Océanic

Pas de stress à Rimouski malgré les attentes

RIMOUSKI — Avec des joueurs comme Alexis Lafrenière et un gardien comme Colten Ellis, qui figurent parmi les plus talentueux soldats de la LHJMQ, les attentes sont grandes chez les partisans de l’Océanic à l’aube de sa 24e campagne. Même s’il est conscient que la barre est haute, Serge Beausoleil demeure imperturbable.

«Ça ne change rien», affirme l’entraîneur-chef. «La première année que je suis arrivé à Rimouski, on me demandait comment j’allais faire pour gérer la pression. On veut tout le temps un club gagnant. Il faut jouer le meilleur hockey possible, se dépasser, travailler pour l’équipe et offrir du hockey inspirant à nos partisans.»

Le pilote parle quand même avec ses hommes de l’espoir qui pèse sur eux. Mais il les invite à se concentrer sur leur jeu, tout en demeurant humbles. Son nouveau capitaine, Charle-Édouard D’Astous, livre le même discours. «On ne stresse pas avec ça», admet le vétéran de 20 ans natif de Rimouski. «Les attentes sont hautes, mais tout va bien aller.»

Les «Bleus» sont impatients de sauter sur la patinoire pour le match d’ouverture de la saison, samedi, à Québec, contre les Remparts. «Contre Québec, ce sont des matchs plaisants à jouer», estime le capitaine, tout juste revenu du camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa. «Les gars trépignent; ils ont hâte de commencer», observe Beausoleil. «Ils sont tannés de pratiquer.»

Fébrile de retrouver Roy

Beausoleil n’en sera pas moins fébrile de faire face à son homologue de Québec, lui qui a déjà dirigé le Blizzard du Séminaire Saint-François, qui était alors la propriété des Remparts et dont l’entraîneur était... Patrick Roy. Même s’il dit qu’il ne conseillait pas Roy, il n’en demeure pas moins que les deux hommes se côtoyaient.

«Ce ne sont pas mes premiers affrontements en tant qu’entraîneur. Il faut laisser toute la place aux joueurs. Il va être un fier compétiteur. Il va vouloir gagner et on va vouloir gagner aussi.»

Le lendemain, ce sera le match d’ouverture à domicile contre Victoriaville. «Ce n’est pas du tout cuit», souligne Beausoleil. «Il faudra être prêts.»

D’Astous ne prévoit pas que ces deux défis mettront plus de pression sur lui et ses coéquipiers. «Plus d’émotion, peut-être, vu que ce sont les premières games de la saison. Les jeunes n’auront jamais vu des grosses foules. Je vais les aider à bien gérer ça.»

Il sera assisté par Carson MacKinnon et Alexis Lafrenière. Les vétérans Jimmy Huntington et Olivier Garneau se partageront le rôle d’assistant en alternance à domicile et sur la route.

Hockey

10 joueurs à surveiller dans la LHJMQ

La 50e saison de la LHJMQ se met en branle, jeudi à Bathurst. Voici, par ordre alphabétique, une liste de 10 joueurs à surveiller cette saison.

1. Nicolas Beaudin (Drummondville)

Le défenseur a inscrit 12 buts, 57 aides et 69 points la saison dernière, trois sommets en carrière, et il a terminé au deuxième rang des meilleurs pointeurs des Voltigeurs. Le défenseur de 18 ans a obtenu la faveur des dépisteurs grâce à ses capacités offensives et les Black-hawks de Chicago l’ont repêché en fin de première ronde. Maintenant, il agira comme quart-arrière d’une équipe qui vise les grands honneurs et il voudra sans aucun doute s’inviter dans les conversations pour l’obtention du trophée Émile-Bouchard. 

