L'entraîneur-chef Marc-André Dion et ses joueurs du Notre-Dame du CNDF affronteront les Cheetahs du Collège Vanier  en demi-finale du Bol d'or, samedi, au Campus Notre-Dame-de-Foy.

Notre-Dame du CNDF: négligé jusqu'à preuve du contraire

Même s'il est champion de la saison régulière, le Notre-Dame du CNDF demeure un négligé dans la course au Bol d'or du football collégial.
C'est l'entraîneur-chef de la formation du cégep de Saint-Augustin qui le dit. Car le moment-clé demeure cette défaite en finale, l'an dernier. «Dans notre tête, on est encore classés numéro 2», lance Marc-André Dion, quelques jours avant la demi-finale contre les Cheetahs du Collège Vanier, au Campus Notre-Dame-de-Foy, samedi. «Je ne pense pas qu'on se voit comme les favoris. On est underdogs parce qu'on n'a pas gagné le dernier match encore.»
Le Notre-Dame est en constante progression depuis son entrée en division 1 en 2012. Cette année-là et la suivante, il a été éliminé en quarts de finale. En 2014, il a atteint les demi-finales. L'an dernier, les Cougars de Champlain-Lennoxville ont été la seule barrière à une conquête du Bol d'or. Le CNDF s'est incliné 43-22 dans le match ultime.
Dans les facteurs intangibles, l'avantage du terrain sera plus précieux que le vécu de la dernière saison, croit malgré tout Dion. «Je ne sais pas si l'expérience change vraiment quelque chose», indique-t-il avec hésitation. «On joue à la maison, je pense que ça c'est un facteur déterminant. On est à la maison depuis le 1er octobre. On est confortables, on est dans nos affaires. C'est vrai qu'il faut se servir du passé pour avancer, mais cette journée, c'est l'équipe qui va mieux jouer [qui va l'emporter].»
Congé salutaire
Autre facteur-clé : la semaine de congé supplémentaire dont a profité le CNDF. Pendant que les Cheetahs (5-4) trimaient dur pour vaincre les Spartiates du Vieux-Montréal 32-17, les joueurs du Notre-Dame (8-1) soignaient leurs petits bobos. «N'importe quelle équipe dans cette ligue-là aurait aimé avoir ce congé», souligne Dion, un ancien du Rouge et Or.
Car sa troupe n'aura pas la tâche facile devant des Cheetahs «redoutables». La formation montréalaise n'a pas connu une saison à la hauteur de son talent, comprend-on des paroles de Dion. «C'est une équipe qui a un potentiel assez incroyable. On n'a pas le droit à l'erreur. Ils ont tout en place pour être capables de battre n'importe qui. Ils n'ont peur de personne, ça je suis convaincu.»
Le seul duel de la saison entre les deux formations sert de preuve. Le Notre-Dame l'avait difficilement emporté 16-10, le 3 septembre.
Dion vers le niveau supérieur?
Avec ses succès au collégial, Marc-André Dion devient un candidat pour un poste au niveau universitaire. Et des occasions, il pourrait y en avoir à la fin de la saison. Pour un, Kevin Mackay vient de quitter ses fonctions d'entraîneur-chef des Gaiters de Bishop's. Et que se passera-t-il chez les voisins de Sherbrooke, où le Vert & Or a connu une campagne ardue?
«Je ne dis non à rien», lance le Sherbrookois Dion. «Ça m'intéresse de coacher à l'université un jour. Est-ce que c'est l'année prochaine? Je ne le sais pas. Mais une chose est sûre, ce ne sera pas à n'importe quel prix. Et je ne parle pas juste de l'aspect monétaire, mais aussi de la situation. Je n'ai pas eu d'appels. Ce qui est important pour l'instant, c'est d'aller gagner un championnat avec une gang de jeunes qui le méritent beaucoup.»
Joueurs à surveiller
CNDF
David Pelletier (quart) : 160/259, 2415 verges (2e au Québec), 22 touchés (2e)
Vincent Forbes-Mombleau (receveur) : 61 réceptions (2e), 1093 verges (1er), 8 touchés
David Côté (botteur) : 42,7 verges/dégagement (1er)
Vanier
Dimitrios Sinodinos (quart) : 135/255, 2080 verges (3e), 16 touchés
Samuel Emilus (receveur) : 40 réceptions, 803 verges, 9 touchés (1er)
Darren Kyeremeh (secondeur) : 74,5 plaqués (1er)