Le dernier affrontement entre les deux concessions en saison régulière, qui remontait au 18 octobre 2018, s’était soldé par une défaite de 4-3 des Bas-Laurentiens à Sydney, au Cap-Breton. Très physiques, talentueux et d’une vitesse remarquable, ses hommes ont imposé leur tempo dès le début de la rencontre.

Cap-Breton 1/Rimouski 3, la troisième a suffi à l’Océanic [VIDÉO]

RIMOUSKI — Pour le premier duel en série de leur histoire, l’Océanic et les Screaming Eagles ont entamé le quart de finale d’un 4 de 7 avec une victoire des hôtes au compte de 3-1 au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Rien de laissait présager une victoire des Rimouskois avant qu’ils n’explosent littéralement en troisième avec trois buts sans riposte.

Le dernier affrontement entre les deux concessions en saison régulière, qui remontait au 18 octobre 2018, s’était soldé par une défaite de 4-3 des Bas-Laurentiens à Sydney, au Cap-Breton. Très physiques, talentueux et d’une vitesse remarquable, ses hommes ont imposé leur tempo dès le début de la rencontre. 

«On était en avance une bonne partie du match, ne pouvait que constater l’entraîneur-chef du Cap-Breton, cachant difficilement sa déception. On a fait de très bonnes choses. On ne changera pas notre manière de jouer.» Pour le pilote de Sydney, une bonne possession de la rondelle, une bonne vitesse et un excellent support offensif sont les ingrédients pour créer des chances de marquer. Marc-André Dumont avait prédit un match serré et il ne s’est pas trompé. «On sait qu’on peut continuer à bâtir notre série de la manière qu’on a jouée ce soir, mais on sait tous qu’on peut faire mieux», estime-t-il. 

De leur côté, les locaux ont bataillé fort et, d’un puissant crescendo, ont donné du fil à retordre à leurs invités. «Comme le disait Donald [Dufresne], on avait oublié de mettre nos roues en première période, a imagé d’un large sourire l’entraîneur-chef de Rimouski, Serge Beausoleil. En deuxième période, Colten [Ellis] a été solide. On a eu sept chances de marquer. Après ça, on a commencé à prendre notre rythme. On appréhendait ça un peu. C’est une bonne équipe, de l’autre côté, qui a beaucoup, beaucoup de vitesse. J’ai aimé comment on a réagi, sans paniquer.»

Le match

Tôt en début de match, Shawn Boudrias s’est imposé dans l’enclave et, en étirant son bâton, a fait dévier le lancer de Nathan Larose (2e) dans la partie supérieure du filet pour marquer le premier but du match.

En deuxième période, aucune des formations n’a réussi à percer les murailles de Colten Ellis et de Kevin Mandolese. Au dernier tiers, les Rimouskois ont connu un départ canon. À 43 secondes, sur une erreur d’Adam McCormick, Alexis Lafrenière (4e) s’est échappé et a égalisé la marque. Le but du jeune surdoué, qui récoltera des passes sur les deux autres, aura eu pour effet de propulser sa troupe, soutenue par les 3707 partisans assis sur le bout de leur siège. «Wow!, s’est exclamé Beausoleil. On avait une très belle ambiance. On avait nos fans derrière nous.»

En fin de partie, Olivier Garneau (1er) a donné les devants aux siens après une bousculade devant le filet. À moins de 2 minutes à faire, Jimmy Huntington a scellé l’issue du match dans un filet ouvert. La deuxième rencontre entre les deux formations est fixée au même endroit dimanche.

+

LA LHJMQ TIENDRA SA LOTERIE DU REPÊCHAGE LE 18 AVRIL

BOUCHERVILLE — La Ligue de hockey junior majeur du Québec tiendra sa loterie en vue de la séance de repêchage le 18 avril à Montréal.

Ce tirage au sort déterminera les cinq premiers choix de la séance de sélection annuelle qui aura lieu au Centre Vidéotron de Québec, le 8 juin 2019. Le nombre de boules et les probabilités sont basés sur la position de l’équipe au classement général de la saison régulière.

Les Wildcats de Moncton, avec le choix d’Acadie-Bathurst, disposeront de neuf boules, soit 43 % de probabilités d’obtenir le premier choix. Les Foreurs de Val-d’Or (choix de Saint-Jean) suivent à 28 %; les Cataractes de Shawinigan à 14 %; les Olympiques de Gatineau à 10 % et les Sea Dogs de Saint-Jean (choix de Blainville-Boisbriand) à 5 %.

Une fois qu’une des équipes a été pigée, ses boules sont retirées du boulier. La même procédure est alors répétée pour chacun des tirages. Si les Wildcats de Moncton n’obtiennent pas le premier ou deuxième choix au tirage, ils hériteront automatiquement du troisième de la séance de sélection.

Les Foreurs, eux, ne pourront pas repêcher plus tard qu’au quatrième échelon en raison de leur 17e position au classement général. La Presse Canadienne