Le gardien des Huskies, Zachary Émond, a signé un jeu blanc contre l’Océanic en repoussant 33 rondelles.
Le gardien des Huskies, Zachary Émond, a signé un jeu blanc contre l’Océanic en repoussant 33 rondelles.

Les Huskies prennent leur revanche face à l'Océanic [VIDÉO]

RIMOUSKI — Blanchis la veille, les Huskies ont pris leur revanche sur l’Océanic, dimanche, par la marque de 2 à 0 lors du dernier match d’un programme double disputé au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Malgré seulement 19 tirs au but contre 33 du côté des locaux, la formation de Rouyn-Noranda a prouvé que ce n’est pas le nombre de lancers qui est gage de victoire. Pour les hommes de Serge Beausoleil, il s’agissait du deuxième revers par jeu blanc au cours de leurs six derniers matchs.

«Ils ont été bons», a été forcé de reconnaître l’entraîneur-chef de l’Océanic en parlant de l’adversaire, tout en mentionnant que ses troupiers avaient tout de même livré une bonne bataille, surtout en première période. «Ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. C’est un bon match de hockey!» Pour Beausoleil, une chose a principalement fait défaut chez ses ouailles : la finition.

Pression sur la défensive

En première période, les Rimouskois ont investi la zone des visiteurs et ont mis beaucoup de pression sur leur défensive. À l’engagement médian, la jeune défensive de Mario Pouliot, très disciplinée, a su fort bien affronter l’attaque d’Alexis Lafrenière et de ses coéquipiers. «Ils [les Huskies] fermaient la bleue et l’accès au territoire et on s’entêtait à vouloir fignoler, au lieu de mettre la rondelle derrière eux et de travailler avec notre vitesse», a critiqué Beausoleil. De plus, les Bas-Laurentiens n’ont pas su profiter de leurs trois jeux de puissance contre l’équipe présentant le pire désavantage numérique de la Ligue. «En avantage numérique, on a eu de très belles chances, mais on a raté le filet à plusieurs reprises», a déploré le patron.

Après 40 minutes de jeu, la feuille de pointage était aussi blanche que la tempête qui soufflait à l’extérieur. Il a fallu attendre à 13:32 du troisième tiers avant de voir le tableau indicateur bouger sur un but de Mathieu Gagnon (2e). Puis, à un dixième de seconde de la fin de la rencontre, Vincent Marleau (17e) en a ajouté un dernier dans un filet désert.

En ayant fermé la porte 33 fois, le pilote de Rimouski a affirmé que si Zachary Émond «n’avait pas été là, il n’y aurait pas eu de match». Il faut cependant souligner que son vis-à-vis, Colten Ellis, qui en était à son premier départ à domicile après presque deux mois d’absence, a aussi été très solide.