Monica Niculescu, 30 ans, qui participera à sa première Coupe Banque Nationale, s’est vu attribuer le titre de quatrième tête de série du tournoi.

Niculescu espère rebondir à Québec

Avec une saison en deçà de ses attentes, avec 21 victoires et 13 défaites, Monica Niculescu débarque dans la Vieille Capitale dans l’espoir de retrouver un niveau de tennis davantage représentatif de son 62e rang mondial sur le circuit de la WTA.

La Roumaine, ennuyée par de multiples blessures tout au long de l’année, a été forcée de s’absenter des courts pendant une période cumulative de cinq mois. Elle a notamment dû rater le tournoi de Roland-Garros, fin mai début juin, avant de participer de justesse à Wimbledon. Ne se sentant «pas très bien là-bas», Niculescu n’y aura été que de passage se faisant montrer la porte dès le premier tour par la future championne des Internationaux des États-Unis, Naomi Osaka.

«J’ai vraiment bien commencé ma saison, mais mes blessures ont pris beaucoup de temps à se soigner», raconte Niculescu après son entraînement. 

«Au début de l’année, quand j’étais en santé ça allait super bien. J’ai eu de belles victoires contre de très bonnes joueuses, mais après c’est là que tout est arrivé. Je ne m’attendais pas à ce que ça prenne autant de temps. Cinq mois pour moi c’était beaucoup, je n’ai jamais été confrontée à ce genre d’absence. Ça a été toute une lutte, mais maintenant je suis contente d’être de retour, en espérant me souvenir de la façon que je jouais avant», explique-t-elle en riant.

À sa première participation à la Coupe Banque Nationale de Québec, Monica Niculescu s’est vu attribuer le titre de quatrième tête de série du tournoi. Même si elle a hâte de sauter sur le terrain du PEPS de l’Université Laval, la joueuse de 30 ans n’a pas attendu avant de visiter les environs.

«J’aime bien ça ici», affirme la droitière. «J’aime tout de la ville. Nous sommes allés nous promener et dans les restaurants et les gens sont vraiment gentils, donc jusqu’à présent j’aime vraiment ça.»

Comme bien des joueuses, Niculescu, qui se sent confortable sur n’importe quelle surface, observe tout de même des différences entre le fait de jouer à l’intérieur ou à l’extérieur, «mais j’aime les choses différentes alors on verra».


« J’aime tout de la ville. Nous sommes allés nous promener et dans les restaurants et les gens sont vraiment gentils »
Monica Niculescu, à propos de Québec

«J’aime bien les terrains intérieurs», poursuit celle qui a remporté le tournoi de Luxembourg en 2016 en éliminant sur son parcours les trois meilleures têtes de série. «Par contre, je me concentre pour prendre les matchs un à la fois.

«J’aimerais avoir l’occasion de jouer le plus de matchs possible. On va commencer par le premier. Ça ne sera pas facile, mais j’ai vraiment hâte de jouer sur ce terrain.»

Au premier tour du tournoi de Québec, la Roumaine sera opposée à la Britannique Heather Watson, 116e raquette mondiale. Les deux joueuses se sont affrontées à deux reprises (2016) au cours de leur carrière. Watson a remporté le premier duel en ronde des 16 du tournoi de Hobart, avant que Niculescu ne prenne sa revanche au deuxième tour d’Indian Wells. «Elle est solide, elle rate peu de coups, elle a eu un très beau parcours à Vancouver (finale), en plus de se qualifier pour les Internationaux des États-Unis. Elle joue bien, alors ce sera difficile», note la vétérane.

Sabalenka en ville

La jeune Aryna Sabalenka, 20 ans, est arrivée en ville où elle s’est entraînée sur le court central en vue de son match de premier tour contre l’Américaine Varvara Lepchenko.

La Biélorusse a hérité du siège de favorite du tournoi en raison du désistement d’Anastasia Pavlyuchenkova, incommodée par une blessure à une cheville.

+

DABROWSKI QUALIFIÉE

Native d’Ottawa, la Canadienne Gabriela Dabrowski a obtenu sa place dans le tableau principal de la Coupe Banque Nationale, dimanche, en remportant son match de deuxième ronde des qualifications. Elle battu l’Américaine Jennifer Elie par 6-1 et 7-6 (1) pour rejoindre ses compatriotes Françoise Abanda, Rebecca Marino et Leylah Annie Fernandez dans le groupe des 32. Elle affrontera d’ailleurs Fernandez dès le premier tour, lundi.

Dabrowski a connu du succès en double, ces dernières années. Elle a notamment remporté son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem, en 2017, en enlevant le double mixte aux Internationaux de Paris, à Roland-Garros, répétant le coup en 2018 à l’Open d’Australie. Katherine Sebov, une autre raquette canadienne, a perdu son match donnant accès au tableau contre la Tchèque Tereza Martincova. Au total, six joueuses issues des qualifications ont obtenu le droit de jouer en première ronde du tournoi de Québec, lundi soir.  Carl Tardif