2. Maxim Cajkovic (Saint-Jean)

Si vous avez regardé les matchs de la Slovaquie au Championnat du monde des moins de 18 ans, les probabilités que vous ayez vu l’attaquant noircir la feuille de pointage sont bonnes. L’ailier de 5’11” a récolté 11 points en cinq rencontres et il a été sélectionné au premier rang du repêchage européen de la Ligue canadienne. Les Sea Dogs ont terminé au dernier rang, mais il sera intéressant de voir jusqu’où un joueur talentueux comme Cajkovic pourra les mener. 

3. Maxime Comtois (Drummondville)

Après trois saisons avec les Tigres de Victoriaville, il s’est joint aux Voltigeurs à la suite d’une transaction au repêchage. L’attaquant de 19 ans a rebondi en 2017-2018, montrant pourquoi les Ducks d’Anaheim l’ont sélectionné en deuxième ronde en juin 2017. Il a réussi des sommets personnels en carrière au chapitre des buts (44), des aides (41) et des points (85) et il a gagné l’or au Mondial junior.

Océanic

L'Océanic compte offrir du jeu relevé en 2018-2019

RIMOUSKI — L’organisation de l’Océanic de Rimouski promet une saison fort relevée, tant sur le plan de la performance que sur le plan du spectacle et de l’ambiance qu’elle compte offrir à ses partisans.

L’entraîneur-chef et directeur gérant des Bleus, Serge Beausoleil, qui amorceront leur saison contre les Remparts le 22 septembre à Québec, estime que sa troupe présente une belle harmonie avec son noyau de 16 à 18 «vétérans aguerris» et ses autres joueurs «qui ont pris beaucoup de galon».

«On a un bel équilibre entre le talent, la force de frappe et le travail», croit Beausoleil. «On va continuer à miser sur l’apport incroyable d’Alexis Lafrenière, notre bougie d’allumage. Mais, d’autres gars devraient amener beaucoup d’eau au moulin aussi.

«On a une défensive qui va continuer à être solide», poursuit-il. «Il y a toujours Colten Ellis devant le filet, qui aura le souci de donner le moins de buts possible.» Carmine-Anthony Pagliarulo jouera le rôle de second gardien.

Attaque bonifiée

Selon le pilote, l’attaque sera bonifiée avec la contribution de Jimmy Huntington, Cédric Paré, Mathieu Bizier et Ludovic Soucy. «C’est une ligne de centre qui est solide sur les mises au jeu et imposante physiquement.» À ces colosses s’ajoutent des joueurs de plus petit gabarit, tel Dmitry Zavgorodniy.

Beausoleil compte apporter des améliorations à sa troupe afin de la rendre plus solide, engagée et solidaire. «On va continuer à mettre de l’avant les valeurs de notre équipe qui sont le caractère, la vitesse et l’engagement.»

Il veut aussi amener ses protégés à jouer de façon robuste, mais intelligente et disciplinée. «Être fort mentalement, c’est le paroxysme de la puissance et de la robustesse.»

+

ÇA REGARDE BIEN DANS LE DOSSIER DE RADIM SALDA

Bien que le club Mountfield HK de Hradec Kralové, en République tchèque, ait annoncé que son défenseur Radim Salda allait enfiler l’uniforme de l’Océanic de Rimouski, rien n’est pourtant réglé. «Je vais pouvoir confirmer sa venue quand je vais avoir sa carte de transfert international», indique le dg et entraîneur-chef Serge Beausoleil. «Pour le moment, je ne l’ai pas en poche. Mais, disons que ça regarde bien.»

+

CAMÉRAS, LUMIÈRES ET CANONS FUMIGÈNES

Le président et directeur administratif de l’Océanic, Éric Boucher, a annoncé des investissements de près de 100 000 $ dans les installations du Colisée Financière Sun Life. «Un nouvel équipement offrira des reprises vidéo de grande qualité sur des plans de dix caméras», explique Boucher. Un nouveau système de lumières sera également installé derrière les buts, muni de canons fumigènes.

