Tristan Bérubé a été déjoué quatre fois sur 23 tirs à son retour au centre Robert-Guertin, mais il a gardé ses meilleurs arrêts pour la fin.

Bérubé sauve la mise en prolongation [VIDÉO]

Quatre joueurs de l’Océanic de Rimouski ont déjà porté l’uniforme des Olympiques depuis le début de leurs carrières dans la LHJMQ. Un autre joueur du camp gatinois a vécu la situation inverse.

Peu importe ce qui allait se produire sur la glace du centre Robert-Guertin dans le programme double entre les deux clubs ce week-end, quelqu’un allait se démarquer. Et c’est exactement ce qui s’est produit aux termes des deux victoires de l’Océanic.

Dans le match de samedi qui s’est soldé par la marque de 4-1, l’ancien capitaine des Olympiques Jeffrey Durocher a marqué un but.

Dans le match de dimanche, un gain de 5-4 en prolongation, c’est le gardien Tristan Bérubé qui s’est illustré après les 60 premières de jeu. Ses deux arrêts spectaculaires suite à une échappée de Giordano Finoro ont permis à l’Océanic de remonter la patinoire et empocher les deux points sur un but d’Alexis Lafrenière.

D’Artagnan Joly et Anthony Gagnon, deux autres anciens des Olympiques, ont aussi marqué dans ce deuxième duel. Jimmy Huntington et Olivier Garneau ont été les autres à battre Rémi Poirier, testé à 34 reprises dimanche.

Chez les Olympiques, Mathieu Bizier, obtenu en échange de Bérubé et Durocher, a quant à lui décroché la première étoile en marquant un but tout en fournissant deux passes pour sa première sortie de trois points depuis son arrivée de Rimouski.

Malgré la défaite en prolongation, il pouvait difficilement cacher son sourire après avoir livré son meilleur match de la saison contre ses anciens compagnons.

« Ça m’a fait bizarre d’affronter les gars de l’autre bord. Ce sont tous des amis, mais sur la patinoire, il ne faut pas y penser. Ça m’a fait du bien de connaître un gros match contre eux. Je sais que Rimouski ne voulait pas me donner facilement pendant la période des transactions. Je voulais leur démontrer que cet échange leur avait coûté cher ! Ce match de trois points tombe au bon moment même si c’est sûr que nous aurions aimé récolter plus de points au classement. Surtout que le pointage de samedi n’est pas un bon indicateur de l’allure du match. »

Bizier a effectué deux présences sur la patinoire en prolongation. Il a évidemment eu une pensée pour le scénario idéal.

« Ça aurait été super de couronner cette soirée avec le but vainqueur, mais ça fait partie du hockey que de vivre des déceptions. »

De son côté, Tristan Bérubé a avoué avoir été nerveux pendant la première période où il a été battu par des tirs de Bizier et de Giordano Finoro pendant des attaques massives.

« J’étais nerveux au début. Tu veux penser que c’est un match comme les autres, mais dans le fond, ce ne l’est pas. Je n’ai pas joué mon meilleur match. Et de loin. Mais j’ai fait les arrêts clés aux bons moments et nous avons trouvé le moyen de gagner. Je suis satisfait d’avoir réussi les deux arrêts sur Giordano pour nous aider à gagner. »

Métis Roelens et Kieran Craig, qui a été le seul marqueur des Olympiques samedi, ont aussi pu tromper Bérubé dimanche.

Chez l’Océanic, l’entraîneur-chef et directeur général Serge Beausoleil était content de la récolte de huit points sur une possibilité de huit de son club cette semaine, mais insatisfait du dernier match de ses troupiers.

« Nous n’avons pas joué un gros match aujourd’hui, mais nous ne ferons pas les fines gueules. C’est la première fois que nous gagnons un match en prolongation cette année. Ça va nous donner confiance, mais je n’ai pas aimé nos punitions ce soir. Notre jeu en infériorité numérique a été très loin de nos standards, mais il faut donner le crédit aux gars de l’autre bord. Ils ne nous ont rien donné en deuxième période. Ils ont travaillé avec acharnement et ils ont fait virer le match de bord. »

Quant au match de Mathieu Bizier, Beausoleil a dit qu’il n’était pas surpris de son ancien protégé.

« Les deux équipes ont échangé des valeurs importantes. Les joueurs impliqués rendent déjà de précieux services à leurs nouvelles équipes. Un lien de confiance s’établit quand deux équipes font de bons échanges. »

+

LES 67'S REMONTENT CONTRE LES BULLDOGS

Les 67’s d’Ottawa ont eu chaud contre les Bulldogs de Hamilton samedi à la Place TD. Les visiteurs ne formaient pas une puissance de la Ligue de l’Ontario (LHO), mais ils menaient 3-1 au début de la deuxième période. C’est là que la recrue Marco Rossi a amorcé la remontée des locaux avec deux buts rapides. Les 67’s l’ont finalement emporté 5-3. Une autre recrue a inscrit le but vainqueur une minute après le deuxième filet de Rossi et dans le cas d’Alec Bélanger, c’était aussi un premier en carrière dans la LHO. Le défenseur de 16 ans avait amorcé sa saison dans la Ligue junior centrale chez les Sénateurs d’Ottawa. Il avait bien joué quelques matches avec le grand club avant les Fêtes, mais il a été rappelé définitivement en janvier pour agir à titre de septième défenseur jusqu’à la fin de la saison. Kody Clark avait pour sa part inscrit le premier but de la rencontre. Les Bulldogs (20-21-4) ont répliqué avec les trois buts suivants. Matthew Strome, Liam Van Loon et Liam Stevens ont déjoué Michael DiPietro, qui a affronté 24 tirs à son deuxième match en moins de 18 heures. Tye Felhaber a complété la marque dans un filet désert pour inscrire son 48e but de la saison avec les 67’s (32-9-4), qui mènent  toujours le classement général de la LHO.

WEEK-END FRUSTRANT POUR L'INTRÉPIDE À QUÉBEC 

L’Intrépide de Gatineau est rentré les mains vides de son voyage dans la région de Québec en fin de semaine, mais pour la deuxième fois en 15 jours, il est passé bien près de vaincre la puissance de la Ligue midget AAA. Après un revers de 4-3 à Lévis dans un match où il avait pris une avance 3-1 le 5 janvier, l’Intrépide se trouvait encore nez à nez avec les Chevaliers samedi. Le pointage était égal 2-2 en troisième période quand Charles-Antoine Hébert a marqué son premier but de la saison pour permettre aux Chevaliers de gagner 3-2 et signer leur 35e victoire en 36 matches. La veille, ils avaient enfin subi un premier revers contre les Cantonniers de Magog. Jacob Santerre et Mathis Demers, le dernier joueur retranché par les Chevaliers cette année, ont compté les buts de l’Intrépide dans le revers crève-cœur. Dimanche, l’Intrépide (23-9-4) n’a pas connu son meilleur match à Québec contre le Séminaire St-François et il s’est incliné 6-1. Le Blizzard a dirigé pas moins de 47 lancers sur le gardien Alexandre Groleau. Il a terminé le match avec 41 arrêts. William Cantin a été l’unique marqueur des Gatinois. Le frère de Métis Roelens des Olympiques, Milos, a inscrit un des six buts du Blizzard (21-14-1).