

Alexis Lafrenière a été un rouage important dans la conquête du Canada aux derniers Championnats mondiaux junior.

Moments agréables en famille

Depuis qu’il est revenu dans sa famille, l’Eustachois s’entraîne, fait du patin à roues alignées, de la marche et du jogging. Même s’il avoue que sa vie est fort différente de ce qu’il était habitué à Rimouski avec ses coéquipiers, il garde le moral. Selon lui, c’est même agréable de profiter de ce temps en famille qu’il n’a pas eu beaucoup depuis trois ans.

Cependant, le capitaine de l’Océanic admet déjà s’ennuyer des «partisans incroyables de Rimouski». «Ils étaient toujours là pour me supporter», se remémore-t-il. D’ailleurs, ce qu’il retient de ses trois ans à Rimouski, c’est «la passion d’une ville envers le hockey et une organisation de première classe». «J’ai aimé jouer avec l’Océanic, dit-il sans grande surprise. Je pense que c’est une des meilleures organisations non seulement de la LHJMQ, mais aussi de la Ligue canadienne.» Celui qui est perçu comme un joueur sérieux et peu souriant croit que les médias et les partisans ne connaissent pas un trait de sa personnalité qu’il qualifie de «drôle».

Entretien avec Gretzky

La semaine dernière, le prodige a eu le privilège de s’entretenir avec Wayne Gretzky par vidéoconférence en compagnie d’autres espoirs. «C’était une belle rencontre, s’exclame Lafrenière. Wayne Gretzky, c’est le meilleur joueur de tous les temps! C’était spécial de pouvoir lui parler, de pouvoir échanger un peu avec lui. Personnellement, je l’ai trouvé vraiment gentil; il nous écoutait et a répondu à certaines de nos questions.»

Les autres joueurs en lice pour le trophée Paul-Dumont étaient l’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi, Dawson Mercer, et le gardien des Islanders de Charlottetown, Matthew Welsh. Alexis Lafrenière est aussi finaliste pour le trophée Michel-Brière, qu’il a aussi remporté l’année dernière. Ce trophée est attribué au joueur le plus utile.