Scott Richmond, un vétéran de 39 ans, a été solide au monticule pour les Capitales. En six manches il n’a donné que quatre coups sûrs et il a réussi huit retraits au bâton ce qui lui a permis de savourer sa première victoire dans l’uniforme québécois.

New Jersey 2/Québec 5: Richmond mène les Capitales à la 2e victoire

Les Capitales ont arraché leur deuxième victoire de la saison, jeudi soir, 5-2 contre les Jackals du New Jersey. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus de monde au stade de Québec pour voir ça.

Sous la pluie froide et incessante qui a arrosé le parc Victoria toute la soirée, les 532 braves spectateurs ont été privilégiés d’assister à ce premier gain à domicile en 2019 pour les protégés du gérant Patrick Scalabrini. Une première aussi à leurs cinq derniers matchs, eux qui montrent une fiche de 2-5. Une chanceuse gagnante du moitié-moitié sera en plus rentrée à la maison plus riche de... 158 $.

«Ça fait énormément de bien!» a soupiré Scalabrini, en savourant une bière une fois au sec dans son bureau. «On ne panique pas, parce qu’il est tôt dans la saison et qu’on attend du renfort bientôt. Mais tu ne veux pas prendre trop de retard au classement non plus.»

Les Capitales ont été en contrôle du début à la fin. Surtout grâce à leur escouade de lanceurs menée par le partant Scott Richmond. Puis une défensive étanche pour la première fois depuis le match d’ouverture, une semaine plus tôt. Et une attaque de 12 coups sûrs où tout le monde s’est rendu au moins une fois sur les buts.

Le vétéran de 39 ans, qui a lancé quatre saisons pour 169 manches dans les ligues majeures, a été solide pour sa deuxième sortie de la campagne et sa première victoire dans l’uniforme québécois.

«Chaque manche, mon but était de ramener l’équipe le plus vite possible dans l’abri pour qu’on frappe, parce qu’on avait de bons bâtons», a commenté Richmond, à l’œuvre durant six manches où il a encaissé les deux points.

Quant au fait de lancer devant une poignée d’amateurs dans des conditions météo difficiles, lui qui a œuvré dans des stades pleins, il assure ne pas s’en soucier. «Quand je lance, j’ai une vision tunnel. Je regarde le gant du receveur et je ne dois pas le manquer. Je suis ici pour lancer. Et chaque fois que je lance, je dois donner une chance à mon équipe de gagner», indique celui qui se réjouissait davantage de n’avoir alloué aucun but sur balles que d’avoir enregistré huit retraits au bâton.

Les quatre coups sûrs donnés par Richmond ont été pour plus d’un but, soit deux doubles, un triple et le circuit en solo d’Emilio Guerrero. Jonathan de Marte, Max Kuhns et Dustin Molleken ont chacun lancé une manche en relève.

«Richmond était très sharp, pas mal plus qu’à sa première sortie. C’était beau à voir. C’est le vrai Scott Richmond qu’on va aimer voir cet été», l’a encensé son nouveau patron Scalabrini, âgé d’à peine deux ans de plus que son lanceur.

Brio de Molleken

Le gérant soulignait aussi l’excellente tenue de Molleken, un autre ex des majeures. «J’avais un peu une inquiétude que ces gars-là soient démotivés, avec une équipe de neuf recrues qui font plein d’erreurs. Mais ce sont des vrais! Ils veulent aider et gagner», dit Scalabrini, heureux de pouvoir compter sur des vétérans de leur trempe.

Avec deux simples, Andrew Godbold a frappé en lieu sûr dans chacun des sept matchs cette saison. Alan Mocahbee, Melvin Rodriguez, Joe Lytle et Kody Ruedisili ont aussi frappé deux coups sûrs chacun, Rodriguez et Ruedisili produisant deux points chacun. Les quatre derniers frappeurs de l’alignement ont compilé 8 des 12 coups sûrs de l’équipe.

Mauvaise nouvelle du côté du vétéran voltigeur Tyson Gillies, qui a aggravé sa blessure à la cuisse et devra maintenant s’absenter pour peut-être une semaine. Scalabrini l’a remplacé en troisième par Brandon Brosher, qui a amélioré son sort en cognant un simple pour amorcer une manche de quatre points en cinquième.

+

UN NOUVEAU RECEVEUR SAMEDI

Dès le début du camp présaison, la position de receveur s’avérait à première vue problématique dans l’alignement des Capitales. Les craintes du gérant Patrick Scalabrini se sont confirmées dans les premiers matchs officiels. Ce qui l’a convaincu d’embaucher un nouvel homme masqué. Corey Bass s’amène à Québec samedi.

Ce qui signifierait le renvoi de Brandon Brosher. Mauvais derrière le marbre, il a été victime de cinq vols de but dans le match de mardi, Brosher a aussi péché par nonchalance dans ses courses sur les sentiers. Après avoir été muté au premier coussin, il a été remplacé dès la quatrième manche mercredi et a réchauffé le banc jeudi, avant de remplacer Tyson Gillies comme frappeur de choix en troisième. «C’est l’alignement avec lequel je crois avoir le plus de chances de gagner», a tranché Scalabrini, quant au fait de ne pas utiliser Brosher.

Scalabrini avait déjà essayé de mettre la main sur Bass, à l’hiver 2016, mais les Marlins de Miami l’avaient alors ramené dans le baseball affilié. Choix de 20e ronde des Phillies de Philadelphie en 2013, le droitier de 5’ 9’’ et 200 lb arrive de la Ligue Atlantique. Le Revolution de York l’a libéré après six matchs, où il a maintenu une moyenne offensive de ,222, a produit trois points et a été receveur dans cinq rencontres.

«On me l’a vendu comme un bon receveur défensif», indique Scalabrini. La recrue Joe Lytle occupe pour l’instant le poste de premier receveur, tandis que Chris Shaw, le favori au sortir des blocs de départ, est blessé à l’épaule gauche.

NOTES : Nouveau venu au poste de chanteur des hymnes nationaux aux matchs locaux des Capitales, Denis Perron s’appuie pour l’instant sur un enregistrement de sa propre voix pour le Star Sprangled Banner américain. Comme toute recrue, il a droit à une période d’adaptation... Les trois joueurs cubains et le lanceur colombien qui tardent à se joindre aux Capitales arriveraient «d’ici la fin du mois», selon Scalabrini. Donc encore une semaine... Matt Marsh (0-1, mpm 13,50) sera le lanceur partant pour Québec vendredi pour le premier match d’une série de quatre contre Rockland. Olivier Bossé