L'attaquant brésilien Neymar (à droite) est officiellement devenu un membre de la formation du Paris Saint-Germain Qatari, vendredi. Il a reçu son maillot des mains du président de l'équipe Nasser al-Helaifi.

Neymar «rêve plus grand» qu'à Barcelone

«Je voulais un plus grand défi» : la superstar brésilienne Neymar a débarqué vendredi dans la capitale pour épouser - déjà - le slogan de son nouveau club, le Paris SG, qui ne cesse de «rêver plus grand» depuis son rachat par les Qataris.
Il est là! L'attaquant brésilien de 25 ans, costume cravate de marque et casquette siglée Neymar Jr à Paris, a fait irruption vers 19h40, heure du Québec, dans la salle de presse du Parc des Princes, sous le crépitement incessant des flashs des photographes : «Très, très heureux», ont été les premiers mots du capitaine de la Seleçao, détendu et à l'aise au long de la conférence de presse.
Neymar, habitué aux honneurs depuis ses 18 ans, n'est pas devenu pour rien le joueur le plus cher de l'histoire, arraché à Barcelone contre les 222 millions d'euros (330 millions $CAN) de sa clause libératoire.
Au lendemain de l'officialisation de sa signature pour cinq ans au Paris SG, Neymar a donc quitté la Catalogne pour rejoindre la Ville Lumière.
De son départ de son domicile catalan en matinée pour l'aéroport de Barcelone, à son arrivée via un jet privé au Bourget, peu avant, le changement de vie du Brésilien a été suivi à la trace par le monde entier.
Accueillie sur le tarmac par Maxwell, compatriote et directeur sportif adjoint, la nouvelle vedette du PSG a rallié le Parc des Princes en convoi, via un crochet et un stop de près d'une heure à l'hôpital américain de Neuilly.
«Je veux quelque chose de plus grand, je veux un plus grand défi», a précisé le Brésilien, venu au PSG «pour l'ambition de ce club, très semblable à la mienne».
«Cela a été l'une des décisions les plus difficiles de ma vie», a-t-il ajouté.
«J'étais très bien à Barcelone, dans la ville, dans le club, cela a été un moment avec beaucoup de tensions, de pensées sur ce que je devais faire de ma vie. Je laisse beaucoup d'amis derrière, mais le foot c'est cela, notre vie va très vite», a-t-il expliqué.
Samedi, il sera présenté au public du Parc des Princes, à partir de 15h45, avant la reprise de la saison en Championnat de France, avec un match face au promu Amiens.
Neymar a pu mesurer sa popularité avec un bain de foule de trois minutes à la sortie du Parc, avec fumigènes et cris hystériques au programme.
Prêt à commencer
Le Brésilien, qui n'a plus joué au foot depuis samedi dernier et un clasico amical contre le Real Madrid (3-2) à Miami, et a plutôt enchaîné les vols longues distances, souhaite y faire ses premiers dribles.
«Oui, je suis prêt à commencer, si je peux demain», a-t-il lancé.
Didier Quillot, directeur général de la Ligue, a précisé vendredi soir sur RMC que la LFP était encore en attente d'un certificat international de transfert qui «doit être reçu avant minuit ce vendredi soir pour que Neymar puisse jouer» et que le contrat soit homologué.
Et quel contrat! Avec 30 millions d'euros (44 millions $CAN) de salaire net annuel selon les estimations, Neymar devient le deuxième joueur le mieux rétribué au monde, derrière les 38 millions d'euros (56 millions $CAN) de Carlos Tevez en Chine, mais désormais devant les deux monstres sacrés Lionel Messi (37 millions $CAN au Barça) et Cristiano Ronaldo (35 millions $CAN au Real Madrid).
En versant la somme de 330 millions $CAN correspondant à la clause de cession du joueur, le PSG a déboursé plus du double du précédent montant record, le transfert de Paul Pogba de la Juventus Turin à Manchester United il y a un an pour 105 millions d'euros (156 millions $CAN).
Le troisième du Ballon d'Or 2015 derrière les intouchables Messi et CR7, considéré depuis quelques années comme un joueur du top 5 mondial, vient offrir par son aura une exposition sans précédent au Championnat de France en général et au PSG en particulier, notamment sur les marchés asiatiques et latino-américains.
«C'est une excellente nouvelle pour l'exposition de la L1 en France et à l'international. Neymar est considéré comme le joueur au plus fort potentiel au niveau sportif, mais également marketing au monde. Il n'a que 25 ans, il représente donc bien plus qu'un simple joueur. C'est une mégavedette, il est unique et il est chez nous, donc, c'est formidable», s'est réjouie auprès de l'AFP Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la Ligue (LFP).
Ferveur à Paris
La ferveur n'a pas tardé à s'emparer de Paris, autour de la boutique du club sur les Champs-Élysées, où des centaines de fans piétinaient dans l'attente de leur Graal : des maillots floqués du numéro 10, au nom de Neymar Jr.
«On est venu de l'Eure exprès pour chercher le maillot. On a décidé ça hier soir à une heure du matin», a raconté en riant à l'AFP Nicolas Viger, 34 ans, supporter du PSG depuis 1987.
«La petite, elle a aussi son maillot», a-t-il poursuivi en désignant sa nièce adolescente, tous deux arborant leur maillot jaune aux écritures noires acheté à 100 euros pièce (150 $CAN).
***
Le Barça ne lui paiera pas sa prime
Le porte-parole du FC Barcelone a exprimé vendredi le «mécontentement» du club vis-à-vis de Neymar parti pour le PSG, en expliquant que le Barça ne lui paierait pas les 26 millions d'euros (38 millions $CAN) de prime prévus.
«Toute séparation génère du mécontentement et encore davantage une séparation qui n'a pas été voulue par le club mais décidée unilatéralement par le joueur», a reconnu le porte-parole du club catalan, Josep Vives, lors d'une conférence de presse.
Il a évoqué «une contrariété par rapport à la décision mais aussi par rapport à la manière».
«Ce n'est pas seulement une question de fond mais aussi une question de forme», a-t-il résumé, en reprochant à Neymar de pas «avoir une position plus claire et plus sincère».
Le porte-parole a signalé que le FC Barcelone ne paierait pas la prime de renouvellement de 38 millions $CAN incluse dans le dernier contrat signé en 2016 en expliquant que le joueur n'avait pas rempli son contrat avec le club.
Départ annoncé
La star brésilienne de 25 ans avait annoncé son départ mercredi à ses coéquipiers et au club. Jeudi, il avait fait parvenir au FC Barcelone le chèque de 330 millions $CAN exigé pour pouvoir mettre un terme à son contrat, avant de signer pour cinq saisons avec le Paris Saint-Germain.
Le club catalan a déjà en sa possession ce chèque au montant astronomique. Mais Vives a assuré que le Barça ne délivrerait pas les documents nécessaires au transfert vers le PSG «tant que l'argent ne serait pas effectivement sur le compte».
Neymar «est un grand joueur, nous l'avons énormément apprécié, mais après Neymar, ce n'est pas la fin du monde», a-t-il dit.
«Ce n'est pas la première fois que nous vivons une situation comme celle-là et le club a continué, a grandi et est devenu plus universel», a-t-il ajouté, dans une référence implicite aux départs de Diego Armando Maradona, Romario, Ronaldo ou Luis Figo.