Océanic

L’Océanic prêt à jouer tous les genres de hockey

RIMOUSKI — «On a une équipe qui peut jouer tous les genres de hockey, a déclaré lundi Serge Beausoleil, l'entraîneur-chef de l'Océanic, pour décrire son alignement final à l'issue du camp de sélection du club rimouskois. Notre identité, c'est qu'on a plus de défensive. Ça va être plus rapide.»

L’homme de hockey promet donc une équipe forte sur le plan défensif contre laquelle il sera très difficile de jouer. Si Serge Beausoleil ne voulait pas de nouvelles recrues de 16 ans dans son alignement, deux «belles surprises» survenues pendant le camp lui ont fait changer d'idée : les attaquants Frédéryck Janvier et Cole Cormier. «Nos deux 16 ans sont arrivés du champ gauche, a-t-il illustré. Cormier a généré beaucoup d'offensive sur l'attaque massive. Il est extrêmement intelligent! Janvier est un gars de petite stature qui joue comme un gros. Ce sont deux gars intéressants pour la suite des choses parce qu'ils vont pousser dans le dos des vétérans!»

Le directeur-gérant a aussi souligné ses dernières acquisitions qui changeront, à son avis, le visage de l'équipe : les attaquants Olivier Garneau, Jimmy Huntington et Cédric Paré. Il ne lui reste qu'à espérer la présence du défenseur tchèque de 19 ans Radim Salda, dont il a acquis les droits des Sea Dogs de Saint-Jean, cet été, mais qui ne s'est toujours pas pointé dans le Bas-Saint-Laurent.

Du côté des gardiens de but, Serge Beausoleil a préféré Carmine-Anthony Pagliarulo à Raphaël Audet. «Pagliarulo a extrêmement bien fait dans le camp», souligne-t-il.

L'Océanic, qui débutera sa saison régulière le 22 septembre contre les Remparts au Centre Vidéotron, amorcera la campagne avec 25 joueurs — quatorze attaquants, neuf défenseurs et deux gardiens. 

Remparts

Festival Kurashev-Sergeev à L'Ancienne-Lorette

Le vétéran Philipp Kurashev et la recrue Aleksei Sergeev en ont encore mis plein la vue aux partisans des Remparts et à l’entraîneur Patrick Roy, mardi soir. Les deux Européens ont largement contribué à la victoire de 5 à 2 sur l’Océanic de Rimouski lors d’un match hors-concours disputé au Centre multidisciplinaire de L’Ancienne-Lorette.

Kurashev a terminé la soirée avec deux buts et deux aides, alors que Sergeev a inscrit une aide sur chacun des filets des Remparts. Le trio, qui était complété mardi par Gregor MacLeod (deux buts) a fait des flammèches, frappant en première et en début de deuxième.

«Je crois que je suis déjà habitué aux glaces plus petites d’Amérique. Tout allait très bien ce soir avec Philipp et Gregor. La chimie était très bonne et l’équipe aussi est très bonne. Tout le monde est vraiment gentil avec moi et essaie de me parler», a déclaré Sergeev en russe, traduit par Kurashev.

Kurashev, qui a marqué deux buts en trois minutes, reconnaissait qu’il formait une bonne paire avec le nouveau venu. «Il aime passer, j’aime passer. On se parle beaucoup sur la glace, sur le banc, en dehors de la glace et ce soir, tout cliquait entre nous. Il faudra seulement qu’on continue de travailler fort», a indiqué l’attaquant de 19 ans.

Roy était impressionné lui aussi. «Ils ont été extraordinaires. Deux buts et deux passes et l’autre, cinq passes, c’est très encourageant. Ça va être ça, notre offensive cette année», a commenté celui qui n’a cependant pas encore déterminé un compagnon de trio permanent pour ses deux surdoués.

