Comme plusieurs joueurs, Alexis Lafrenière a probablement vu son parcours junior s’arrêter avec l’annulation de la saison et des séries éliminatoires de la LHJMQ.
Comme plusieurs joueurs, Alexis Lafrenière a probablement vu son parcours junior s’arrêter avec l’annulation de la saison et des séries éliminatoires de la LHJMQ.

Alexis Lafrenière prêt à vivre son repêchage, peu importe la façon

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Plus bel espoir de la prochaine séance de sélection de la LNH, Alexis Lafrenière garde encore la tête froide à l’idée de marcher dans les traces de Guy Lafleur, Mario Lemieux et quelques autres joueurs du Québec à avoir été choisis au tout premier rang du repêchage.

«Il s’agit de gros noms, mais je vais essayer de faire mon chemin et mon propre nom à moi et de progresser comme joueur», disait le capitaine de l’Océanic de Rimouski, mercredi, en conférence téléphonique.

Comme plusieurs joueurs, Lafrenière a probablement vu son parcours junior s’arrêter avec l’annulation de la saison et des séries éliminatoires de la LHJMQ. Il boucle donc sa troisième campagne dans le Bas-Saint-Laurent au premier rang des marqueurs avec une production de 112 points en 52 matchs. Il serait étonnant de le revoir sur les patinoires du circuit Courteau, la saison prochaine.

«C’est décevant que la saison finisse comme ça, on avait l’équipe pour aller loin, mais la santé des gens est plus importante. Je remercie l’Océanic, mes coéquipiers et mes entraîneurs, mais surtout les partisans pour les trois dernières années de support. Ils veulent dire beaucoup pour moi et ils auront toujours une place dans mon cœur. J’ai vraiment aimé mes trois saisons à Rimouski, c’est facile de s’attacher aux partisans. Ils sont passionnés et supportent l’équipe, il s’agit des meilleurs de la Ligue», disait-il, d’entrée de jeu.

Mais la discussion a bien sûr porté sur son avenir, qui passe inévitablement par le prochain repêchage. Il reste de marbre devant les prédictions des différents experts qui le voient partir en premier.

«Il y a tellement de bons joueurs à travers le monde, je ne pense pas avoir rien confirmé sur la position où je serai repêché. J’ai essayé de ne pas trop avoir d’attente, cette saison, et mon but était de performer le plus possible, de m’améliorer de jour en jour et d’aider l’équipe à gagner le plus de matchs possible», précisait-il avec humilité.

Le numéro 11 caressait l’espoir de voir l’Océanic connaître du succès dans les séries de la LHJMQ. «C’est quand même plate», se permettait de dire celui dont la performance au Championnat mondial junior reste l’un des moments importants de sa carrière junior.

«J’ai eu la chance de représenter mon pays, c’est toujours un bel honneur. Et de gagner, là-bas, c’était quelque chose», admettait-il à propos de la conquête de la médaille du Canada. Il avait aussi été nommé au titre de joueur par excellence de cette compétition disputée à Ostrava, en République tchèque.


« Je remercie l’Océanic, mes coéquipiers et mes entraîneurs, mais surtout les partisans pour les trois dernières années de support. Ils veulent dire beaucoup pour moi et ils auront toujours une place dans mon cœur. »
Alexis Lafrenière

Pas de contrôle

Depuis, le joueur natif de Saint-Eustache a discuté avec une vingtaine d’équipes de la LNH en prévision du repêchage. Il n’a pas eu de rencontre individuelle avec le Canadien, à part la fois où il été reçu au Centre Bell pour souligner la conquête de la médaille d’or. En raison de la pandémie de cororanirus, Lafrenière sera somme toute privé du plaisir de grimper sur la tribune du Centre Bell, où le repêchage devait avoir lieu le 26 juin. Il a été repoussé mercredi. Lafrenière ne s’en fait pas avec cela.

«Ce n’est pas quelque chose que je contrôle. Le repêchage est toujours un moment auquel on rêve, mais la santé est plus importante. Je vais avoir la chance d’être repêché quand même, alors peu importe comment, ce sera un bel honneur. L’an passé, j’ai vécu le repêchage à Vancouver et c’était plaisant de voir comment ça se déroulait. J’ai pu le vivre avec mes amis qui ont été repêchés, ça donne un avant-goût de ce qui se passe», ajoutait celui qui sera aussi animé d’un sentiment de fierté de jouer ensuite dans n’importe quelle équipe.

