L'entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil

La dentelle a failli couler l'Océanic

L'Océanic a dû batailler ferme contre le Phoenix de Sherbrooke, pour inscrire une 10e victoire consécutive à domicile grâce à un but de Tyler Boland en tir de barrage.
L'Océanic avait pourtant rapidement appareillé, marquant trois fois en huit minutes et 14 secondes. Le Phoenix a toutefois réussi à gruger cette avance au deuxième vingt et la troupe de Serge Beausoleil a dû attendre le but de Boland en tir de barrage pour savourer une victoire de 4-3.
«On a bien débuté le match», a noté l'entraîneur-chef, mais j'ai moins aimé notre deuxième période, où on a commencé à faire dans la dentelle avec seulement six tirs au filet, en jouant à la roulette russe et en oubliant nos responsabilités à la défensive.  On a vu notre équipe en troisième période, patiner, utiliser sa vitesse, son physique, aller vers le filet et diriger 17 tirs. C'est ce qui ressemble à notre équipe de hockey.»
Il n'a fallu que 23 secondes en début de match à la nouvelle acquisition de l'Océanic, Charles-David Beaudoin (5e), pour marquer. Moins de six minutes plus tard, Alex Bureau n'a pas paru à son meilleur sur le tir de Vincent Dunn (10e). Puis le but de Christopher Clapperton  (16e) au quatrième tir sur Bureau a amené Evan Fitzpatrick devant la cage du Phoenix.
Desrosiers surpris
Un changement qui a donné des ailes aux visiteurs. Raphaël Lafontaine a d'abord reçu un cadeau de Philippe Desrosiers à mi-chemin de la première période, puis Simon Desbiens et Lafontaine ont ramené les compteurs à zéro en deuxième.
«Notre gardien s'est fait surprendre un peu sur le premier but», a reconnu Beausoleil. «Sur les deux autres buts, rien à lui reprocher, on a cafouillé dans l'enclave. En fusillade, il nous a permis de gagner le match. De là à dire, que c'est un mauvais match pour lui, je n'embarque pas dans ce dossier-là.»
Desrosiers a repoussé 26 tirs, tandis que les deux gardiens du Phoenix ont été la cible de 38 tirs.