Serge Beausoleil

Islanders 0/Océanic 1: presque arrêté par une recrue

Un vétéran de longue date et une verte recrue s'étaient conviés à un duel de gardiens, dimanche, lors de la visite des Islanders de Charlottetown à Rimouski. Autant Louis-Philip Guindon que Matthew Welsh ont blanchi l'adversaire durant 65 minutes, mais le second a vu une défaite inscrite à sa fiche, en vertu du gain de 1-0 de l'Océanic en fusillade.
Hunter Moreau a joué les héros au sixième tour de la fusillade, étant le premier et le seul joueur des deux équipes à toucher le fond du filet de tout le match. Le cerbère de 16 ans des Islanders, sans conteste la première étoile de la rencontre, a stoppé 38 tirs des Rimouskois, dont deux lancers de punition, un en troisième période et l'autre en prolongation.
À l'autre bout, Guindon a été moins occupé que Welsh, autant quantitativement qu'en matière de qualité des tirs, mais il a été néanmoins été impeccable face aux 29 lancers des visiteurs. Pour ce qui est du jeune gardien des visiteurs, il en était déjà à son second blanchissage, à sa quatrième sortie seulement dans le circuit Courteau.
«Ça valait le prix du billet. Quel match», a lancé l'entraîneur-chef Serge Beausoleil pour amorcer son point de presse d'après-rencontre. «Il n'y a pas eu de buts, mais on a eu plusieurs chances. On aurait pu en marquer trois ou quatre, juste en supériorité numérique», a ajouté celui qui a salué la performance de Welsh. «Ça leur (Charlottetown) fait un maudit bon back-up.»
Avec ce gain, l'Océanic a signé une sixième victoire d'affilée contre un seul revers, une fiche probablement au-delà des espérances de Beausoleil. «On va la prendre, cette fiche. Les points engrangés en septembre et en octobre sont importants à la fin de la saison», a-t-il rappelé.
Rapide et physique
Les deux formations ont livré une première période partagée, à la fois rapide et physique. Le jeu s'est toutefois resserré en deuxième. L'Océanic a obtenu les meilleures chances, mais les hommes de Beausoleil n'ont pu tromper la vigilance de Welsh. Antoine Dufort-Plante a notamment frappé le poteau de plein fouet.
Un combat entre Samuel Laberge et Bradley Kennedy, qui a touché le gant de Guindon après le coup de sifflet, a pimenté l'engagement médian.
NOTE : L'Océanic était privé de Michaël Joly (dernier match d'une suspension de trois) et Nicolas Werbik (suspendu un match pour avoir tenté de retirer le casque de Yan Aucoin, du Drakkar, vendredi)