«Ce soir, ça a bien été avec MacLeod, mais demain [mercredi], on va mettre [Matthew] Grouchy avec les deux. On va essayer toutes sortes de choses. On va aussi mettre Louis-Filip Côté avec Olivier Mathieu et Mikael Robidoux», a-t-il poursuivi à propos d’un trio qui avait connu du succès en matchs simulés. Grouchy a déjà eu son baptême avec Kurashev et Sergeev, inscrivant un but en deuxième période sur des aides du 96 et du 76.

Roy apprécie Savoie

Roy a aussi apprécié le travail du jeune défenseur Nicolas Savoie, qu’il a convaincu cet été de se joindre aux Diables Rouges. «Pour un 16 ans, il s’est très bien comporté sur la glace. Dans l’ensemble, les jeunes défenseurs ont été testés et ont relevé le défi.»

L’ex-Remparts Olivier Garneau a participé aux deux buts de l’Océanic, obtenant une aide sur le premier but du match, celui de Cédric Paré marqué à 3:27 de la première, et sur celui de Frédéryck Janvier marqué sur une échappée en fin de deuxième.

+

NOTES

- L’attaquant Gabriel Montreuil et le défenseur Andrew Coxhead étaient absents chez les Remparts pour cause de blessures, mais ils devraient être prêts à sauter sur la glace lors du match de mercredi. Quant à l’ailier ontarien Spencer Blackwell, il devrait être à l’écart du jeu encore au moins une semaine selon Roy.

- Le gardien Philippe Bond a disputé tout le match et Marc-Antoine Bérubé-Jalbert sera désigné comme le portier des Remparts lors du match de mercredi. Devant la cage de l’Océanic, Raphael Audet a très bien fait en relève à Pagliauro, n’accordant aucun but et réalisant plusieurs arrêts importants.

Océanic

Beausoleil place la barre haute à Rimouski

RIMOUSKI — Serge Beausoleil prévient les 52 joueurs invités au camp d’entraînement de l’Océanic, qui a commencé mercredi : «On a des objectifs qui sont très élevés. Cette année, on va mesurer le succès de l’équipe à l’engagement des joueurs envers notre équipe.»

Pour l’entraîneur-chef du club de Rimouski, «plus les gars vont être dédiés à l’équipe, plus celle-ci va faire sa marque.» Selon Beausoleil, c’est la clé pour que son organisation puisse reposer sur des bases solides, qu’elle puisse cheminer et progresser.

En parallèle, le pilote vise à accroître encore davantage le développement de ses troupiers. Il est toutefois bien conscient que ces jeunes, qui sont fraîchement arrivés sur la patinoire du Colisée Financière Sun Life, peuvent ressentir une certaine nervosité.

«Il faut se mettre à leur place un peu. C’est très intimidant d’arriver comme ça dans un camp professionnel, dans une organisation de pointe et d’essayer de se tailler un poste, alors qu’il y a beaucoup de vétérans qui sont au camp. Je pense qu’il faut passer outre à ça et mettre sur la glace tout ce qu’on a. C’est ce qu’on veut voir de nos jeunes.»

Beausoleil estime que de très bonnes recrues ressortent du lot. «Dans un camp, il y a des surprises, il y a des déceptions», reconnaît-il néanmoins. Il rappelle aussi que certains joueurs qui font partie des invités réservent parfois de belles surprises. Il mentionne comme exemple Louis-Philippe Denis et Nathan Ouellet qui, par les années passées, se sont taillé un poste au sein de l’Océanic à titre d’invités.

Une vingtaine de vétérans prennent part au camp. «Ils vont devoir mériter leur poste», prévient cependant l’entraîneur. «Mais en même temps, ce sont des gars avec qui on est habitués de travailler, qui connaissent nos valeurs et là où on veut aller.»

Sur la cinquantaine de joueurs qui participent au camp de sélection, dont 16 proviennent de l’Est-du-Québec, 24 seront retenus. Selon Beausoleil, ceux qui n’auront pas été sélectionnés doivent voir leur expérience comme étant très enrichissante.

