Le gardien de l'Océanic, Louis-Philip Guindon

Les Remparts coulés en prolongation

C'est mission accomplie pour l'Océanic qui s'était juré de venger ses deux dernières défaites contre les Remparts. Mais, la tâche ne fut pas facile. Les 3 888 partisans ont eu droit, jeudi après-midi, à un duel très serré, digne des séries éliminatoires, entre les deux rivaux légendaires au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. L'Océanic a signé une victoire sur la peau des dents contre les Remparts par la marque de 2-1 en prolongation.
«Tout le monde connaît la rivalité entre Québec et Rimouski, souligne l'entraîneur-chef des Remparts. C'est toujours des bons matchs de hockey et ça a été encore un bon match aujourd'hui, tant d'un bord que de l'autre. Même avec trois vétérans sur la glace, ça a été difficile pour nous autres. On a un point, puis on va le prendre.» Notons qu'Alexandre Sills disputait son premier match avec les Remparts. Les deux équipes ont actuellement 48 points chacun.
Philippe Boucher prend tout de même la défaite avec philosophie. «Il y a beaucoup de positif, aujourd'hui, admet-il. Qui aurait cru, au début de l'année, que l'Océanic et les Remparts se battraient pour la première position à ce temps-ci de l'année? Avec la qualité des joueurs qu'on a sur la glace, même si ce sont des équipes plus jeunes, les deux organisations jouent du bon hockey, présentement. Personne aurait prédit ça!»
Le pilote du club vainqueur fait la même analyse. «Je pense que les Remparts, même avec un alignement diminué, ont joué du bon hockey fermé, laisse tomber Serge Beausoleil. Ils ont été souvent les premiers sur la rondelle.» Le directeur-gérant de l'équipe bas-laurentienne salue aussi l'attitude de ses hommes. «Les gars ont pas lâché, précise-t-il. On n'a pas vécu de frustration parce qu'on avait une bonne opposition de l'autre côté. Les gars ont bien réagi de ce côté-là.»
Pour leur dernier match de l'année, les deux clubs ont croisé le fer de façon intense. Les deux gardiens ont offert un duel enlevant. Callum Booth a brillé avec 35 arrêts sur 38 lancers, alors que Louis-Philip Guindon en a bloqué 26 sur 27. «On a deux bons gardiens qui ont fait le ménage quand il y avait de bonnes chances de marquer», fait remarquer Boucher. Même son rival n'avait que de bons mots pour le cerbère des Diables rouges qui était toujours bien positionné et savait anticiper les lancers, rendant la tâche difficile aux locaux. «Booth a fait des arrêts clés à plusieurs reprises et, entre autres, en prolongation, reconnaît Beausoleil. On aurait dû mettre un peu plus de circulation devant le filet.»
Le match
Dylan Montcalm (14e) a ouvert la marque à 9:06 sur un retour de lancer, aidé par son complice Antoine Dufort-Plante. La première période a été dominée par l'Océanic, qui a pris les devants 1-0.
En deuxième période, Charles-Édouard D'Astous, visiblement ébranlé, a quitté la patinoire en grimaçant. Il a pu revenir au jeu avant la fin du même engagement. À 6:11, Québec a égalé la marque. Grâce à une frappe de fer de Ross MacDougall (6e), la rondelle a trouvé son chemin jusqu'au fond du filet. La période médiane s'est terminée par la marque de 1-1. Le pilote des Bleus n'était pas satisfait de la performance des siens. «Le début de deuxième a été ordinaire, analyse Beausoleil. Les actions étaient molles. Ils (les Remparts) ont pris le momentum là-dessus. C'est ça, le hockey: on s'échange des momentums et c'est ce qui s'est passé aujourd'hui!»
Dans le dernier tiers, Booth et Guindon ont refusé de céder la victoire, forçant la tenue d'une prolongation. C'est Samuel Laberge qui donnera la victoire aux siens.