Le Drakkar a eu chaud, mais il est parvenu à signer un gain de 4-2 aux dépens de son éternel rival de l’autre côté du fleuve, l’Océanic.

Le Drakkar arrache la victoire à l'Océanic

BAIE-COMEAU – Le Drakkar a eu chaud, mais il est parvenu à signer un gain de 4-2 aux dépens de son éternel rival de l’autre côté du fleuve, l’Océanic. Si plusieurs croyaient que les Rimouskois ne seraient pas dans le coup après la première période, ils ont dû ravaler leurs paroles.

Avec le filet d’Ivan Chekhovich, son 30e de la saison à 7 :31 de la troisième, le Drakkar menait 3-0 et la foule de 2561 spectateurs au Centre Henry-Leonard était en liesse. Mais l’Océanic a répliqué avec deux buts en moins de cinq minutes, ceux de Nathan Ouellet et Carson MacKinnon, corsant ainsi la fin de la rencontre. Le but de Yaroslav Alexeyev dans un filet désert a finalement tiré les marrons du feu.

«On a joué une excellente première période, je suis moins content de la deuxième mais à un moment donné, il va falloir pratiquer pour que tout tombe en place», a souligné l’entraîneur-chef Martin Bernard. «À 3-2, je ne pense pas qu’on a paniqué, mais j’ai demandé mon temps d’arrêt pour s’assurer de garder le focus à la bonne place.»

Avec le paquet de nouveaux joueurs dans son alignement, Bernard n’a pas hésité à jouer avec ses combinaisons. Il a d’ailleurs démarré avec du muscle, lançant Nathan Légaré, Shawn Element, Thomas Éthier, Mathieu Charlebois et Sacha Roy dans la mêlée. «Ça a donné le ton à l’aspect physique du match, ce qui était important pour nous», a-t-il signalé.

«Le Drakkar est sorti enragé, il était partout sur la glace, il faut donner à César ce qui appartient à César, mais en deuxième, on est retombés sur nos pieds et j’aime comment nos gars réagissent face à l’adversité», a indiqué pour sa part le pilote des Bleus, Serge Beausoleil. «Il y a beaucoup de matière à apprendre de ce match.»

Avec 13 tirs au filet contre seulement 2, le Drakkar a totalement dominé le premier vingt. Jordan Martel a d’abord profité d’une bévue de Vincent Martineau pour s’échapper et battre Colten Ellis d’un tir parfait du revers. Éthier a ensuite inscrit son premier dans l’uniforme du Drakkar, à la faveur d’un avantage numérique.

«Thomas, c’est le genre de joueur que les entraîneurs adorent. C’est un gros bonhomme qui patine bien, qui se préoccupe des petits détails et c’est un joueur d’équipe incroyable», a lancé Bernard à propos de la première étoile du match. «C’est d’ailleurs ce que j’apprécie de notre groupe. Ce sont tous des joueurs d’équipe et si on veut avancer, c’est primordial de mettre les egos de côté.»

En deuxième, l’Océanic est parvenu à imposer son rythme, mais Dereck Baribeau a refusé de laisser passer le disque. L’arrêt de l’engagement est toutefois revenu à Ellis, qui a volé Chekhovich en début de période, permettant aux siens de rester dans la rencontre. «Ellis était là quand il le fallait. Il nous donne toujours une chance de gagner et il propage beaucoup de confiance au sein de l’équipe», a mis en lumière Beausoleil.

Pour son retour à Baie-Comeau, D’Artagnan Joly a été passablement discret, prenant deux tirs au but. À chaque fois qu’il touchait au disque, il a malheureusement été hué par quelques hurluberlus.

Pascal Corbeil s’amène

En fin de journée vendredi, le Drakkar a fait l’acquisition d’un défenseur de premier plan en Pascal Corbeil, de l’Armada de Blainville-Boisbriand. En retour, Steve Ahern a dû céder trois choix au repêchage, un espoir et l’ailier gauche Tyler Hylland. Le défenseur droitier de 20 ans devait être en uniforme contre l’Océanic, mais son avion n’a pu atterrir à Baie-Comeau en raison d’une piste glacée.

En retour, le Drakkar a échangé Hylland, Thomas Lacombe, choix de quatrième ronde de l’équipe en 2017 qui évolue présentement dans un circuit junior A aux États-Unis, un choix de cinquième ronde en 2019 (qui appartenait à Moncton), un quatrième choix en 2020 et un troisième en 2021.

«Corbeil, c’est un gars qui a 35 matchs d’expérience en séries, qui a fait deux fois la finale, qui est hors pair dans la chambre et qui n’aura sûrement pas de problème de transition ici», a fait valoir le directeur général du Drakkar.

Ahern était toutefois déçu de laisser partir Hylland, un vétéran qui a répondu à la commande durant son séjour à Baie-Comeau. Son âge (20 ans) a cependant joué contre lui. «Je trouve ça plate pour Tyler, qui nous rendait de fiers services et qui est très apprécié», a souligné Ahern.

Remis d’une opération à un genou, Corbeil n’a disputé que six rencontres jusqu’ici cette saison. En 175 matchs dans le circuit Courteau, il a amassé 121 points, dont 22 buts, en plus de 20 points en 35 matchs éliminatoires. Il portera le numéro 7, celui d’Hugo Savinsky, qui est retourné chez lui mais qui est toujours sur la liste de protection du Drakkar.

Steve Ahern a donc fait grimper un huitième nouveau joueur à bord et il n’a peut-être pas encore terminé ses emplettes. Il a confié être toujours en discussions avec Blainville-Boisbriand pour les services de Joël Teasdale, pièce maîtresse de l’Armada qui aurait sûrement sa place à Baie-Comeau.