Olivier Garneau a marqué deux buts pour l’Océanic lors de la rencontre.

Colten Ellis sauve la mise

RIMOUSKI — L’Océanic, qui complétait une séquence de trois parties locales, mardi, a arraché difficilement une victoire de 3 à 2 aux Cataractes de Shawinigan au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Si ce n’avait été du jeu spectaculaire de leur gardien, les Rimouskois n’auraient absolument pas été dans le coup. «Il n’y aurait pas eu de match sans Colten Ellis», a critiqué l’entraîneur-chef local, Serge Beausoleil.

Son vis-à-vis savourait le résultat de ce match comme s’il s’agissait d’un gain. «Bonne game des deux côtés, a analysé Daniel Renaud. Ce sont les unités spéciales qui ont fait la différence. À 5 contre 5, on a trouvé le moyen d’être + 2 contre une puissance comme l’Océanic! Pour nous, c’est une forme de victoire!»

L’entraîneur-chef de Shawinigan était très fier de ses troupiers. «Tout y était : un effort impeccable, le respect du système, la discipline, a-t-il vanté. Côté effort et intensité, c’est A+.»

Beausoleil lui donnait raison : «Il y a peut-être de nos gars qui devraient les respecter un peu plus. Ils ont joué un très solide match. Ils étaient sur la rondelle partout.»

Les hommes de Daniel Renaud ont connu un excellent départ. La plus jeune équipe de la ligue a dominé au chapitre des tirs au but et a pris les devants après 20 minutes de jeu. Un mauvais rebond à 19:25 a permis à Valentin Nussbaumer (11e) d’aller porter le disque derrière Ellis.

Des punitions

Les locaux se sont réveillés à l’engagement médian. Le couteau entre les dents, les hommes de Serge Beausoleil ont été plus menaçants, générant beaucoup plus de rondelles au filet. Ils ont ainsi réussi à marquer trois buts, tous en avantage numérique. Olivier Garneau (28e et 29e) y est allé d’un doublé. Alexis Lafrenière (27e) a ensuite glissé tout doucement la rondelle entre les jambières d’Antoine Coulombe. Alors que les Cats croyaient avoir égalisé la marque en fin de période, le but a été refusé pour hors-jeu.

Le banc du cachot de l’Océanic n’a pas eu le temps de refroidir au dernier tiers, offrant des jeux de puissance à répétition aux visiteurs, qui n’ont pas réussi à percer la muraille d’Ellis. «Quand on donne 5 minutes à 3 contre 5, c’est carrément inadmissible, a déploré Beausoleil. Je ne défendrai pas personne. C’était des pénalités qui étaient méritées et on avait le culot de les argumenter, en plus! On est loin de la coche! Mais, on a toujours des joueurs qui lèvent leur jeu d’un cran dans des situations difficiles. Colten a sauvé la mise plus d’une fois. Ça avait l’air facile. Il avait l’air à tout voir au ralenti. C’est une grande qualité de gardien de but!»