Novak Djokovic a étrenné jeudi son nouveau rang par une qualification pour les quarts de finale du Masters de Paris. Le Bosnien Damir Dzumhur, souffrant de douleurs lombaires, a dû déclarer forfait.

Novak Djokovic, le premier étonné de son ascension au sommet

PARIS — Le Serbe Novak Djokovic, seulement 22e mondial en juin et assuré de récupérer la place de numéro un mondial lundi après le forfait de Rafael Nadal au Masters 1000 de Paris, a reconnu jeudi qu’il a lui-même été surpris de la rapidité de sa reconquête.

Q Que ressentez-vous après avoir retrouvé la place de numéro un mondial deux ans après l’avoir perdue?

R «Je suis naturellement très fier, mais je n’ai pas vraiment réfléchi à ça. Je ne me suis pas trop attardé sur ça, car c’est en plein milieu de la semaine d’un tournoi. Je pense que ce sera différent quand j’aurai fini le tournoi, et j’espère que le classement sera le même à la fin de l’année. C’est l’objectif. Les trois, quatre premiers mois où j’ai rejoué sont très différents des trois, quatre derniers. Ma confiance a énormément progressé. Mais ce n’est pas encore tout à fait la fin de la saison. Rafa lutte avec ses blessures depuis les Internationaux des États-Unis. Roger [Federer] est encore dans la course, Rafa aussi. Cela va dépendre de qui va jouer à Londres [au Masters]. Donc, comme je l’ai dit, je ne peux pas être trop ravi. Cela ne me réjouit pas de voir Rafa se retirer blessé du tournoi dans cette dernière bagarre pour la place de no 1.»

Q Il y a cinq mois, vous étiez 22e mondial. Depuis, vous avez gagné les Internationaux des États-Unis, Wimbledon, Shanghai, Cincinnati. Cela a été très rapide. Vous attendiez-vous à ce que cela arrive si vite?

R Si vous m’aviez dit cela il y a cinq mois... J’ai toujours cru en moi, mais c’était tellement improbable à l’époque vu mon classement et comment je jouais et me sentais sur le court. Vous savez, je construis chaque jour ma confiance dans mon tennis. Je savais que je pouvais le faire et retrouver mon meilleur jeu. Mais cela a effectivement été rapide. C’est une belle aventure.»

Q Vous êtes seulement deux à avoir réussi cet exploit de partir d’au-delà du top 20 en début de saison et attraper la place de numéro un mondial. L’autre était Marat Safin en 2000...

R «Je ne savais pas cela. Merci de m’avoir éclairé. Je sais que vous souhaitez parler de ça parce que c’est tout frais. Nadal s’est retiré et, lundi, je serai officiellement no 1, mais s’il vous plaît, respectez le fait que je sois encore en tournoi et que j’essaie d’aller le plus loin possible. Après, je serai en mesure de vous en parler dès qu’on se recroisera.»

Le Serbe a étrenné jeudi son nouveau rang par une qualification tranquille pour les quarts de finale du Masters de Paris. Le Bosnien Damir Dzumhur (52e), souffrant de douleurs lombaires, n’a pas fait long feu, abandonnant lorsqu’il était mené 6-1 et 2-1.

Djokovic cherche à soulever un cinquième trophée à Bercy, ce que personne n’a fait dans l’histoire du tournoi. Pour cela, il faudra qu’il terrasse en quarts Marin Cilic, dernier homme à l’avoir battu dans l’AccorHotels Arena. Le Croate (7e mondial) a dominé Grigor Dimitrov 7-6 (5) et 6-4, une victoire qui lui assure quasiment une place au Masters de Londres.