L’empreinte de Dufresne

Au cours de la prochaine saison, le dg de l’Océanic entend mettre l’accent sur les habiletés de ses joueurs et sur la pratique de leur sport de façon à augmenter la sécurité afin d’éviter au maximum les blessures. Il promet de travailler encore plus fort afin de bannir le plus possible les coups à la tête. «Mais en même temps, on n’est pas à l’abri des blessures parce que c’est un sport très, très rapide.»

Beausoleil se dit déjà impressionné par le travail accompli par son nouvel adjoint, Donald Dufresne, qui fait un retour au sein de la formation. «Il fait déjà ses marques», se réjouit-il. «On a préparé des entraînements et rencontré des joueurs. Déjà, il laisse son empreinte. C’est inestimable ce qu’il peut faire avec les défenseurs. Ça va nous aider à être meilleurs encore!»

Océanic

L’Océanic met la main sur Radim Salda

RIMOUSKI — C’est au terme d’une longue et ardue négociation que l’Océanic a réussi à obtenir les droits sur Radim Salda, des Sea Dogs de Saint-Jean.

«Les prix étaient exorbitants au départ», admet Serge Beausoleil, l’entraîneur-chef et directeur-gérant du club de Rimouski qui a obtenu Salda contre des choix de deuxième et de troisième rondes en 2019. «On a payé un très bon prix. Il y avait deux ou trois équipes de pointe qui étaient dessus.» 

Originaire de Pardubice en République Tchèque, le défenseur gaucher de 19 ans (6’1” et 182 livres) a marqué 10 buts et récolté 31 passes. «Non seulement il a un bon gabarit, mais c’est un joueur complet», a commenté Beausoleil. «C’est un gars qui joue sur 200 pieds, autant en avantage qu’en désavantage numériques. C’est un gars aussi très combattif : il a 78 minutes de pénalités, cette année. C’est un gars qui va bonifier notre défensive. C’est un ajout très important pour nous autres parce qu’il peut amener aussi beaucoup d’offensive de l’arrière.»

Salda apportera aussi assurément de la robustesse, aux côtés des Charle-Édouard D’Astous, Jordan Lepage et Anthony D’Amours. «On a une brigade qui est intéressante», reconnaît le pilote des Bleus. «On voulait un gars qui va appuyer encore plus l’attaque. C’est exactement ce qu’on a avec ce gars-là. C’est assez simple à résumer : c’est le meilleur Européen du circuit!» Beausoleil s’attend à ce que sa nouvelle acquisition entende son nom prononcé lors du repêchage de la LNH, cette fin de semaine à Dallas.

Après avoir libéré le Russe Denis Mikhnin, l’organisation comble avec sa nouvelle acquisition le deuxième poste de joueurs européens, l’autre étant occupé par Dmitry Zavgorodniy.

LHJMQ

Isaac Belliveau, un choix de 2e ronde en haute estime pour l'Océanic

SHAWINIGAN — Il y a un an, presque jour pour jour, Alexis Lafrenière grimpait sur la tribune d’honneur à titre de tout premier choix au repêchage. Samedi, il était à la table de l’Océanic pour accueillir les espoirs réclamés qui pourraient fort bien devenir ses futurs coéquipiers.

Avec une quinzaine de choix, l’Océanic a fait le plein d’espoirs à toutes les positions. La veille, Serge Beausoleil avait échangé son premier choix (15e) à Saint-Jean en retour de Cédric Paré, mais une belle surprise l’attendait à son droit de parole, en deuxième ronde. L’Océanic a repêché le défenseur Isaac Belliveau, des Cantonniers de Magog, un garçon de six pieds.

«Il était hors de question que l’on bouge le 25e [en deuxième ronde] après avoir échangé le premier, vendredi. Nous avions le jeune Belliveau en haute estime, il a beaucoup progressé. Il a remporté le championnat de la Ligue midget AAA et il a été en finale de la Coupe Telus. Il a bien fait contre les meilleurs joueurs au pays. Nous étions contents qu’il soit disponible», indiquait Beausoleil.

