C'est Éric Dubois qui agissait comme entraîneur-chef derrière le banc de l'Océanic vendredi, Serge Beausoleil étant retenu à Baie-Comeau en raison de pourparlers d'échanges.

De belles Fêtes pour l'Océanic

Les Tigres de Victoriaville ont bien failli gâcher le congé des Fêtes de l'Océanic, qui a laissé filer une avance de trois but avant de l'emporter 6-5 en tirs de barrages.
«Un lent début, c'était pas évident», a commenté Éric Dubois, qui agissait comme entraîneur-chef en remplacement de Serge Beausoleil, retenu à Baie-Comeau après un séjour à Gatineau pour transiger.
«On avait de la misère à bouger la rondelle», a noté Dubois. «Mais, au point de vue caractère, lorsque les Tigres ont égalisé 5-5, on aurait pu facilement paniquer, avoir beaucoup de nervosité. Au contraire, je trouve qu'on a joué notre meilleur hockey. Il y a une certaine maturité dans l'équipe.»
Les pénalités ont été coûteuses pour l'Océanic, surtout celles de la nouvelle acquisition de l'Océanic, Guillaume Rioux-Legault qui, a lui seul, a écopé d'un total de dix minutes pour dardage et mise en échec par-derrière.
«Ça a été un match en montagnes russes», a observé l'entraîneur-chef des Tigres, Bruce Richardson. «En première période, j'étais vraiment content. Les gars ont sorti vraiment fort. Je suis juste déçu qu'on n'ait pas réussi à suivre ça en deuxième période. [...] Même en surtemps, à trois contre trois, on n'a pas été capables de capitaliser. C'est sûr que quand tu arrives en fusillade contre un goaler comme Louis-Philip Guindon, qui est un des meilleurs de la ligue, tu sais que ça va être une tâche plus difficile.»
Le match a commencé rudement. Après une petite seconde de jeu, Danyck Calgaro (Tigres) et Anthony Chapados ont été envoyés au cachot. Une minute plus tard, Samuel Laberge (8e) a ouvert la marque. Kyle Tibbo a profité d'une supériorité numérique pour créer l'égalité à 8:59. Un autre avantage numérique a permis à  Gabriel Gagné de lancer Victo en avant.
Les hommes de Dubois sont revenus en force en deuxième grâce à Antoine Dufort-Plante, qui a marqué ses 14e et 15e filets de la saiosn.
À 2:02 en troisième, Samuel Beck, qui affrontait son jumeau Guillaume, creusait l'écart en déjouant Olivier Tremblay. Moins de 50 secondes plus tard, son coéquipier Simon Bourque (6e) en a fait autant en avantage numérique.
Après trois buts sans riposte de l'Océancic et moins de 15 minutes à faire à la troisième période, les Tigres n'avaient pas dit leur dernier mot. Pascal Laberge a ramené les Tigres à 5-3, puis Tristan Pomerleau et Marc Beckstead ont profité d'avantages numériques pour ramener tout le monde à la case départ.