Alexis Lafrenière a amassé 27 buts et 62 passes en 42 matchs.
Alexis Lafrenière a amassé 27 buts et 62 passes en 42 matchs.

Alexis Lafrenière imperturbable

RIMOUSKI — Trois jours après avoir été présenté à la foule du Centre Bell lors du match opposant le Canadien aux Coyotes de l’Arizona et s’être entretenu avec Guy Lafleur, bien des jeunes hockeyeurs flotteraient littéralement sur un nuage. Mais fidèle à lui-même, l’introverti Alexis Lafrenière demeure imperturbable.

En début de semaine, pendant que ses coéquipiers de l’Océanic s’entraînaient à Rimouski, le capitaine était très sollicité par les médias montréalais. «J’ai eu un horaire assez chargé [...], confirme celui qui est perçu comme le futur premier choix au total du prochain repêchage de la LNH. Ça a été une belle expérience lorsque j’ai été présenté au Centre Bell et avec les gars, j’en ai bien profité!»

Il qualifie sa rencontre avec Guy Lafleur comme étant «un très bel honneur». «Je me considère chanceux», estime le surdoué de 18 ans qui possède 27 buts et 62 passes à sa fiche en 42 matchs. La légende du hockey ne lui pas donné de conseils, ni de mises en garde sur sa transition entre le hockey junior majeur et la grande ligue. «On a parlé de la vie et d’un peu de tout, raconte Lafrenière. On n’a pas parlé d’une chose en particulier. Juste de pouvoir échanger avec lui et de parler de n’importe quoi, c’était «le fun

À «L’Antichambre»

Interviewé sur le plateau de l’émission «L’Antichambre» à RDS, l’attaquant originaire de Saint-Eustache a fait savoir que son premier choix serait de faire partie de l’alignement du Canadien de Montréal. «Je viens de là, rappelle-t-il. […] J’ai grandi en les regardant. Mais, je n’ai pas dit que c’était juste Montréal. Peu importe l’équipe, pour moi, ça va être un honneur.»

Même si le jeune prodige n’est pas très doué pour exprimer ses émotions et qu’il semble garder la tête froide devant toute l’attention dont il fait l’objet, son entraîneur voit la fatigue s’installer. «Dans les matchs à Gatineau [en fin de semaine dernière], ça n’a pas été notre meilleur attaquant et il doit l’être, fait savoir Serge Beausoleil. Donc, quand on sent cette fatigue-là, il faut lâcher un peu la pression parce que trois matchs en trois jours, c’est difficile pour lui aussi!»