L’Océanic a ensuite parlé trois fois en troisième ronde, optant pour les petits attaquants Xavier Belisle (Saint-Eustache) et Cole Cormier (Moncton), ainsi que le gardien Jonathan Lavoie (midget espoir Albatros).

«Nous en avons choisi deux trois petits attaquants qui jouent gros, qui vendent cher la livre, comme Delisle, [Nicolas] Daigle et Cormier. Avec la rapidité du hockey d’aujourd’hui, la grandeur n’est plus un facteur. On est allé chercher un mélange de vitesse et de caractère», admettait-il.

Beausoleil voulait que l’Océanic fasse le plein d’espoir, c’est en plein ce que les dépisteurs ont pu faire avec la multitude de choix qu’ils avaient devant eux.

«Nous avons beaucoup de profondeur dans notre alignement, mais dans nos filiales, il y en avait un peu moins. Là, nous avons à toutes les positions. Je suis très content, on a effectué neuf transactions beaucoup avec neuf transactions et on a réussi à avoir 14-15 choix. Comme tout le monde, on est content, mais nous sommes enthousiastes par rapport à plusieurs choix, notamment quelques-uns qui ont glissé. On fait un bon mélange de vitesse et de joueurs de la région.»

Un autre Ellis

L’Océanic a semé de la joie dans la famille Ellis en sélectionnant Matthew, le frère de leur gardien Colten Ellis, en septième ronde.

«Avant d’être le frère de Colton, c’est d’abord un excellent joueur de hockey. Il a été blessé, cela a affecté ses chiffres, mais on le voit comme un joueur en mesure de percer notre alignement dans deux ans.

LIRE AUSSI: Le gardien Kevyn Brassard suit les traces de son frère Éric avec les Remparts

Remparts

Olivier Garneau passe officiellement à Rimouski

SHAWINIGAN — Olivier Garneau ne sera pas le prochain capitaine des Remparts de Québec. Déjà ébruitée, en début de semaine, la transaction envoyant l’attaquant de 20 ans à l’Océanic de Rimouski a été confirmée, vendredi matin, à l’ouverture de la période des transactions précédant le repêchage de la LHJMQ qui se tient au Centre Gervais Auto, samedi, à Shawinigan.

En retour, les Remparts obtiennent deux choix pour la séance de sélection de 2019, soit ceux de deuxième (Saint-Jean) et de sixième ronde (Chicoutimi).

Originaire de Québec, Garneau a passé quatre saisons avec l’équipe de sa ville. Il a bouclé la dernière campagne avec une fiche de 23 buts et 50 points. L’ancien entraîneur-chef Philippe Boucher répétait depuis deux ans que Garneau serait le prochain joueur à porter la fameuse lettre sur son chandail.

«Il aurait été fortement considéré pour être notre capitaine si on l’avait gardé. Je l’ai rencontré, il a une belle personnalité, du charisme. Mais nous avions un important besoin de choix, c’est la façon de bâtir une équipe», expliquait le directeur général Patrick Roy à propos de sa première transaction officielle depuis son retour.

Drôle de sensation

Le numéro 14 admettait une certaine déception à l’idée de quitter l’équipe de sa ville natale. Il s’est dévoué corps et âme pour les Remparts depuis son arrivée, en 2014-2015.

«Quand Patrick m’a rencontré, j’ai eu un petit pincement. Je savais qu’il y avait un surplus de 20 ans et il n’était pas assuré que je reste à Québec. Je suis un peu déçu, mais en même temps, les échanges font partie du hockey, et je suis content d’aller à Rimouski, une excellente organisation qui aura une très bonne équipe l’an prochain», confiait Garneau, vendredi, en précisant avait quand été fier d’agir à titre de capitaine pendant les absences de Matthew Boucher.

