Natif de Gatineau, D'Artagnan Joly avait alimenté les rumeurs lorsqu'il est parti de Baie-Comeau au début de la fin de semaine dernière.

Le Drakkar règle le dossier Joly mais perd à Rimouski

RIMOUSKI — Pendant que le contenu des transactions impliquant D'Artagnan Joly et Justin Blanchette du Drakkar de Baie-Comeau devenait public, samedi, à la veille de l'ouverture officielle de la période des échanges de la LHJMQ, l'Océanic l'a emporté 4-1 lors du deuxième match d'un programme double contre la formation de la Côte-Nord, le dernier avant la pause des Fêtes pour les deux clubs rivaux.

Avant même le début du match, on apprenait que Joly, qui était retourné chez lui dans l'attente de changer de camp, avait été cédé aux Tigres de Victoriaville en retour du défenseur Mathieu Charlebois et de l'attaquant Marc-Antoine Brouillette. Cet échange ferait suite à celui qui avait dirigé l'attaquant Samy Paré vers l'équipe des Bois-Francs en retour d'un choix de 8e tour en 2019, récemment.

Natif de Gatineau, Joly avait alimenté les rumeurs lorsqu'il est parti de Baie-Comeau au début de la fin de semaine dernière. Avec une fiche de 26 points en 31 parties, cette saison, il avait été sélectionné en sixième ronde (171e rang) du repêchage de 2017 de la LNH par les Flames de Calgary.

Charlebois est, quant à lui, un arrière à caractère défensif qui apportera un aspect physique dans la formation de Martin Bernard. En 29 matchs, il cumule trois mentions d'aide et un dossier de -12. Brouillette, lui, est un joueur recrue de 19 ans repêché en 14e ronde par les Tigres, en juin dernier. Il a amassé neuf points en 20 matchs, cette saison, après avoir réussi à se tailler un poste avec l'équipe.

Le profil de cet échange sera finalisé lors d'une permutation de choix au repêchage et sera officialisé au début de la période des transactions. Le gardien Justin Blanchette, qui avait demandé à partir de Baie-Comeau, prend pour sa part le chemin de Shawinigan en retour de Lucas Fitzpatrick, un autre homme masqué.

Si l'entraîneur-chef Martin Bernard a convenu que D'Artagnan Joly n'était pas en uniforme en fin de semaine, il a toutefois refusé de commenter toute transaction possible. «C'est le travail du directeur général», s'est-il contenté de répondre.

Du côté de Rimouski, certains changements sont aussi à prévoir. Interrogé sur le sujet, l'entraîneur-chef et directeur-gérant Serge Beausoleil a confirmé qu'«il y aura peut-être un peu de mouvements, mais je ne m'attends pas à grand-chose avant lundi et ça n'a pas cogné à ma porte pour aller vers d'autres cieux», illustrait-il.

L'Océanic a retourné Jordan Spadafore chez lui en Ontario. «On a droit à 25 gars actifs sur notre alignement, a indiqué le dg. Son sort va être déterminé lundi. On ne pouvait pas le garder.»

L'Océanic a rebondi 

Lors du match de samedi au Colisée Financière Sun Life, l'Océanic a rebondi de belle façon pour ainsi faire oublier auprès de leurs 3 416 partisans leur indiscipline de la veille qui les avait conduits à une défaite amère. Déterminés à prendre leur revanche, les hommes de Serge Beausoleil ont été plus incisifs et affamés que leurs visiteurs.

«Sans équivoque, les gars ont joué comme il faut jouer, avec beaucoup d'entrain, beaucoup de détermination, a soutenu avec satisfaction l'entraîneur-chef. Ce n'est pas une semaine facile: ce sont les examens, c'est le congé des Fêtes qui se pointe. Je suis vraiment très fier d'eux!»

Contrairement au duel précédent, ses troupiers ont davantage évité le cachot tant et si bien qu'ils n'ont pas riposté à la majorité des attaques et des mises en échec des Nord-Côtiers. «On a joué un match très physique et on est restés dans les limites de la légalité, a fait remarquer le pilote. C'est exactement l'identité qu'on veut déployer.»

Du côté de Baie-Comeau, l'enthousiasme n'était pas le même. «Je pense qu'on a attrapé le virus que l'Océanic avait hier, a illustré Bernard. La «game» s'est un peu jouée là; quand tu es sept fois au banc de punitions, c'est dur de prendre un momentum pendant le match!»

Avec beaucoup d'intensité, les deux clubs se sont livrés à un duel captivant. Très rapide, le match était digne des séries éliminatoires. Dominant au chapitre des tirs au but avec 30 lancers contre 24 du côté adverse, les locaux ont embouteillé les Baie-Comois et leur ont donné beaucoup de fil à retordre pour arriver à sortir de leur territoire.

C'est Cédric Paré (7e) qui a marqué le premier but de la rencontre en avantage numérique à 4:36 de la première période. Jason Imbeault (3e), qui a joué un très bon match, a échappé à la surveillance de Kyle Jessiman qui n'a pas vu arriver le rebond de la rondelle contre la clôture à 15:36 de l'engagement médian. Puis à 18:00, Dmitry Zavgorodniy (19e) s'est échappé et a compté sans aide en désavantage numérique.

À 7:45 du dernier tiers, Olivier Garneau (19e) en a ajouté un autre, son quatrième au cours des trois derniers matchs. Avec une mention d'aide sur ce

but, Jimmy Huntington en est à sa 14e partie consécutive à récolter au moins un point. Donc, avec sa fiche de 52 points, il se classe à seulement deux points d'Alexis Lafrenière. À 18:17, le but de Nathan Légaré (21e) en supériorité numérique aura volé un jeu blanc à Colten Ellis.

Ce dernier match, qui ouvre le congé des Fêtes, en était un particulièrement émotif pour le descripteur des matchs de l'Océanic, Michel Germain, qui commémorait un triste anniversaire. Il y a vingt ans, jour pour jour, pendant qu'il décrivait une partie à Québec, il apprenait que sa mère, sa conjointe et sa fille de 9 ans avaient péri toutes les trois dans un accident de la route.