L'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil, croit que ses troupiers s’étaient mentalement préparés pour un duel plus facile.

La séquence victorieuse de l’Océanic prend fin à Val-d’Or

RIMOUSKI — C’est à Val-d’Or qu’a pris fin, mercredi après onze gains consécutifs, la séquence victorieuse de l’Océanic, mercredi, au Centre Air Creebec de Val-d’Or. Se butant à l’excellent gardien de but Jonathan Lemieux, les Rimouskois ont perdu face aux Foreurs par la marque de 2-1. «C’est un match bien décevant», n’avait que pour seuls mots Serge Beausoleil pour résumer le match.

«On a eu quelques bons tirs à bout portant, a fait remarquer l’entraîneur-chef. Mais, c’est un match fade de notre part. Ça manquait de mordant. Ils ont très bien fait de l’autre côté.»

Même si ses hommes ne se sont donné aucune chance en accordant sept jeux de puissance à leurs adversaires, contre un seul de leur côté, l’entraîneur-chef ne croit pas pour autant que ce soit l’indiscipline qui ait coulé son club. «C’est plus notre manque de hargne et de désir de vaincre, croit Beausoleil. On n’a pas livré ce qu’il fallait pour gagner le match. Les Foreurs ont joué une game de patience et ils ont gagné.»

Les hommes de Pascal Rhéaume ont démontré beaucoup de vitesse et se sont impliqués physiquement, deux aspects qui étaient absents du côté de leurs invités. «On perdait nos batailles à un contre un, a observé l’entraîneur bas-laurentien. Le match a bifurqué du côté des gars qui travaillaient le plus fort!»

Le pilote des Bleus croit aussi que ses troupiers s’étaient mentalement préparés pour un duel plus facile. Il faut cependant souligner qu’ils ont dominé les locaux au chapitre des tirs au but (30-21).

Les visiteurs ont pourtant pris les devants tôt en début de match sur un but de Cédric Paré (13e), aidé de Jeffrey Durocher. Puis, en début de deuxième période, Val-d’Or a créé l’égalité grâce à un but de Peyton Hoyt (19e). Celui-ci mettait un terme à 175 minutes et 37 secondes sans que les gardiens de l’Océanic n’aient accordé de but sur la route. Au dernier vingt, David Noël (8e) a décoché un tir qui s’en allait rater sa cible, mais qui a dévié sur le patin d’Anthony D’Amours pour passer derrière Colten Ellis.