Étienne Marcoux

Deux bévues coulent l'Océanic

Deux bévues défensives, un certain manque d'opportunisme et une bonne performance du gardien de but adverse auront causé la perte de l'Océanic, qui s'est incliné mercredi 5-2 face à l'Armada de Blainville-Boisbriand, devant 3309 amateurs, au Colisée de Rimouski.
À son dernier match en carrière à Rimouski, le vétéran gardien Étienne Marcoux s'est assuré de laisser une impression durable chez les partisans de l'Océanic, défaisant le club local avec 31 arrêts et... deux passes! Il faut dire que les hommes de Serge Beausoleil ne se sont pas rendus la vie facile en accordant un but dès la 17e seconde. C'est l'erreur d'un défenseur qui a mené au 23e de Danick Martel.
«On savait que Blainville partirait très fort parce que c'est ce qu'ils avaient fait à leur dernière visite ici. On ne peut pas blâmer Philippe Desrosiers sur ce jeu-là. C'est plutôt notre défenseur qui ne lui a pas donné d'option. En sortant, Desrosiers n'a pas eu le temps de regagner sa cage», a jugé Beausoleil.
La réplique rimouskoise est venue en milieu de première, alors que Peter Trainor (21e) nivelait la marque en avantage numérique, sur un jeu préparé par Michaël Joly et Frédérik Gauthier. Avant la fin de la période, la troupe de Jean-François Houle prenait l'avance 2-1, grâce au quatrième de Samuel Tremblay, puis élargissait l'écart 3-1 avec la supériorité d'un homme, avec le neuvième de Dominic Talbot-Tassi.
Marcoux solide
Malgré un bel effort, l'Océanic s'est butté à un Marcoux solide, en deuxième. Il aura fallu attendre le début de la troisième pour qu'il finisse par céder, sur le cinquième de la saison de Jimmy Oligny qui faisait 3-2. Un autre cafouillage en défensive a toutefois freiné la remontée de l'Océanic, alors que Daniel Walcott (10e) donnait une priorité de 4-2 à l'Armada, puis Emil Aronsson (9e) inscrivait le but d'assurance dans un filet désert.
«À 3-2, on pensait qu'on pouvait revenir dans le match. En fin de troisième, on avait un bon contrôle, mais on ne peut pas passer sous silence le brio de Marcoux», a conclu Beausoleil.
Sur le coup de la sirène de la fin du match, le défenseur de l'Océanic Samuel Morin a reçu une extrême inconduite de partie après avoir cassé son bâton dans une baie vitrée et l'avoir expédié dans les gradins