Il n’aimait pas vraiment le grand rival des Remparts, ces dernières années, mais n’entrevoit aucun problème à passer du rouge au bleu. «Ça va faire drôle la première fois, mais après, ça va être l’inverse…» disait-il en riant.

«Lorsqu’on discutait, Patrick et moi, on se disait qu’on l’adorait, qu’on aimait son intensité, son intégrité et qu’il était teint en rouge. Et Pat m’a répondu, toi aussi, tu l’étais», illustrait le dg de l’Océanic Serge Beausoleil à propos de sa propre conversion au bleu.

Garneau se retrouvera au sein d’un club doté d’un fort potentiel mené par la jeune sensation Alexis Lafrenière. «Ce n’est pas n’importe quand que l’on peut évoluer avec un joueur de cette trempe. Disons que c’est mieux de jouer avec lui que contre. On pourra entourer les plus jeunes, mais l’objectif, ça reste de gagner, surtout qu’il s’agira de la dernière année.»

Crossman à Bathurst

Patrick Roy a aussi complété l’échange ayant envoyé Ethan Crossman à Bathurst en récupérant le choix de quatrième ronde du Titan, également en 2019.

«Je pense que nous sommes en meilleure position qu’on l’était pour le repêchage de l’an prochain. Avec tous les espoirs que nous avons, je ne sentais pas l’urgence d’obtenir des choix, cette année. Nous avons sept joueurs choisis en 2017 qui pourraient évoluer avec nous, ça commence à faire un bon repêchage», expliquait celui qui passait une partie de la journée en compagnie des dépisteurs, histoire de finaliser la stratégie pour samedi.

Les Remparts parleront en troisième ronde (47e), samedi, ainsi que deux fois en quatrième et en sixième ronde. En 2019, ils le feront en première et en deuxième ronde, un doublé plutôt rare dans leur cas.

+

Océanic

Beausoleil s'en va au repêchage les poches bien remplies

RIMOUSKI — Serge Beausoleil ne part peut-être pas pour Shawinigan dans le même état d’esprit que l’an dernier, où il avait mis la main sur Alexis Lafrenière avec le tout premier choix. Mais le dg de l’Océanic assure que son équipe est très bien positionnée pour le repêchage de la LHJMQ de samedi.

«On a des attentes d’améliorer notre équipe tout le temps», a indiqué Beausoleil. «À chaque fois qu’on va chercher du talent, on a des bons choix de repêchage. On en a 13 encore. On est bien positionnés. On a pris des décisions qui nous permettent de faire avancer l’équipe.»

L’entraîneur-chef assure qu’il aura de belles choses à annoncer vendredi. «On prépare le draft depuis plusieurs mois. J’ai rencontré une cinquantaine de gars avec mon dépisteur. Il y a des beaux talents. On va en repêcher. On est actifs.»

Le pilote part avec les poches pleines et des objectifs simples. «Tu ne veux pas être moins bon que l’année précédente. On a un beau groupe de joueurs sur lequel on peut compter. Il s’agit de faire des mises à jour qui vont s’imposer.»

«Je repêche 15, mais on a un choix en deuxième ronde, en troisième ronde et deux en quatrième ronde. On a aussi de très bons choix en cinquième ronde», continue Beausoleil.

«À partir du 15e joueur, pour la trentaine qui vont suivre, il y a beaucoup de gars qui ont des beaux talents, mais tu ne sais pas lequel qui va émerger dans tous ceux-là. Espérons qu’on aura la main heureuse!» Le directeur-gérant de l’Océanic accorde toute sa confiance en son recruteur-chef, Serge David.

Par ailleurs, des rumeurs enverraient Olivier Garneau des Remparts vers Rimouski. «Je ne peux confirmer aucune transaction avant vendredi, tel que le stipule le règlement», a spécifié le patron de l’Océanic.