Samuel Girard (94) a récolté cinq points dans la victoire de 6-2 des Cataractes contre l'Océanic.

Girard «tricote» une défaite à l'Océanic

L'expérience des Cataractes a eu raison de la jeunesse de l'Océanic, alors que Shawinigan a connu une troisième période de quatre buts pour filer vers une victoire de 6-2, vendredi au Colisée Financière Sun Life de Rimouski, devant 3137 spectateurs.
L'entraîneur-chef des Cataractes convenait toutefois que la marque n'était pas à l'image du duel. «Il faut leur donner le crédit», a noté Claude Bouchard. «C'est une équipe contre qui on a eu de la misère toute l'année! C'est une équipe qui travaille excessivement fort dans les situations de un contre un et ils bloquent beaucoup de lancers. On a souvent de la difficulté à accoter leur intensité. De notre côté, on n'a quand même pas joué un match comme on est capables de jouer!»
«On était là pendant les deux premières périodes», corroborait l'entraîneur-chef de Rimouski, Serge Beausoleil. «Puis, en troisième période, on a eu de mauvaises pénalités et un jeu erratique de notre part.»
Avec un but et quatre mentions d'assistance, le défenseur Samuel Girard a largement contribué à la victoire des siens. «Quand tu attaques Girard, il te tricote une paire de bas, c'est pas trop long», a fait comme analogie Beausoleil.
«On est conscients que c'est un des bons défenseurs de la ligue», a souligné Bouchard. «On a besoin d'avoir des performances de sa part comme ça le plus souvent possible.»
Un nouveau joueur faisait partie de l'alignement de l'Océanic : Anthony D'Amours, un petit gars de la région. 
41e but de Boland
C'est l'Océanic qui a ouvert la marque à 8:32 de la première période sur un but de Samuel Hunter (2e). Puis à 14:49, Jimmy Lemay n'a rien vu en raison de la circulation intense devant son filet lorsque Girard (8e) a atteint la cible.
À l'engagement médian, Tyler Boland a redonné l'avance à Rimouski en avantage numérique avec son 41e but en saison. Antoine Demers (4e) a toutefois marqué le but égalisateur avec 38 secondes à faire à la période.
À 5:39 du dernier vingt, un bon tir du poignet de Dennis Yan (40e) a dévié à côté de Lemay. Pour la première fois au cours de la rencontre, les Cats prenaient les devants.
Puis Cameron Askew (24e et 25e), qu'on n'avait à peu près pas vu du match, a causé la surprise en enfilant deux buts coup sur coup, dont le deuxième dans un filet désert. «C'est un peu lui», a admis Bouchard. «Mais au niveau de son intensité, c'est parfois un peu plus difficile. Il doit aussi travailler sa constance. Mais, pour compter des buts comme ça, ça prend un certain talent!»
Samuel Blier (7e) a aussi marqué dans une cage vide avec 18 secondes à faire. Lemay n'a repoussé que 19 tirs, tandis que Mikhail Desinov faisait face à 25 lancers.