Le nouvel entraîneur-chef des Lions de Detroit, Matt Patricia, affrontera dimanche pour la première fois son ancien mentor Bill Belichick.

Nouvelle chance pour Belichick de vaincre un ancien protégé

DETROIT — Bill Belichick a l’occasion de battre un autre ancien membre de son groupe d’entraîneurs.

Le gagnant de cinq titres du Super Bowl a vu plusieurs de ses protégés voler de leurs propres ailes avec d’autres équipes de la NFL. Elles ont embauché des entraîneurs qui connaissent Belichick et la façon dont procèdent les Patriots de la Nouvelle-Angleterre afin d’imiter leurs succès. Ça n’a pas vraiment fonctionné.

Huit anciens adjoints de Belichick ont été embauchés par des formations de la NFL, mais seul Al Groh a maintenu une fiche gagnante : 9-7 à sa seule saison à la barre des Jets de New York, en 2000.

Belichick ne sait pas, ou il ne dira pas, la raison pour laquelle ses anciens adjoints peinent autant en tant qu’entraîneur-chef dans la NFL. «Je ne fais pas dans les analyses», a-t-il simplement répondu.

La feuille de route des adjoints de Belichick n’a pas semblé déranger les Lions de Detroit, car le dg Bob Quinn a fait de Matt Patricia le nouvel entraîneur-chef de l’équipe après la défaite des Patriots au dernier Super Bowl.

Si la tendance se maintient, l’enseignant devrait donner la leçon à l’élève, dimanche soir, quand les Patriots rendront visite aux Lions. Belichick a battu les Texans de Houston, et Bill O’Brien, lors de la première semaine d’activités, lui procurant une fiche de 14-8 contre les adjoints avec qui il a travaillé avec les Patriots ou avec les Browns de Cleveland.

Pas très loquace

Même si les Patriots (1-1) éprouvent des difficultés en attaque et en défensive, selon leurs habitudes, les Lions (0-2) ont tout simplement eu l’air perdus sous la tutelle de Patricia. Avant et après la partie, il est possible qu’il soit plus apprécié par ses anciens joueurs que ses joueurs actuels.

«“Matty P”, c’est un entraîneur qui a toujours eu de grandes attentes, mais c’est assurément un entraîneur aimé des joueurs», a mentionné le secondeur Dont’a Hightower. «Tu pouvais lui envoyer un message texte ou l’appeler si tu avais une question. Pas seulement à propos du football, mais aussi de la vie en général.»

Et en général, Patricia repousse les questions comme le fait son mentor, lui qui n’a aucune intention de partager les formations des Lions inspirées de celles des Patriots. «Nous essayons de bâtir les Lions ici», a-t-il dit.

Et Belichick a refusé de dévoiler à quel point il était resté en contact avec Patricia au cours des derniers mois. «Je vais garder ce sujet au niveau personnel.»

Les Pats, qui ont perdu 31-20 contre les Jaguars de Jacksonville la semaine dernière, montrent un dossier de 45-6 en saison depuis 2003 après avoir encaissé une défaite. Ils n’ont pas perdu deux parties de suite depuis 2015.