La performance d'Antoine Samuel était la seule source de satisfaction pour l'entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard.

Antoine Samuel bombardé

Lors du match qui l'opposait au Drakkar, mardi soir au Colisée Financière Sun Life de Rimouski, l'Océanic s'est réveillé en deuxième période, alors qu'un tir au but n'attendait pas l'autre. Mais, c'est seulement en troisième que les hommes de Serge Beausoleil ont réussi à faire fléchir le gardien du Drakkar, Antoine Samuel, pour l'emporter par la marque de 4-2.
Du côté des visiteurs, la déception se lisait sur le visage de l'entraîneur-chef. «C'est un match à mettre à la poubelle, a lancé Martin Bernard. On n'a vraiment pas bien joué, on n'a pas compétitionné, on s'est pas impliqués et ça a donné ce genre de «game»-là!» 
Le duel entre ces deux équipes de même calibre, occupant les 16e et 17e positions au classement général, a commencé très lentement. En première période, seulement neuf lancers ont été dirigés contre les deux gardiens. Mais, à partir de l'engagement médian, Antoine Samuel a volé la vedette en réalisant des arrêts spectaculaires, alors qu'il a été littéralement bombardé par les Bas-Laurentiens. Après 60 minutes de jeu, il avait bloqué 40 des 44 tirs, pendant que son adversaire, Alexandre Lagacé, a résisté à 18 des 20 lancers reçus. La performance de son portier était d'ailleurs la seule source de satisfaction pour Martin Bernard.
But refusé
Au premier tiers, Baie-Comeau pensait bien avoir ouvert la marque, mais le but a été refusé puisqu'il y avait hors-jeu en entrée de territoire. Il a donc fallu attendre le début de la deuxième période avant que le disque ne trouve le fond du filet. C'est Tyler Boland qui, après 40 secondes, a compté en désavantage numérique pour les locaux. Puis, à la 15e minute, le Drakkar a marqué à quatre contre quatre, un but d'Ivan Chekhovich.
Le début du dernier engagement a pratiquement été une réplique du précédent, alors que l'Océanic a enfilé l'aiguille après seulement 48 secondes de jeu, Denis Mikhnin donnant l'avance aux siens. Trois minutes plus tard, le Drakkar a répliqué. D'Artagnan Joly a nivelé la marque en infériorité numérique. Mais, Boland n'avait pas dit son dernier mot et il a marqué son deuxième but de la soirée à 14:25. Et Samuel Laberge a creusé l'écart 49 secondes plus tard.
Raphaël Santerre était dans les gradins en compagnie de son père. Acquis par l''Océanic le 2 janvier, il a refusé l'invitation à revenir dans la LHJMQ. «On va clore le dossier une fois pour toutes», a lancé Beausoleil, visiblement irrité par la question. «On a eu une rencontre avec lui, on lui a fait une offre qu'il a déclinée. La balle est dans son camp, ses droits nous appartiennent. Laissons-le réfléchir. La porte est grande ouverte. C'est un gars qu'on aime. Mais, on ne mettra pas de la pression sur le jeune non plus!»
Un nouveau venu au sein du club rimouskois, Émanuel Aucoin, originaire des Îles-de-la-Madeleine, a effectué un départ brillant au sein de sa nouvelle formation. «Je lui donne une note A pour sa fougue», n'a pas hésité à dire son entraîneur. «J'ai aimé comment il était sur la rondelle, comment il a été intense. Il parle à Alexis Loiseau à toutes les semaines. Il était content de s'en venir et on est contents de l'avoir avec nous.»