Le journaliste Réal-Jean Couture est décédé subitement à l'âge de 71 ans.
Le journaliste Réal-Jean Couture est décédé subitement à l'âge de 71 ans.

Bas-Saint-Laurent: décès du journaliste Réal-Jean Couture

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Fort d'une longue carrière journalistique, Réal-Jean Couture est décédé subitement à l'âge de 71 ans, mercredi soir, terrassé par un infarctus. Le journaliste de Rimouski, qui se spécialisait dans l'actualité sportive, couvrant principalement les matchs et les activités du club de hockey l'Océanic, aura pratiqué sa profession jusqu'à la fin.

Né à Sherbrooke, le journaliste a exercé la plus grande partie de sa carrière à Rimouski. Après avoir oeuvré pour la station TVA Est-du-Québec, il a été pigiste pour l'hebdomadaire L'Avantage de Rimouski jusqu'à la fin octobre, soit pendant une dizaine d'années. Depuis, il continuait à collaborer aux stations radiophoniques CFYX-FM de Rimouski et CIEL-FM de Rivière-du-Loup. Il a également assumé bénévolement la présidence de la Ligue de hockey senior AA Bas-Saint-Laurent/Gaspésie et de la Ligue de baseball senior Puribec.

Témoignages

Depuis jeudi matin, les témoignages fusent de toutes parts. «Je suis vraiment très attristé, a commenté d'un ton atterré le directeur-gérant et entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil. Ça fait dix ans qu'on se côtoyait pratiquement quotidiennement. C'est un gars qui était épris de l'Océanic depuis aussi longtemps. Il était très professionnel et tout le temps très bien préparé. C'était un gars aimé et respecté de tous. C'est une lourde perte pour le Bas-Saint-Laurent et je vais m'en ennuyer.»

Bien que les deux hommes se respectaient beaucoup, Serge Beausoleil se souviendra de lui comme étant un journaliste très exigeant qui le poussait à toujours aller plus loin. «Il était énormément apprécié de l'entourage et il va nous manquer.»

Son homologue des Voltigeurs de Drummondville, Philippe Boucher, qui a précédemment occupé les postes de directeur général et entraîneur-chef des Remparts de Québec et de président-directeur général de l'Océanic, s'est montré bouleversé d'apprendre, par Le Soleil, la mort de ce journaliste passionné de hockey. Ce qui lui vient à l'esprit en pensant à Réal-Jean Couture, c'est «son amour de la région et de l'Océanic». «J'ai apprécié travailler avec lui. Quand je suis arrivé [à l'Océanic], j'étais un gars de Québec. J'ai eu à faire mes preuves avec Réal-Jean. C'est un gars qui était fier de sa région. Après un début plus difficile, on a eu une très, très belle relation. Il venait toujours me voir quand je revenais à Rimouski avec l'équipe de Québec ou même avec celle de Drummondville. J'avais beaucoup de respect pour lui et sa femme. C'est allé beaucoup plus loin que le gars de hockey et journaliste. C'est triste...»

À son avis, Réal-Jean Couture était «un très bel exemple d'un journaliste de hockey junior qui aimait son équipe, qui essayait de travailler sans parti pris, qui avait vraiment sa région et son organisation à coeur». «Moi, c'est ce que j'aimais de Réal-Jean», souligne Philippe Boucher.

«Ça frappe», a spontanément réagi son collègue et ex-patron au journal L'Avantage, René Alary, qui a côtoyé Réal-Jean Couture pendant près de 40 ans. «C'était avant tout un amoureux du sport. Son autre passion, c'était les communications. À 71 ans, il était toujours actif. Il était tellement passionné qu'il ne voulait pas arrêter. Il continuait, mais il avait diminué parce que sa santé était fragile. Cette passion-là, qui était autant du côté radiophonique que dans l'écrit, a marqué sa longue carrière de 50 ans comme journaliste.» M. Alary se souviendra de lui comme étant une personne très vaillante. «Il n'a jamais compté ses heures au travail, que ce soit sur le plan professionnel ou comme bénévole.»

Le Soleil se joint à l'autrice de ces lignes pour exprimer ses plus sincères condoléances à la famille de Réal-Jean Couture, plus particulièrement à son fils David et à sa femme, Sylvie Brisson, qui partageait avec lui cette même passion pour le hockey junior majeur. Lors de la couverture des matchs de l'Océanic, Réal-Jean aura été un collègue respectueux, d'un tempérament invariablement positif et très serviable. Il laissera un grand vide sur la galerie de presse du Colisée Financière Sun Life de Rimouski et lors des entrevues d'après-match.