Pour l’heure, il s’entraîne seul dans le garage de la maison familial et aimerait bien avoir la chance de revoir ses coéquipiers de l’Océanic une fois les interdictions de rassemblement passées.

«Ç’a vraiment été beau passage. Quand je suis arrivé à Rimouski, j’étais très jeune, à 15 ans, j’en avais beaucoup à apprendre sur et hors de glace. Sur la glace, j’ai appris à jouer sans la rondelle, mon jeu sans la rondelle et à l’extérieur, ils [les entraîneurs] m’ont aidé à devenir un homme.»

Selon plusieurs dépisteurs, Alexis Lafrenière est toujours le joueur le plus susceptible d'être sélectionné au tout premier rang du prochain repêchage de la LNH.

TOUJOURS LE NUMÉRO UN

Les saisons de hockey ont pris fin abruptement, autant en Amérique du Nord qu’en Europe, mais les dépisteurs de la LNH avaient eu le temps de bien évaluer les espoirs du prochain repêchage. Si l’on se base sur les commentaires de quelques-uns interrogés sous le couvert de la confidentialité, Alexis Lafrenière devrait être le tout premier choix lors de la prochaine séance de sélection. Voici ce que quatre recruteurs l’ayant vu jouer en pensent :

- Dépisteur 1 : «Aucun doute, il sera le premier choix. Le petit gars, il sait où il s’en va. Comme tout le monde, il a des petites choses à corriger, comme son comportement à l’occasion sur la glace, regarde ce qu’il a fait au Mondial junior, il sera un joueur d’impact dans la LNH. Il a un talent exceptionnel, il est un très bon fabricant de jeu et sa principale qualité est de rendre les joueurs qui évoluent avec lui meilleurs.»

- Dépisteur 2 : «Des joueurs d’exception, il n’y en a pas tous les ans, mais lui, c’en est un. Il est étiqueté comme étant le numéro 1, les autres discussions sont à savoir qui sera 2e, 3e ou 4e. Ce qui m’impressionne le plus, c’est sa capacité à rendre les autres meilleurs, même s’ils sont plus âgés que lui. Serge [Beausoleil] a été brillant en allant chercher des joueurs de centre de 20 ans pour jouer avec lui, ces dernières années, leur production a explosé avec lui. Lafrenière ne s’écrase pas sous pression, il est toujours au rendez-vous quand ça compte. Il possède un mélange d’habiletés techniques, de sens du hockey et d’un aspect qui vont lui permettre de faire sa place rapidement dans la LNH. Il me fait penser à Jonathan Huberdeau, en version améliorée.»

- Dépisteur 3 : «Il possède toutes les qualités pour être le 1er choix du repêchage. Il est fort, il a un bon lancer. Le gros test, c’est le Championnat mondial junior, et il l’a passé haut la main. Les gars de 17 ans qui connaissent autant de succès à ce tournoi regroupant avant tout les meilleurs joueurs de 19 ans ne sont pas nombreux, il a gagné en crédibilité en le faisant. Maintenant, je n’aime pas comparer les jeunes à des joueurs déjà établis. Ça ne fait que leur ajouter de la pression. Pourquoi faire cela, après, ça ne peut qu’être décevant si le jeune ne se développe comme on espère.»

- Dépisteur 4 : «Il est le premier dans mon livre et dans celui des autres dépisteurs. L’écart entre Lafrenière et Quinton Byfield [Ontario] est trop grand pour le laisser passer. Je ne le perçois pas comme un joueur d’exception, parce que je ne suis pas certain qu’il sera aussi dominant que Connor McDavid à sa première année, mais je le vois sûrement comme en étant un de concession sur qui partir une bonne fondation. Il possède des qualités sur la glace, sur le banc, dans le vestiaire et à l’extérieur, il exerce aussi un charisme qui le rend magnétisant pour ses coéquipiers. Ça fait longtemps qu’on n’a pas vu un joueur comme lui au Québec.»