Félix-Olivier Chouinard encaisse un coup de poing de Frédéryck Janvier de l'Océanic.

Océanic 6 / Remparts 0: encore beaucoup à améliorer, selon Roy

Même s’il disait ne pas avoir d’attente avant le match des Remparts contre l’Océanic de Rimouski samedi, l’entraîneur-chef Patrick Roy a été obligé d’admettre que ses protégés n’avaient pas été à la hauteur après un revers de 6 à 0.

«Je n’avais pas d’attente, mais j’étais curieux de voir comment on se comporterait contre eux. Je voulais voir ce qu’on pourrait améliorer mais maintenant, je suis obligé de vous dire qu’on a beaucoup de choses à améliorer», a-t-il déclaré après la partie.

Roy avait mal digéré les deux buts accordés par les Remparts alors qu’ils étaient pourtant en supériorité numérique. «Si on joue un match contre l’Océanic, il faut que notre avantage numérique soit meilleur que ça. On ne peut pas gagner contre eux si on donne deux buts en avantage numérique.»

Joly donne le ton

En première, Jérémy Laframboise et Édouard Saint-Laurent ont eu de belles occasions de marquer pour les Remparts, mais le gardien Tristan Bérubé a fermé la porte, en route vers un blanchissage. Ce sont plutôt les deux buts en 35 secondes de D’Artagnan Joly qui ont donné le ton à la partie.

L’espoir des Flames de Calgary a inscrit son premier but avec un tir de loin à 13:21 et, dès la reprise, il a foncé à nouveau vers le filet d’Anthony Pagliarulo qu’il a déjoué de nouveau.

«Mes coéquipiers m’ont bien aidé sur ces deux buts-là. Sur le premier, j’ai ramassé une rondelle libre et ils m’ont fait de la place. Sur le deuxième, j’ai eu une belle opportunité car le gardien trichait et j’ai eu un bon tir», a déclaré Joly, qui dit se plaire dans son nouvel environnement après avoir débuté la saison avec le Drakkar de Baie-Comeau.

Neuf d’affilée

Son entraîneur Serge Beausoleil était satisfait après la partie, mais refusait de parler de la séquence de victoires consécutives des siens, qui s’est étirée à neuf samedi.

«La séquence, je n’en parle pas. Je ne veux pas en parler...», a-t-il déclaré. «Je vois encore beaucoup de choses qu’on peut améliorer et j’espère que le meilleur est encore à venir», a-t-il déclaré, sourire en coin.

«Devant le filet, Tristan a mérité son jeu blanc. C’est un gardien numéro un dans cette ligue. En première, on a donné deux «golden chances» et Tristan les a arrêtées. Pour Joly, il a eu deux buts sur deux tirs de qualité. C’est toujours bon pour un marqueur de marquer des buts», a repris Beausoleil.

Dmitry Zavgorodniy, avec deux buts en désavantage numérique, Nathan Ouellet et Jimmy Huntington ont complété le pointage. Roy a retiré Pagliarulo alors que la marque était de 4 à 0 après deux périodes pour envoyer Kyle Jessiman dans la mêlée.

«Je voulais donner un peu de temps de jeu à Jessiman et ce n’est rien contre Anthony car c’est probablement grâce à lui si c’était seulement 4 à 0. Il a fait quelques arrêts incroyables en première, où on a donné 10 chances de marquer.»

De son côté, Pagliarulo a avoué qu’il s’était peut-être mis trop de pression contre ses anciens coéquipiers. «Je connais les gars de l’autre côté et je pense qu’ils m’ont joué dans la tête un peu. J’ai voulu trop en faire et ça s’est retourné contre moi. On tourne la page, c’est un match à oublier.»

But refusé

Les Remparts croyaient bien avoir réduit l’écart à 3 à 1 à mi-chemin en deuxième quand Édouard Saint-Laurent a déjoué Bérubé. Le but a cependant été annulé parce qu’il y avait hors-jeu à la ligne bleue, une explication qui n’a cependant pas convaincu Roy.

«Moi, de tous les angles que je l’ai regardé, j’ai de la mière à voir si le patin de (Pier-Olivier) Lacombe touchait la glace ou pas...», a commenté l’entraîneur des Remparts, qui a aussi été obligé de constater l’impuissance des siens lors d’un double avantage numérique de plus d’une minute en début de troisième.

«On n’a pas lancé, on a regardé la rondelle sauter... Ça aurait pu faire une différence, mais ça aurait fait quoi, ça aurait fait 4 à 1 (...) Une chose est sûre, on devra être meilleurs offensivement. À zéro but, c’est pas mal dur de gagner...», a-t-il conclu.

Notes : Immobilisés dans un méga-carambolage sur l’autoroute 20, les officiels du match sont arrivés sur la glace du Centre Vidéotron quelques minutes seulement avant le début de la partie. Il avait même été question de débuter le match 15 minutes plus tard avec seulement deux officiels...