La soirée a été longue pour le quart Alex Jacob-Michaud et le Vert et Or de l'Université de Sherbrooke, qui a été renversé 40-5 par le Rouge et Or, samedi soir.

Nette victoire et empoignade

Alors, à qui la «meilleure défensive au pays»? Au terme d'une victoire sans appel de 40-5 du Rouge et Or, samedi soir, le coordonnateur défensif a eu une empoignade avec son vis-à-vis du Vert & Or de Sherbrooke. La rivalité vient de s'enflammer!
Un plaqué du demi-défensif du Rouge et Or Gabriel Ouellet
Le quart-arrière Hugo Richard
«Ça, c'est la première leçon!» a lancé Marc Fortier à l'entraîneur-chef du Vert & Or Mathieu Lecompte, dans un échange de mots doux lors de la traditionnelle poignée de main d'après-match.
«Tu sais où je reste!» a répliqué dans l'altercation un Lecompte qui s'éloignait, avant de voir son propre coordonnateur défensif et bras droit Guillaume Boucher intervenir auprès de Fortier. Une courte bousculade s'en est suivie entre les deux hommes, avant que des entraîneurs des deux camps ne séparent les belligérants.
Lecompte avait allumé la mèche plus tôt cette semaine en affirmant dans les médias que son club alignait «l'une des meilleures [défensives] au Canada en 2017. Peut-être même la meilleure de toutes, au pays».
Un titre qui revient plus souvent qu'autrement au R et O et à l'unité dirigée par Fortier depuis si longtemps. La déclaration n'est bien sûr pas tombée dans les oreilles de sourds, au PEPS de l'Université Laval, où se déroulait ce match.
Visiblement, Fortier reprochait à Lecompte d'avoir la langue trop bien pendue à la tête d'une équipe qui n'a jamais battu le Rouge et Or en 25 affrontements et 14 ans d'existence. Même qu'au stade de l'UL, le Vert & Or ne s'est pas approché à moins de trois touchés depuis 2010.
Pas différent cette année. Même si Lecompte avait aussi dit que plusieurs personnes à Québec souhaitaient voir perdre le Rouge et Or. Elles étaient toutefois peu nombreuses parmi les 9851 spectateurs, plus mince foule pour un match d'ouverture au PEPS depuis très longtemps. Il faut dire que le calendrier s'amorce cette année une semaine plus tôt, soit avant la rentrée scolaire.
Et comme le fait remarquer avec une touche de cynisme l'éminent collègue  de La Tribune de Sherbrooke, le Vert & Or a quand même marqué plus de points dans ce match qu'au total de ses deux affrontements de l'an dernier contre le Rouge et Or, des défaites de 41-3 et 14-1.
Deux touchés en 47 secondes
En première demie, l'unité défensive du Vert & Or s'est pourtant montrée à la hauteur. Mais le Rouge et Or a profité de deux interceptions aux dépens du quart-arrière recrue Alex Jacob-Michaud pour inscrire 10 points dans la première moitié du deuxième quart. D'abord le deuxième placement du botteur recrue de l'UL David Côté sur 42 verges, puis des courses de 17 et 1 verges de Richard ont porté la marque à 15-1.
Mais c'est dans la dernière minute avant la mi-temps que les locaux ont brisé les reins de l'adversaire. Deux touchés en l'espace de 47 secondes! Une passe de quatre verges à Vincent Alarie-Tardif et une autre de 22 verges à Étienne Moisan ont mis le match hors de portée des Sherbrookois, 29-4 à mi-chemin.
Le majeur de Moisan a été inscrit avec 6,2 secondes à écouler avant la mi-temps, alors que le Vert & Or venait de dégager de sa ligne de six au lieu de concéder un touché de sûreté. Sept points au lieu des deux qui semblaient logiques. Une audace payée cher pour coach Lecompte et sa troupe.
Surtout que Sherbrooke venait juste de s'approcher à moins de 46 verges de la zone des buts en possession du ballon pour la première fois du match. L'une des rares bonnes séquences offensives des Estriens les plaçait même à distance respectable de 15-4 après presque deux quarts.
Après une deuxième demie avec un pointage presque inchangé, le Rouge et Or a inscrit un dernier touché sur une passe de sept verges à Alexandre Savard à 21 secondes de la fin. Comme quoi il n'était pas question de lever le pied.
***
«Si c'est leur Coupe Vanier...»
Mathieu Lecompte ne recule pas. Après une engueulade sur le terrain avec le coordonnateur défensif du Rouge et Or, l'entraîneur-chef du vert & Or en a rajouté une couche, dans son point de presse d'après-match.
«Si pour eux, c'était leur Coupe Vanier et ils sont contents de dire si ou ça, tant mieux. On est venus, on a joué, et est-ce qu'on est satisfaits du côté du Vert & Or? La réponse est non. Est-ce que nous, on peut continuer à monter? La réponse est oui», a lancé Lecompte, affirmant continuer de croire avoir «une très bonne défensive entre les mains» malgré la défaite par 35 points.
Son homologue Glen Constantin a dit ne pas avoir vu l'altercation impliquant son adjoint Marc Fortier. «Mais quand ça parle toute la semaine comme ça, c'est normal que des choses vont se passer», a constaté Constantin.
 «On n'est pas là pour prouver aux autres ce qu'on peut faire. On a une bonne défensive depuis que je suis ici et disons qu'on avait un petit sourire en coin, notre défensive est quand même très solide.»
Le Rouge et Or piqué au vif
Même chose du côté des joueurs. Le receveur Étienne Moisan, auteur d'un touché et de 99 verges, avoue que sa bande a été piquée durant la semaine. «On les connaît, Sherbrooke! Chaque année, c'est leur année, c'est la meilleure équipe», indique celui qui a égalé son total d'attrapés de toute la saison dernière avec neuf.
N'en déplaise au coordonnateur défensif du Vert & Or de Sherbrooke, l'offensive de la troupe de Glen Constantin n'a pas semblé avoir de la difficulté à percer les défenses de leur opposant, comme le centre-arrière Simon Gingras-Gagnon lors de ce touché.
Le quart-arrière Hugo Richard, avec ses 29 passes réussies en 41 pour 361 verges de gains et trois touchés, allait dans le même sens. «Moi, je pense que la meilleure défensive au Canada, je joue contre elle à tous les jours de la semaine. S'ils veulent se dire ça, l'honneur leur va. Mais c'est spécial, surtout pour une équipe en reconstruction», a dit le pivot de quatrième année.
Notons que le demi de coin Émile Chênevert n'a pas terminé la rencontre, blessé à l'épaule droite.
Le prochain  match du Rouge et or a lieu vendredi prochain, à l'Université McGill.
Bon match pour les deux botteurs
Pour la première fois de son histoire, le Rouge et or alignait deux botteurs officiels pour le match de samedi. Et les deux ont accompli du bon boulot. Confiné aux bottés de dégagement, le joueur de troisième année Dominic Lévesque a été très efficace avec une excellente moyenne de 44,3 verges sur 10 élans, atteignant même 54 verges sur son plus long botté.
De son côté, la recrue David Côté a réussi ses trois tentatives de placement à 15, 42 et 35 verges, en plus de ses quatre transformations d'après-touché. Sur ses cinq bottés d'envoi, Côté a maintenu une moyenne de 58,2 verges. À titre comparatif, leur vis-à-vis Mathieu Hébert, qui se charge des trois types de bottés, a raté un de ses deux placements, sur 37 verges, inscrit une moyenne de 41,1 verges sur ses dégagements et a envoyé le ballon à 60 verges sur son seul botté d'envoi.