Frédérik Gauthier (numéro 23) a récolté deux passes dans la victoire de l'OCéanic.

La progression de Frédérik Gauthier confirmée

Frédérik Gauthier ne regrette pas sa décision d'avoir préféré le hockey au football. Le centre de six pieds quatre pouces de l'Océanic de Rimouski a fait un pas de géant dans la liste de la Centrale de recrutement de la LNH, où il est désormais identifié comme étant le septième meilleur espoir en Amérique du Nord.
«Je ne savais pas que ça sortait aujourd'hui [mardi]. C'est sûr que je suis content, mais la saison n'est pas terminée, il en reste encore un bon bout et il faut continuer à travailler», disait-il après une séance de tests avec ses partenaires de jeu de l'équipe Cherry.
L'Océanic est bien représenté au Match des meilleurs espoirs. En plus de Gauthier, les défenseurs Jan Kostalek (40e) et Samuel Morin (76e) qui l'accompagnent sont aussi répertoriés, tout comme le gardien Philippe Desrosiers (sixième de sa profession). La liste comprenait aussi les noms de Maxime Gravel, Michaël Joly, Vladimir Bryukvin et Simon Fortier.
Le désir de faire une carrière dans le hockey est récent et la possibilité de réussir, de plus en plus présent. «L'an passé, je me suis dit que j'avais des chances, et aujourd'hui, je réalise que ça peut arriver. Je suis content d'être rendu où je suis. À Rimouski, on joue bien ensemble. Ça aide quand tout va bien et quand ça devient plus difficile, on peut s'entraider», expliquait l'auteur d'une fiche de 15 buts et 30 passes en 38 matchs, mais aussi d'un dossier de + 21.
Avec l'Océanic, Gauthier est vite devenu un pilier. On fait appel à lui dans les moments cruciaux, autant quand vient le temps d'aller chercher un gros but que pour protéger une mince avance, en supériorité numérique comme en désavantage.
«On savait qu'on avait un bon groupe de jeunes et de voir qu'ils répondent à la hauteur des attentes, c'est le fun pour nous. Gauthier, on le voit là depuis le début de l'année», a avoué Philippe Boucher à propos de son joueur de centre de grand format.