Carson MacKinnon a volé un jeu blanc au gardien des Huskies Zachary Émond, en comptant le seul but des Bleus.

Les Huskies ne font qu’une bouchée de l’Océanic

RIMOUSKI – Pour son dernier match de cette série de quatre rencontres en Abitibi, son plus long séjour sur la route de la saison, l’Océanic a fait face pour une deuxième fois à des Huskies féroces, dimanche, au Centre Iamgold de Rouyn-Noranda. Même si les Rimouskois ont donné tout ce qu’ils pouvaient, du moins lors des deux premières périodes, ils se sont inclinés face à la meute de Mario Pouliot par la marque de 5-1.

L’entraîneur-chef du Bas-Saint-Laurent a été forcé d’admettre que l’adversaire était de taille. «C’est une équipe qui est allée chercher les deux joueurs les plus convoités dans le circuit, a mentionné Serge Beausoleil. Ils avaient déjà une bonne équipe. Ils patinent bien, ont beaucoup de vitesse et beaucoup d’offensive. C’est une très bonne équipe!

«C’était un match en deux temps, a-t-il analysé. J’ai bien aimé notre première portion de match. On était dedans et, à partir du moment où on n’a pas concrétisé en avantage numérique sur le 5 contre 3, on dirait que notre énergie nous a quittés. Après ça, ça a été un chien qui court après sa queue!»

Le vent a tourné

À la fin de l’engagement médian, le vent a effectivement tourné. «Les décisions avec la rondelle étaient beaucoup plus difficiles, on remettait la rondelle à l’adversaire, notre gestion n’était plus là et la fatigue s’était installée mentalement, a reconnu le pilote des Bleus. C’était beaucoup plus difficile.» De plus, l’Océanic n’a profité d’aucun avantage numérique, même à cinq hommes contre trois. «Ce n’était même pas proche de quelque chose», se désolait le pilote.

Néanmoins, l’entraîneur-chef n’avait que de bons mots pour son gardien auxiliaire, Tristan Bérubé, qui a résisté à 43 des 48 lancers reçus. «Il n’a jamais lâché, a-t-il souligné. Tristan a été là tout le long. Il a fait un arrêt-clé sur une échappée en deuxième période.» Il faut aussi préciser que l’Océanic devait composer avec l’absence de son capitaine et défenseur Charle-Édouard D’Astous. «C’est notre général à la ligne bleue», a rappelé Beausoleil. Le vétéran a été suspendu pour deux matchs pour double échec à la tête.

Des leçons

Mais même après deux défaites contre Rouyn-Noranda, Serge Beausoleil faisait contre mauvaise fortune bon cœur.

«Le match d’hier nous a prouvé qu’on était capables de jouer contre les Huskies dans un match de 4-3 avec un filet désert, a-t-il rappelé. Aujourd’hui, malgré l’absence de notre numéro un à la défense, les deux tiers du match étaient intéressants. Ça fait longtemps que j’ai confiance en cette équipe-là. Ils ont fait de belles choses toute la fin de semaine, même si on ne rapporte pas de points.»

En première période, les visiteurs ont tenu tête à leurs hôtes, alors qu’aucun but n’a été marqué. À mi-chemin de l’engagement médian, Noah Dobson (10e) a habilement frappé la rondelle au vol pour l’envoyer dans le fond du filet. À la fin de la période, le même scénario s’est produit : Harvey-Pinard (31e) a attrapé au vol le disque pour déjouer le gardien de l’Océanic.

À 2:28 du dernier vingt, Joël Teasdale (34e) a enfilé l’aiguille dans la seule petite ouverture du filet. Puis à 12:09, Harvey-Pinard (32e) a marqué son deuxième du match en avantage numérique sur un puissant et précis tir de réception. À 17:30, Carson MacKinnon (15e) a volé un jeu blanc à Zachary Émond, natif de Saint-Cyprien au Bas-Saint-Laurent. Mais en fin de rencontre, les Huskies ont profité de leur jeu de puissance à 5 contre 3; Vincent Marleau (16e) a lobé le disque dans le fond de la cage avec 1:01 à faire.