Le directeur général et entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil, pourra compter sur le retour de plusieurs vétérans, ce qui le pousse à placer la barre haute, considérant que son équipe a terminé au troisième rang du classement général la saison dernière.

Beausoleil place la barre haute à Rimouski

RIMOUSKI — Serge Beausoleil prévient les 52 joueurs invités au camp d’entraînement de l’Océanic, qui a commencé mercredi : «On a des objectifs qui sont très élevés. Cette année, on va mesurer le succès de l’équipe à l’engagement des joueurs envers notre équipe.»

Pour l’entraîneur-chef du club de Rimouski, «plus les gars vont être dédiés à l’équipe, plus celle-ci va faire sa marque.» Selon Beausoleil, c’est la clé pour que son organisation puisse reposer sur des bases solides, qu’elle puisse cheminer et progresser.

En parallèle, le pilote vise à accroître encore davantage le développement de ses troupiers. Il est toutefois bien conscient que ces jeunes, qui sont fraîchement arrivés sur la patinoire du Colisée Financière Sun Life, peuvent ressentir une certaine nervosité.

«Il faut se mettre à leur place un peu. C’est très intimidant d’arriver comme ça dans un camp professionnel, dans une organisation de pointe et d’essayer de se tailler un poste, alors qu’il y a beaucoup de vétérans qui sont au camp. Je pense qu’il faut passer outre à ça et mettre sur la glace tout ce qu’on a. C’est ce qu’on veut voir de nos jeunes.»

Beausoleil estime que de très bonnes recrues ressortent du lot. «Dans un camp, il y a des surprises, il y a des déceptions», reconnaît-il néanmoins. Il rappelle aussi que certains joueurs qui font partie des invités réservent parfois de belles surprises. Il mentionne comme exemple Louis-Philippe Denis et Nathan Ouellet qui, par les années passées, se sont taillé un poste au sein de l’Océanic à titre d’invités.

Une vingtaine de vétérans prennent part au camp. «Ils vont devoir mériter leur poste», prévient cependant l’entraîneur. «Mais en même temps, ce sont des gars avec qui on est habitués de travailler, qui connaissent nos valeurs et là où on veut aller.»

Sur la cinquantaine de joueurs qui participent au camp de sélection, dont 16 proviennent de l’Est-du-Québec, 24 seront retenus. Selon Beausoleil, ceux qui n’auront pas été sélectionnés doivent voir leur expérience comme étant très enrichissante.

L’empreinte de Dufresne

Au cours de la prochaine saison, le dg de l’Océanic entend mettre l’accent sur les habiletés de ses joueurs et sur la pratique de leur sport de façon à augmenter la sécurité afin d’éviter au maximum les blessures. Il promet de travailler encore plus fort afin de bannir le plus possible les coups à la tête. «Mais en même temps, on n’est pas à l’abri des blessures parce que c’est un sport très, très rapide.»

Beausoleil se dit déjà impressionné par le travail accompli par son nouvel adjoint, Donald Dufresne, qui fait un retour au sein de la formation. «Il fait déjà ses marques», se réjouit-il. «On a préparé des entraînements et rencontré des joueurs. Déjà, il laisse son empreinte. C’est inestimable ce qu’il peut faire avec les défenseurs. Ça va nous aider à être meilleurs encore!»