Pour le copropriétaire de l’Océanic de Rimouski, Alexandre Tanguay, il est primordial d’accorder une pause aux joueurs puisqu’ils ont été passablement éprouvés par la pandémie.
Pour le copropriétaire de l’Océanic de Rimouski, Alexandre Tanguay, il est primordial d’accorder une pause aux joueurs puisqu’ils ont été passablement éprouvés par la pandémie.

Océanic: Alexandre Tanguay croit que les joueurs ont besoin d’une pause

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Pour le copropriétaire de l’Océanic de Rimouski, il est primordial d’accorder une pause aux joueurs puisqu’ils ont été passablement éprouvés par la pandémie. Alexandre Tanguay croit aussi qu’il soit réaliste de revoir les hockeyeurs sur la patinoire à la fin janvier, après avoir respecté un isolement de 14 jours.

«Je suis 100 % derrière la décision du circuit pour permettre à nos jeunes de retrouver leur famille dans leur région respective. C’est le plus important pour nous parce que les jeunes ont vécu les quatre derniers mois de façon assez intense et difficile, qui les ont menés à travers toutes sortes d’émotions.»

Comme l’expérience de la bulle à Québec s’est soldée par un franc succès, Alexandre Tanguay croit que la continuité du calendrier va peut-être devoir passer par plusieurs bulles consécutives jusqu’à la fin de la saison. Même s’il devient peu imaginable que les joueurs puissent disputer 60 matchs, comme il avait été convenu, le copropriétaire de l’Océanic est disposé à réajuster son calendrier. 

Devant l’incertitude provoquée par la fin abrupte de la dernière saison, malgré la présence d’une super vedette comme Alexis Lafrenière, et la campagne actuelle qui est fortement impactée par la pandémie, Alexandre Tanguay estime que son organisation sera la grande perdante lors des transactions à venir. «Ça nous a affectés plus que certains clubs. On espère encore faire quelques transactions au courant des prochaines semaines, tout dépendant de la situation et de la période de transactions.»